SSR et EHPAD Les Lauriers Roses à Levens (Alpes-Maritimes)

Lauriers roses logoInauguration
du SSR et de l’EHPAD
Les  Lauriers Roses
gérés par l’association
Chaine de Vies 06
(Président Pr Pierre Dellamonica et Dr Joël Sapir)

C’est dans un cadre exceptionnel, 54 route de Duranus à 06670 LEVENS, que prennent place le bâtiment de soins de suite et réadaptation et l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, constituant la première plateforme expérimentale en France associant développement durable et santé.

Le bâtiment de soins de suite et réadaptation

Le bâtiment SSR, neuf et innovant est équipé de 75 lits. L’activité repose sur le concept du patient acteur de sa propre guérison. L’interactivité entre le personnel médical et le patient est très importante. L’intégration du lien social dans le projet de soins lui permet de maintenir ou de retrouver des repères.

L’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes

Le bâtiment repose sur les mêmes qualités architecturales que celles hébergeant l’activité SSR.

L’EHPAD dispose d’une capacité de 60 lits d’hébergement de personnes âgées très dépendantes dont 23 consacrés à la prise en charge de la maladie d’Alzheimer ainsi que d’un accueil de jour de 10 places et 5 lits d’accueil temporaire. L’ensemble des lits sont entièrement habilités à l’aide sociale.

Les soins, les économies d’énergie, la stimulation sensorielle et mémorielle

S’inscrivant dans une démarche haute qualité environnementale, suite aux mesures prises par le Grenelle de l’Environnement, le projet architectural qui s’étend sur une superficie de 11 000 m2 a permis la création de deux bâtiments de conception innovante. Le site a pour mission de devenir pionnier en France alliant santé et développement durable.

Ainsi, les moyens déployés pour réaliser 60 % d’économies sur la facture énergétique reposent sur : la récupération d’eaux pluviales, 910 m2 de capteurs photovoltaïques, une façade en structure bois pour le bâtiment SSR, des plafonds rayonnants à basse température, un système de VMC avec récupérateur et sur-ventilation nocturne, etc.

Le site comporte un jardin à vocation thérapeutique basé sur la stimulation sensorielle et mémorielle par des éléments naturels de décor et des activités interactives.

Les Lauriers Roses propose une offre de soins et un projet thérapeutique individuels adaptés à l’évolution de l’état du patient.

Lauriers Roses Invitation 2014.indd***

Les Lauriers Roses : 45 ans d’antériorité au service d’un nouveau projet

L’Association l’Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs 1939-1945 (UEVACJ) décide de fonder en 1960 au cœur d’un site chargé d’histoire et au panorama exceptionnel, un établissement privé à but non lucratif de cure et de prévention. Son objectif était de soigner les conséquences pathologiques des anciens combattants et anciens déportés. Un long processus de guérison est facilité par le cadre environnemental et la sérénité du lieu.

La première pierre sera posée le 15 décembre 1963. L’établissement est inauguré le 17 janvier 1965. Il dispose alors de 46 lits d’hospitalisation et de 6 lits d’isolement et accueille des patients – hommes et femmes – de 17 à 65 ans en cure, et au-delà de 65 ans en convalescence. Dès l’origine la prise en charge globale du patient est une priorité comme le rappelle Nathan SAPIR, directeur de l ‘établissement à son ouverture : « Il faut rechercher pour le convalescent les activités qui lui éviteront de penser inutilement à son problème. La thérapeutique pharmaceutique, la surveillance médicale, sont nécessaires, mais il faut qu’existe une ambiance, un esprit qui chasse ses pensées nuisibles ».

Au fil du temps, les infrastructures et les équipements ne répondent plus à l’évolution des besoins en santé – notamment la prise en charge médicalisée du patient, la sécurité des soins et les nouvelles normes sanitaires – l’UEVACJ, cède en 2005 la gestion des Lauriers Roses à l’association Chaîne de Vies 06 pour assurer la pérennité du site.

Le conseil d’administration de l’association, aujourd’hui présidée par le Pr Dellamonica et installée à Levens, décide avec la direction de l’établissement et l’équipe médicale d’élaborer un projet thérapeutique innovant qui réponde aux exigences de santé publique et aux attentes de la population âgée des Alpes-Maritimes en forte croissance et une offre de soins adaptée, 24H sur 24 : > 51 % de plus de 60 ans > 23 % de plus de 75 ans

En parallèle, l’association décide de créer un EHPAD, totalement habilité à l’aide sociale, afin de répondre aux besoins d’une population territoriale de plus en plus âgée et en situation de précarité.

