Le masque et le tuba (ou la pêche aux perles sanitaires du Net) : plongée n°17

 

MASQUE ET TUBA     Le Grand Bleu
           grand-bleu@hopital-territoires.eu

L’hôpital lui recommande l’amputation: il s’enfuit
(20min.ch)

Deux Argoviens passaient une semaine de vacances paisible sous le soleil des Canaries. Mais le premier a commencé à ressentir d’importantes douleurs à la jambe.

Rapidement, un médecin est appelé à l’hôtel et le diagnostic tombe: Fritz J. est atteint d’une thrombose et doit être hospitalisé au plus vite. Dès son admission, les mauvaises nouvelles s’enchaînent. Les médecins lui expliquent qu’ils vont sans doute devoir l’amputer…..

La solution viendra finalement du médecin de famille du Suisse. Ce dernier lui conseille d’acheter des béquilles, de se procurer certains médicaments dans une pharmacie et de sauter dans le premier avion. «Nous avons quitté l’Espagne presque comme des clandestins», raconte Fritz K. Ce n’est qu’une fois en Suisse que le malade va finir par entrevoir le bout du tunnel. Fritz J. n’a pas une thrombose mais une simple inflammation. Le retraité a donc été placé sous antibiotiques…

On ne saura jamais si en plus le médecin espagnol opère comme un pied !

 Le double effet guirlande
(lequotidiendumedecin.fr)

Le service de santé national britannique NHS publie tous les ans sur son site une page dédiée aux incidents survenant pendant les fêtes. Il précise que, parmi les 80 000 personnes admises aux urgences chaque année pendant cette période, 350 le sont en raison d’accidents liés aux guirlandes lumineuses (malgré les messages de prévention diffusés) : brûlures, électrisations, voire électrocutions, chutes en les mettant en place, ingestion de corps étrangers par des enfants…

De quoi se faire enguirlander !

CHU de Caen : une soupape hospitalière
pour la médecine générale pendant la grève
(lequotidiendumedecin.fr)

Le CHU de Caen a ouvert quatre salles de consultations non programmées de médecine générale pour éviter la saturation de ses urgences pendant la grève. Une initiative unique en France et dont le premier bilan est jugé positif par la direction comme par la CME.

Est-ce que servir de soupape pour la médecine générale, devient la vertu cardinale des hôpitaux publics ?

Bayonne : l’hôpital soigne la langue basque
(sudouest.fr)

Sous l’impulsion des membres du personnel volontaires du groupe Ospitalean Euskaraz, le centre hospitalier de Bayonne devient le premier établissement de santé qui s’engage à développer l’euskara entre ses murs.

La langue basque ne sera plus bâillonnée…..

Achats, masse salariale, pertinence des soins :
la piqûre de rappel de Touraine aux hôpitaux
(lequotidiendumedecin.fr)

Marisol Touraine adresse enfin un message commun aux directeurs d’établissements et présidents de CME. « Il faut emporter avec vous l’ensemble de la communauté hospitalière », explique-t-elle alors que le malaise perdure sur la pénibilité à l’hôpital, le temps de travail, ou l’attractivité des carrières.

Face aux « résistances » et aux « difficultés », « il vous faudra convaincre et non imposer », suggère la ministre, invitant les uns et les autres à associer « étroitement » les élus et à tenir compte de la situation sociale des établissements.

A l’EHESP il faudra ouvrir un module « thaumaturgie »

Laisser un commentaire