Au secours, je suis cerné par des nomophobes !

Alain SOLLAND – alain@hopital-territoires.eu

NOMOPHOBE H&T 1

Vous avez sans doute remarqué que les iphones, smartphones et autres blackberries, côtoyant le cloud en surfant sur l’android market, étaient maintenant entre toutes les mains. Sur le point de succomber à la mode en acceptant de troquer mon vieux portable contre l’une de ces machines, j’hésitai. En effet l’usage compulsif de ces petites choses m’avait inquiété, me laissant voir que certains, mais aussi certaines, y avaient gagné une mutation de la main, devenue une sorte de curieux organe « biophone ». Allais-je moi aussi trouver quelques « applis », dont je ne pourrais plus me passer ? Allais-je moi aussi voir ma main se transformer en organe hybride avec un pouce constamment agité à force de jouer au « launcher » d’applis ?

Soucieux de ne pas mourir idiot, je pris donc mon courage à deux mains, avant de risquer la perte de l’une d’elles, et je consultai les catalogues d’applis. Bien entendu je m’étais auparavant  fait initier et pour ne plus rien ignorer des applications, puisqu’il s’agissait de cela, je me penchai sur un icatalogue ad hoc.

Je fus médusé et je ne pus résister à l’envie de vous faire partager les dernières trouvailles des informaticiens, toujours soucieux de nous faciliter la vie. Je vous cite quelques-unes des applis les plus remarquables.

Les traditionnalistes y trouveront le Bréviaire mobile, capable de vous dégoter en un glissement de doigt la prière du jour. Oh my God !

Les plus audacieux se régaleront avec le Hang time qui mesure avec une extrême précision la hauteur à laquelle ils sont capables de lancer leur mobile, à condition toutefois que les audacieux en question soient suffisamment adroits pour récupérer l’engin… avant qu’il ne se fracasse au sol sur le trajet du retour!

Les plus sournois essaieront l’Inap@work qui simule à s’y méprendre le bruit du clavier sur lequel ils devraient taper, alors qu’ils sont en train de se tailler une isieste d’enfer.

Je vous parlerai à peine du testeur de baiser, capable de noter votre performance simplement en embrassant le clavier et je ne vous parlerai pas du Penis size, test qui se passe de commentaire quant à son objectif, mais qui peut le cas échéant vous laisser perplexe, pour peu que vous ayez choisi de consulter, dans le menu, l’option « normes » ….

Compte tenu de tout cet arsenal, je comprends mieux qu’il soit impossible pour certains ou certaines d’imaginer la perte, seulement pour un instant, de leur mobile. De là naît une angoisse, pire, une phobie, maintenant reconnue par la psychiatrie : la nomophobie, néologisme inspiré de la terrible no mobile phobia des anglo-saxons.

Alors, déjà cerné par une armée de nomophobes, j’ai décidé de garder mon vieux portable.

Laisser un commentaire