Ce projet sanitaire et médico-social est agréé par l’ARS, et reconnu innovant par la HAS.

Une politique d’établissement centrée sur la qualité et l’excellence

Qualité et l’excellence du projet médico-soignant

Le personnel répond à une exigence de qualification et d’adaptabilité. Il bénéficie d’un projet de formation adapté.

Les prestations sont soumises à une évaluation permanente du suivi du patient pour une optimisation des résultats et une harmonisation des pratiques.

La recherche privilégie les échanges d’expériences avec d’autres établissements sanitaires, laboratoires, et universités.

La prise en charge globale du patient intègre la prévention, l’éducation, l’accompagnement psychologique, sociologique, socioéconomique et médical. Un projet thérapeutique individuel adapté à l’évolution de l’état du patient est systématisé.

Qualité et excellence des collaborations

Dans le cadre du SSR, les Lauriers Roses, le CHU de Nice et le Centre de lutte contre le cancer Antoine-Lacassagne ont décidé en 2008 de créer un GCS afin de développer un partenariat inter-établissements complémentaire, harmonisé et pluridisciplinaire au service d’une meilleure prise en charge globale du patient.

Qualité et excellence de l’approche environnementale

Souscrivant enfin aux mesures du Grenelle de l’environnement, l’équipe managériale met en place un programme de rénovation et de développement architectural intégré dans une démarche de haute qualité environnementale (HQE) avec pour mission de devenir également un site-pilote pionnier alliant santé et développement durable dans les domaines sanitaire et de la lutte contre la dépendance des personnes âgées.

> Effectif de personnels prévu : 80

> Effectif de patients accueillis : 150

Levens : haut lieu historique du pays Niçois

Levens blasonAu carrefour de la plaine du Var au sud-ouest, de la chaîne du Férion à l’est et de la vallée de la Vésubie au nord, le village de Levens culmine à 600 m d’altitude au-dessus du confluent de trois cours d’eau : les rivières Estéron et Vésubie, le fleuve côtier Var.

Selon certains historiens, il devrait son nom à la tribu ligure des Lepontii rebaptisés Leventii à l’issue de la campagne d’Auguste contre les populations Alpines et leur soumission aux Romains à la fin du Ier siècle av. JC.

LevensA partir de 1433, la route muletière du transport du sel, qui va de Nice à Turin en Italie via Levens, Utelle, Lantosque, Saint-Martin, permet à la commune de s’enrichir grâce à un droit de péage fructueux réclamé par les fermiers locaux. Rattachée en 1760 au Comté de Nice, fief du Royaume de Piémont-Sardaigne, Levens connait alors jusqu’au XIXe siècle un développement spectaculaire.

La région devient en 1793 le 85e département français sous l’appellation Alpes-Maritimes et Levens est nommé chef-lieu de canton regroupant les communes d’Aspremont, Castagniers, Colomars, Duranus, la Roquette-sur-Var, Saint-Blaise, Saint-Martin-du-Var et Tourrette-Levens.

Levens2Le 24 mars 1860, à l’issue du 3e traité signé par Victor-Emmanuel II d’Italie qui entérine le rattachement du Comté de Nice à la France, Levens devient définitivement française.

À la fin de la seconde guerre mondiale, décimée par des conflits sanglants, sa population vieillissante, la commune périclite…

Levens reprend son envol au début des années 1980 grâce au développement des moyens de communication et de transport. Elle attire de plus en plus de Niçois en quête d’une meilleure qualité de vie et compte aujourd’hui près de 4 500 habitants. Son essor est fondé sur le tourisme et le développement de la production d’olives et d’huile d’olive.

Un concept original : le patient acteur de sa propre guérison

Les SSR

Le programme sanitaire et médico-social des Lauriers Roses s’appuie sur l’interactivité entre le personnel médical et le patient qui s’implique à part entière dans un projet individualisé d’optimisation de qualité de vie en participant à des actions médicales, psychologiques et sociales coordonnées.

