Le bon docteur Baygle a encore sauvé une vie

Alain SOLLAND
alain@hopital-territoires.eu

 BAYGLE GLASS

On ne compte plus les bonnes actions du bon docteur BAYGLE, la grande star du net.

Combien a-t-il inspiré de diagnostics en rassurant des malades soucieux de faire valoir leur droit de savoir et leur permettant de donner la preuve à leur médecin qu’ils savaient tout et qu’il était vain de leur cacher la vérité?

Combien d’hypochondriaques ont grâce à lui acquis la certitude, non seulement qu’ils étaient malades pour de vrai, mais que de surcroit ils avaient toutes les maladies dont ils étaient sûrs de souffrir et par-dessus le marché celles auxquelles ils n’avaient pas pensé, mais qu’ils avaient la joie de découvrir dans le cadeau GOODLUX ?

Combien d’intoxiqués par les médicaments inutiles dénoncés par de grands professeurs ont pu enfin échapper à des poisons violents, quand ce n’était pas à des vaccins dont tout le monde sait qu’ils ne servent à rien, sinon, bien entendu, à rendre malades ceux qui ne le sont pas encore ?

Mais tous ces bienfaits ne sont rien, comparés à l’avancée extraordinaire des BAYGLE Glass. Miracle, elles ont été mises en vente pratiquement en même temps qu’un neurochirurgien déclarait avoir sauvé la vie d’un de ses patients grâce à cette invention dont les retombées humanitaires ne font qu’être entrevues.

Imaginez le progrès : le chirurgien a pu, alors que son patient était victime d’une hémorragie cérébrale, intervenir sans délai tout en découvrant dans ses lunettes magiques le dossier du patient !

Et c’était bougrement important de consulter ce dossier, puisque le patient avait bien dit souffrir d’une allergie médicamenteuse, mais hélas sans se souvenir de laquelle. Et, Bingo ! le chirurgien en « feuilletant » le dossier, comme ça sans avoir l’air d’y toucher, normal puisqu’il s’agissait d’un dossier virtuel, a eu la révélation du produit responsable. Sans les lunettes connectées personne n’aurait pu avoir l’information et à n’en pas douter le malade serait décédé, comble du ridicule, pour tout autre chose que de son hémorragie cérébrale…

Ouf ! Nous voilà rassurés ! Pour, nous dit-on, 1 500 dollars, les lunettes connectées vont pouvoir pallier, au moins en partie, la pénurie de personnel qui sévit dans les hôpitaux. Les chirurgiens vont enfin pouvoir jouer seuls de toute la panoplie des aides opératoires possibles et imaginables, en atteignant le sommet de leur l’art : opérer en connectant leurs lunettes pour être enfin les hommes à tout faire en même temps.

Chapeau, docteur BAYGLE ! Certains de vos confrères vont même jusqu’à imaginer que, pour se distraire en travaillant, ils pourront voir incognito le porno de la semaine ! C’est jouissif non ?

***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *