Une réflexion au sujet de « Stanne Gold Djemba : entre Mouanko et Saint-Denis »

  1. bernard tamkam

    no comment comment on dit chez nous , ce qui veut dire en fait qu’on manque des mots pour féléciter l’artiste , une fois de plus bravo:::

Laisser un commentaire