L’intégration du lien social dans le projet lui permet de maintenir ou de retrouver ses repères. C’est un facteur-clé de sa sécurisation. En fonction d’un premier diagnostic sur ses potentialités, l’établissement définit avec lui et ses proches sous forme contractuelle ses objectifs en matière d’évaluation des activités, qualité des prestations ainsi que de ses modalités d’organisation et de fonctionnement durant son séjour. Autour de ce concept, vont s’ordonner les soins, le maintien cognitif et l’accompagnement des patients.

L’activité de SSR sera accueillie dans un bâtiment neuf, innovant et environnemental, équipé de 75 lits.

L’EHPAD et l’accueil de jour

Dans un bâtiment neuf épousant les mêmes contraintes architecturales que celui hébergeant le SSR, l’EHPAD dispose d’une capacité de 60 lits d’hébergement de personnes âgées très dépendantes, dont 23 consacrés à la prise en charge de la maladie d’Alzheimer. Est également inclus un accueil jour Alzheimer de 10 places et de 5 lits d’accueil temporaire.

lauriers roses mobilierL’accueil de jour est hébergé dans le bâtiment SSR. Les autres secteurs sont hébergés dans le bâtiment EHPAD.

Les activités de l’EHPAD se développent en coordination étroite le pôle de gérontologie du CHU de Nice et le Centre Antoine-Lacassagne afin d’organiser une filière gériatrique efficiente et exemplaire au plan national dans le département des Alpes-Maritimes.

Sur ce projet, Le Conseil général des Alpes-Maritimes, confortant sa politique en faveur des personnes âgées, a sollicité la direction des Lauriers Roses, pour que l’ensemble des lits soient habilités à l’aide sociale.

Un bon sens : la bientraitance – Un principe : le respect de la citoyenneté

Lauriers roses chambre2

Le résident en EHPAD est :

1 – Un habitant de la commune de Levens

> il occupe un lieu privatif. La chambre est un lieu de vie et de convivialité : aménagement personnalisé, réception des proches, intimité, indépendance.

> il partage des locaux communs : convivialité, accessibilité, flexibilité

> il a accès à l’appropriation de son cadre de vie : sa structure d’accueil et sa cité.

Sa structure, c’est l’accès à l’information et à l’éducation. En particulier à une sensibilisation au développement durable (eau, énergie, matériaux) ; une implication dans la restauration et une appropriation des espaces floraux.

Sa Cité, c’est l’accessibilité aux commerces et aux activités festives, associatives, artisanales.

2 – Une personne avec un vécu

Cette personne peut faire, ou continuer de faire bénéficier son expérience de vie à ses proches, à sa structure, à sa cité. De même, elle peut agrémenter sa trajectoire de vie avec ses proches, sa structure et sa cité. Le séjour en EHPAD est à vivre comme un outil propice à la communication, dans un temps et un espace réservé, avec un accompagnement.

3 – Un résident présentant un handicap.

Sa liberté d’entreprendre ne doit pas être limitée par la seule volonté de prévention d’un risque institutionnel. Le résident doit bénéficier d’une juste évaluation des bénéfices/risques. Cette évaluation est consensuelle : la personne, ses proches, l’institution, la cité et les représentants des usagers.

4 – Un usager

A partir des fondements, l’évaluation de la trajectoire de vie est tracée dans un projet de vie personnalisé. Ce projet est contractualisé et réévalué périodiquement.

Un concept innovant : le jardin thérapeutique des cinq sens

Retarder les effets du vieillissement des fonctions intellectuelles et différer l’émergence des maladies dégénératives cognitives dont la plus fréquente est la maladie d’Alzheimer qui affecte 800 000 personnes en France et 15 800 personnes dans les Alpes-Maritimes, sont des enjeux primordiaux de notre société.

Une personne âgée peut maintenir longtemps ses capacités grâce à la plasticité neuronale qui conserve, remodèle et développe les circuits neuronaux à tous âges. La mémoire de travail peut être ainsi améliorée grâce à des exercices d’entraînement et des activités nécessitant des initiatives ainsi qu’une planification, comme jardiner, voyager, peindre, bricoler, faire de la musique et du sport, plutôt que de regarder passivement la télévision ou d’assister de façon non-active à des réunions.

Lauriers roses jardinL’équipe médicale des Lauriers Roses a donc orienté l’aménagement extérieur en jardin thérapeutique des cinq sens, sous l’impulsion de l’architecte-paysager Gilles Martinod. La vocation thérapeutique de cet espace est basée sur la stimulation sensorielle et mémorielle par des éléments naturels de décor et des animations interactives.

La démarche est renforcée par une approche informative environnementale : mise en place d’une signalétique cohérente et harmonisée à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments, constituée de matériaux écoinnovants (bois, liège, bambous..) pour favoriser un repérage spatial ludique tant auprès des visiteurs que des résidents.

Positionner l’humain au cœur de la promenade paysagère

lauriers roses jardin2Tout au long d’un parcours adapté à la fois ludique et interactif, patients et visiteurs sont invités à un voyage-découverte synesthésique et scénographique à travers 5 aires sensorielles :

> L’odorat : sens rééducateur par excellence, il s’incarne au sein d’une promenade olfactive aux fragrances familières et subtiles (plantes aromatiques, essences méditerranéennes..) de façon à développer par ailleurs une biodiversité sur le site (flore, insectes, oiseaux)

> Le toucher : des inserts de matériaux écologiques dans les parements (sols et murs) permettent la stimulation tactile, renforcée également par des activités de jardinage

> L’ouïe : des bassins aux jeux d’eau sur fond musical apaisent les patients et les invitent à effectuer une pause sereine dans un environnement aquatique attrayant

> La vue : végétaux aux formes ouvragées, sentiers balisés colorés pour personnes handicapées, éclairages changeants, murs végétaux, décor naturel et endémique, rythmé au fil des saisons…

> Le goût : deux espaces aménagés en face du restaurant de l’EPHAD et accessibles à tous – un potager et un verger – permettent aux patients de partager des moments de convivialité en groupe autour de la cueillette des fruits et légumes, de stimuler leur créativité pour proposer de nouvelles recettes terroir, alimenter les ateliers et animations culinaires…

Une architecture HQE et ENR

S’inscrivant dans une démarche de haute qualité environnementale, le projet architectural qui s’étend sur une superficie de 11 000 m2 a consisté détruire l’ancien bâtiment pour créer deux bâtiments de conception innovante qui accueillent les activités sanitaires (SSR) et médico-sociales (EHPAD).

Lauriers roses 2
Ce projet architectural intègre les contraintes d’activités inhérentes :

> Aux moyens séjours (activités sanitaires et projets thérapeutiques individuels).

> À l’harmonisation des démarches qualité et sécurité.

> À la coordination des actions sanitaires et médico-sociales.

> À l’éducation et à la formation, gage d’émancipation et d’autonomie.

> À l’environnement.

Grâce au déploiement des énergies nouvelles renouvelables (ENR), les établissements réalisent 60 % d’économies sur la facture énergétique.

Les deux bâtiments d’une superficie unitaire de 4 800 m2 seront dotés chacun :

> De plafonds rayonnants à basse température, d’un système de VMC avec récupérateur et d’une sur-ventilation nocturne favorisant l’été le rafraîchissement des locaux, évitant ainsi toute diffusion microbienne. Les matériaux utilisés sont autant que possible sains et renouvelables.

> D’eau chaude sanitaire préchauffée par un chauffe-eau solaire installé sur la toiture sud (90m²) et couvrant environ 50 % des besoins.

> De récupération d’eaux pluviales pour l’arrosage des espaces verts.

> De 910 m² de capteurs photovoltaïques disposés en toiture des bâtiments pour produire de l’électricité.

> D’une chaudière-bois pour la production de chaleur l’hiver, associée à une pompe à absorption, pour la production de froid l’été.

À partir du site de production, un réseau de chaleur sera mis en place avec la mairie pour le chauffage des écoles et d’un bâtiment d’activité polyvalente.

Le bâtiment abritant l’activité SSR est équipé d’une ossature en béton avec façade en structure bois habillée d’une double couverture dans le même matériau afin d’assurer une meilleure isolation phonique, thermique et intégration environnementale.

Contribution à la valorisation de la filière Bois-Énergie des Alpes-Maritimes

La forêt en Provence-Alpes-Côte d’Azur s’étend sur 1,4 millions d’ha et occupe près de 40 % du territoire. Abondante, elle s’accroît d’année en année de l’ordre de 1 % par an en surface.

Les atouts du bois-énergie sont nombreux :

> c’est de toutes les sources d’énergie, la moins chère et la plus disponible aujourd’hui.

> son coût est stable car non indexé sur le prix des énergies fossiles, notamment du baril de pétrole. Il permet ainsi de réaliser des économies substantielles sur la facture de chauffage.

> son cycle de carbone étant très court, Il émet 4 à 20 fois moins d’équivalent CO2 que les énergies classiques et contribue à réduire les rejets gazeux polluants. Son bilan sur l’effet de serre des différents modes de chauffage positionne le bois comme la plus intéressante de toutes les énergies. A titre d’exemple, l’utilisation de 4 m3 de bois en substitution d’une énergie fossile pour le chauffage collectif résidentiel évite l’apport de 2,5 t de CO2 dans l’atmosphère.

Booster de l’économie rurale, l’exploitation du bois dans le canton de Levens pourrait contribuer à créer ou maintenir des emplois territoriaux de proximité, si ce mode de chauffage se généralise dans l’arrière-pays et susciter une relocalisation économique d’autant plus forte que l’organisation pour l’approvisionnement s’effectue en circuit court.

Caractéristiques de la chaudière bois et pompe à absorption

Un établissement de santé a des besoins quotidiens importants en énergie (chauffage et eau chaude sanitaire).

> La chaudière bois consomme des plaquettes forestières produites localement. Le coût de la tonne de bois est de 90 € euros environ.

> Le temps de retour sur investissement est estimé à 6 ans.

> La chaudière est équipée d’une pompe à absorption qui permet à partir de la chaleur fournie par la chaudière bois de produire du froid l’été et d’optimiser l’installation.

Ce système permet d’atteindre un COP (coefficient de performance pour le froid) de 2.2 pour 0.7 et un rendement global d’environ 90 % d’énergie.

Le traitement des effluents hospitaliers : 1re plateforme expérimentale de France

La directive n° 2000/60/CE du 23 10 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau impose que les substances dangereuses des effluents soient traitées en 2028 avec une obligation de premier niveau de traitement avant 2015.

Depuis 2007, l’établissement œuvre en collaboration étroite avec des laboratoires de recherches publics et la Lyonnaise des Eaux afin de traiter et de recycler les eaux usées issues d’effluents hospitaliers.

L’objectif de ces travaux de R & D a visé à implanter sur le site des Lauriers Roses une station d’épuration végétale totalement innovante qui pourrait s’intégrer et/ou s’adapter aux constructions hospitalières urbaines et péri-urbaines, productrices de rejets médicamenteux.

Lauriers roses effluentsCe projet pilote, labélisé par le pôle de compétitivité Risques Environnementaux s’inscrit dans le cadre d’une démarche HQE centrée sur une gestion réductrice des effets toxiques des rejets médicamenteux dans l’environnement naturel.

Cette plateforme se veut également vitrine-laboratoire et lieu d’échanges entre le monde scientifique et le monde hospitalier afin de parfaire par une approche interdisciplinaire, les connaissances sur les expositions à ces rejets médicamenteux, d’étudier leurs effets sur la santé et sur l’environnement, d’inventorier de nouvelles méthodologies pour les réduire et des outils innovants pour les traiter.

Les bassins de bioconversion sont installés sur un terrain de 600 m2 à l’ouest du site le long desquels à terme sera créé un parcours de rééducation.

L’intégration de la technologie

Une architecture informatique en réseau

Afin d’assurer la confidentialité et la sécurisation des flux d’informations hiérarchisés, l’établissement a opté pour la mise en place d’un réseau câblé à l’intérieur des bâtiments qui favorise un accès via un login personnalisé à plusieurs niveaux notamment : (1) membres de l’équipe de direction (2) personnel médical (3) services administratifs et logistiques (4) patients…

Le dossier médical partagé du patient (DMP) est ainsi consultable pour vérification et suivi par les niveaux 1 et 2, tandis que les patients ne peuvent accéder qu’à une partie de leur dossier en lecture libre : celle qui fait état des objectifs du jour et des derniers résultats obtenus dans le cadre de leur projet de qualité de vie.

L’intranet permet au personnel gestionnaire de l’établissement de pouvoir échanger certaines données dans le cadre de la gestion financière, organisation logistique, suivi administratif et de coordonner les actions de l’ensemble du personnel de l’établissement (80 personnes). Le réseau permet également d’échanger des données de façon sécurisée inter-établissements entre membres du GCS pour communiquer sur le DMP des patients entre professionnels.

Une signalétique interactive interne et externe avec des panneaux d’informations électroniques permet de délivrer via une technologie mobile des informations en temps réel aux visiteurs, sous le préau de l’établissement principal.

Les chambres des patients sont équipées de supports informatiques adaptés à la communication intra et extra muros et à la sécurité des installations techniques. Le Wifi est proscrit pour éviter toute fréquence nocive et un accès à des informations extérieures préjudiciables à l’évolution médicale du patient. La télésurveillance est déployée dans les deux bâtiments pour assurer une sécurisation maximum.

Chaque chambre sera équipée :

> de boîtier à télécommande spéciale permettant aux patients d’avoir accès à distance sur un écran mural à la fois aux programmes de télévision, à internet et au système d’information intranet de l’établissement. Ce petit ordinateur de poche permet également de suivre chaque jour l’évolution de leur projet de vie personnalisé.

> de boîtiers fixes de la taille d’un smartphone et réservés au personnel soignant, permettent à la fois d’accéder au DMP et de renseigner en temps réel le patient pour une meilleure traçabilité et prise en charge.

> de lits à commande électrique, pour assurer le confort et l’ergonomie des patients et du personnel.

Lauriers roses chambre
Des balises LED insérées dans les plinthes murales facilitent les déplacements et le repérage des patients la nuit.

Lauriers roses archi***

Fiche technique

Activité sanitaire

SSR (SSR) polyvalent pour patients adultes, atteints majoritairement de pathologies lourdes ou évolutives

Travail en réseau dans le cadre du GCS Optimum avec le CHU de Nice et le Centre de Lutte contre le Cancer Antoine-Lacassagne de Nice

75 lits contractualisés – 52 lits autorisés

Superficie : 4800 m2

Qualité environnementale du bâtiment : Energie bois, solaire. Construction. Traitement des eaux usées hospitalières par macrophytes

Ingénierie :

Architecture informatique en réseau (GCS)

Recherche de l’efficience thermique

Coût total de la construction : 11 000 000 €

Part des équipements communs SSR et  EHPAD : 2 000 000 € (chaufferie bois, cuisine, locaux techniques, salle de conférence …)

Financement principal :

Emprunts pour la construction et la part des équipements communs : 12 000 000 €

Garantie bancaire Conseil général des alpes Maritimes : 80 %

Garantie bancaire Mairie de LEVENS : 20 %

Aides financières :

1) Aide à l’investissement (FIR) sur opération de construction de l’ARS PACA : prise en charge à 50 % du coût de la construction en dotation budgétaire sur 20 ans.

2) Subventions pour l’installation de panneaux solaires thermiques pour l’eau chaude sanitaire : ADEME (accord cadre Etat-Région-ADEME) : 27 000 € – Conseil régional : 28 000 €

3) Subvention pour l’installation de panneaux solaires photovoltaïques raccordés au réseau électrique : Conseil régional : 170 338 € – ADEME (accord cadre Etat-Région-ADEME) : 13 500 €

4) Subvention PRSE PACA pour la réalisation d’une station de prétraitement par phytoremédiation en vue d’éliminer les rejets médicamenteux dans les eaux usées hospitalières : D.R.E.A.L. PACA : 10 000 € – ARS PACA : 15 000 €

5) Intervention financière pour la création d’un réseau de chaleur bois sur les bâtiments communaux de Levens et sur l’EHPAD : Conseil régional : 55 365 €

Activité médico-sociale

EHPAD

60 lits d’hébergement dont 23 lits Alzheimer, habilités à l’aide sociale

5 lits d’hébergement temporaire

10 places en accueil de jour pour personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer et/ou de maladies apparentées

Inscription dans la prolongation des réseaux constitués dans le cadre du GCS

Superficie : 4 800 m2

Qualité environnementale du bâtiment et bâtiment basse consommation.

Coût total de la construction : 11 000 000 €

Part des équipements communs SSR et  EHPAD : 2 000 000 € (chaufferie bois, cuisine, locaux techniques, salle de conférence…)

Financement principal : Prêt PLS pour la construction et la part des équipements communs : 6 600 000 €

Garantie bancaire Conseil général des Alpes Maritimes : 80 %

Garantie bancaire Mairie de LEVENS : 20 %

Aides financières :

1) Subvention d’investissement pour la construction d’un bâtiment  EHPAD Les Lauriers Roses à LEVENS : Conseil général des Alpes Maritimes : 3 668 000 € – ARS PACA – CNSA : 2 000 000 €

2) Intervention financière pour la création d’un réseau de chaleur bois sur les bâtiments communaux de Levens et sur l’EHPAD : Conseil régional : 55 365 €

***

Quelques repères…

01/1965 : Inauguration du 1er établissement – Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs.

11/2005 : Reprise de la gestion de l’établissement par l’association Chaîne de Vies 06 présidée par M. le Pr DELLAMONICA.

02/2007 : Approbation du projet d’établissement par l’ARH

09/2009 : Arrêté conjoint d’autorisation de création de l’EHPAD

06/2010 : Autorisation de l’ARS pour la construction du Bâtiment SSR

09/2010 : Début du chantier SSR

10/2010 : Autorisation d’exercer l’activité de SSR délivrée par l’ARS

09/2011 : Renouvellement d’Autorisation conjointe  EHPAD

07/2012 : Signature du CPOM par l’ARS

10/2012 : transfert de l’activité SSR dans le nouveau bâtiment et destruction de l’ancien bâtiment.

12/2014 : fin de chantier  EHPAD

02/2015 : ouverture de l’EHPAD

***

5 réflexions au sujet de « SSR et EHPAD Les Lauriers Roses à Levens (Alpes-Maritimes) »

  1. emile

    bonjour
    l’etablissement est un bel ensemble en construction;mais rien ne va et le manque de personnel et la
    nonchalance du personnel present fait que les residents sont seuls dans leurs chambre,
    je pense que le manque de rigueur dans le fonctionnement de l’etablissement donne une mauvaise
    immage de l’ehpad

    Répondre
    1. SALVIONI Vanni

      Superbe établissement. Demeurant sur la commune de Gilette, pourrais-je le moment venu béneficier
      d’une chambre individuelle. Merci de votr réponse. Salutations distinguées.

      Répondre
  2. lorejo@hotmail.fr

    Bonjour, j’ai eu connaissance de votre établissement lors d’une réunion sur le placement en institution des personnes âgées dépendantes. Excellentes retombées de votre établissement..

    L’état de ma mère qui souffre de la maladie d’Alzheimer fait que je ne peux plus l’ assumer toute seule. Son maintien à domicile est devenu impossible (très grosses mises en danger). Me concernant, Je suis arrivée au bout de mes limites et il est impératif que je trouve un hébergement le plus rapidement possible afin d’être délivrée de cette situation qui dure depuis plus de 4 années. Combien faut il compter de délai pour espérer avoir une place dans votre établissement ? JE N’EN PEUX PLUS. Merci de votre réponse.

    Répondre
    1. Mme Ginon

      bonjour ma mère atteinte de la maladie d’alzheimer est depuis peu hospitalisée à l’hôpital de cimiez, car cela devenait impossible de la garder chez elle. l’assistante sociale m’a contactée ce jour me demandant de trouver une maison de retraite ayant une unité Alzheimer. Je souhaitais savoir, si chez vous il y avait une place, sachant que je suis sur colomars, donc pas très loin de votre maison. Merci de me contacter su mon adresse email. Je suis sa fille.

      Répondre
  3. Morelle Roselyne

    je dois subir une intervention chirurgicale de l’épaule droite et plus tard de l’épaule gauche. Je rentre à Pasteur le 13 septembre et opérée le 14 par le professeur monsieur Gonzales. J’ai déjà subi d’autres interventions: prothèses les 2 genoux, les 2 hanches , 4 interventions dorsales. J’aimerais faire ma rééducation dans vos services, j’habite Tourrette Levens. J’ai rendez-vous avec l’anesthésiste ce 31 août. Merci de me faire savoir votre réponse. Avec mes remerciements recevez, Madame, Monsiieur mes salutations
    Madame Morelle

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *