Accueil » 100 méthodes faciles pour réduire votre taux de sucre dans le sang

100 méthodes faciles pour réduire votre taux de sucre dans le sang

Dans les sections suivantes, nous décrirons des approches complémentaires qui peuvent vous aider à réduire votre taux de sucre dans le sang. Les stratégies ci-dessous ne sont pas destinées à remplacer votre traitement médical standard. Veillez à consulter votre médecin avant d’apporter des changements importants à votre routine quotidienne.

Mode de vie

Maintenir un poids sain

Le surpoids ou l’obésité est le premier facteur de risque d’hyperglycémie, de résistance à l’insuline et de diabète de type 2. Même une légère réduction de poids peut être bénéfique.

La chose la plus importante qui puisse vous aider à perdre du poids est de consommer moins de calories. De multiples études montrent l’efficacité de la restriction calorique pour réduire la glycémie et la résistance à l’insuline.

Exercice physique

L’activité physique est un excellent moyen de gérer la glycémie, et elle est d’autant plus efficace que son intensité et sa durée sont élevées. L’activité musculaire brûle le glucose pour produire de l’énergie et rend les cellules plus sensibles à l’insuline.

Gestion du stress

Le stress augmente les niveaux d’hormones telles que le cortisol et les cytokines inflammatoires. Il en résulte une réduction de la production d’insuline, une résistance accrue à l’insuline et une augmentation de l’envie de sucre, ce qui entraîne finalement une augmentation de la glycémie.

Exposition à la lumière du soleil

La carence en vitamine D a été associée à la résistance à l’insuline, au pré-diabète, au diabète de type 1 et 2 et au syndrome métabolique.

Les récepteurs de la vitamine D sont présents dans le pancréas et augmentent la sécrétion et la sensibilité à l’insuline.

Une exposition modérée à la lumière du soleil est le meilleur moyen d’augmenter le taux de vitamine D dans le sang. Chez des souris soumises à un régime riche en graisses, l’exposition aux UV (mais pas la supplémentation en vitamine D) a réduit la prise de poids, l’intolérance au glucose et la résistance à l’insuline.

Yoga

Le yoga a permis de réduire les taux de glucose à jeun et après les repas et d’améliorer le profil des graisses dans le sang lors de plusieurs essais cliniques menés sur des personnes souffrant ou risquant de souffrir de diabète de type 2, surtout s’il est associé à un traitement adéquat.

Arrêt du tabac

Le tabagisme a été clairement associé à une hémoglobine glyquée plus élevée, un marqueur d’exposition à long terme au glucose qui indique un mauvais contrôle de la glycémie et prédit le risque de diabète de type 2.

De même, les femmes atteintes de diabète gestationnel qui fumaient au début de leur grossesse présentaient des taux d’hémoglobine glyquée et des pics de glycémie plus élevés après un test de tolérance au glucose oral.

Éviter la pollution de l’air

La pollution atmosphérique (en particulier la pollution due au trafic routier, le dioxyde d’azote, la fumée de tabac et les particules) est une cause majeure de résistance à l’insuline et de diabète de type 2.

L’exposition à moyen et long terme à la pollution augmente la glycémie à jeun, l’hémoglobine glyquée, les taux de graisse dans le sang et le risque de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral, en particulier chez les personnes atteintes de diabète de type 2.

Qualité du sommeil

Les recherches suggèrent que la privation de sommeil et la mauvaise qualité du sommeil diminuent la capacité des cellules à réagir à l’insuline, ce qui entraîne une augmentation de la glycémie au fil du temps.

Hygiène bucco-dentaire

Les personnes ayant de bonnes pratiques d’hygiène buccale ont tendance à avoir des taux de glycémie et d’hémoglobine glyquée plus faibles. À l’inverse, les maladies des gencives ont été associées à des taux plus élevés de ces marqueurs.

Méditation

Lors d’un essai clinique sur des personnes souffrant d’une maladie coronarienne, la pratique de la méditation a permis de réduire la glycémie, l’hémoglobine glyquée et les taux d’insuline à jeun après 6 mois.

Régime alimentaire

Réduire les glucides raffinés

La digestion des glucides alimentaires provoque un pic de glycémie, que l’organisme contrecarre en produisant de l’insuline pour stimuler son absorption par les cellules. L’absence de réaction à l’insuline, appelée résistance à l’insuline, entraîne une accumulation de sucre dans le sang. Avec le temps, cela endommage le pancréas et conduit au diabète de type 2.

Les aliments les plus susceptibles de provoquer une résistance à l’insuline sont ceux qui augmentent fortement le taux de sucre dans le sang (en d’autres termes, ceux qui ont un indice glycémique élevé). Ils comprennent les boissons sucrées, les produits de boulangerie, les bonbons, le pain blanc, le riz et les pâtes, et leur surconsommation est associée au diabète de type 2.

De même, il a été démontré que l’adoption d’un régime alimentaire pauvre en glucides raffinés réduisait l’hémoglobine glyquée chez les personnes atteintes de diabète de type 2.

Fibres alimentaires

Contrairement aux glucides raffinés, les fibres retardent les pics de glycémie et réduisent la résistance à l’insuline. Un régime riche en fibres, comme les céréales complètes, les légumineuses, les légumes et les fruits, a été associé à une meilleure sensibilité à l’insuline et à une incidence réduite du diabète de type 2 dans de nombreuses études.

Les interventions diététiques remplaçant les glucides raffinés par des aliments riches en fibres ont augmenté de manière significative la sensibilité à l’insuline chez les personnes en bonne santé et ont contribué à améliorer le contrôle de la glycémie chez les personnes atteintes de diabète de type 2.

Les aliments enrichis en fibres solubles telles que les bêta-glucanes, le glucomannane et l’arabinoxylane ont également été efficaces dans plusieurs essais cliniques.

Amidon résistant

Les amidons résistants sont des amidons qui résistent à la digestion dans l’intestin grêle. Par conséquent, ils ne sont pas absorbés (mais fermentés) dans l’intestin et n’augmentent pas la glycémie comme le font les amidons non résistants (digestibles) typiques.

Dans plusieurs essais cliniques, des interventions diététiques augmentant la consommation d’amidon résistant ont réduit les pics de sucre après les repas et le stress oxydatif, contribuant ainsi à contrôler la glycémie et à prévenir les complications du diabète.

Les sources alimentaires d’amidon résistant comprennent les grains de céréales entiers ou grossièrement moulus, les graines, les légumineuses, les fruits amylacés (par exemple, les bananes), les légumes crus et les amidons à haute teneur en amylose.

Vitamine E

Une étude à grande échelle a associé un apport alimentaire élevé en vitamine E à une incidence réduite du diabète de type 2.

Les sources alimentaires de cette vitamine sont le germe de blé, les noix, les graines de tournesol et de sésame, et leurs huiles végétales respectives.

Dans plusieurs essais cliniques sur des personnes atteintes de diabète de type 2 ou de syndrome métabolique, l’inclusion d’huile de sésame riche en vitamine E dans le régime alimentaire a permis de réduire la glycémie et l’hémoglobine glyquée, ainsi que de diminuer la pression artérielle et d’améliorer le profil lipidique du sang. Dans l’un d’entre eux, l’huile de sésame a renforcé les effets du médicament antidiabétique glibenclamide.

De même, les fruits à coque tels que les pistaches, les noix, les amandes, les noisettes et les cacahuètes ont amélioré le contrôle de la glycémie dans plusieurs essais menés auprès de personnes atteintes ou à risque de diabète de type 2.

Le thé vert

Dans une méta-analyse de 7 études portant sur des personnes en bonne santé, la consommation de thé vert a été associée à une diminution de 18 % de l’incidence du diabète de type 2.

Son potentiel pour améliorer le contrôle de la glycémie chez les personnes atteintes de diabète de type 2 ou à risque de développer cette maladie est moins clair. Alors qu’il s’est avéré efficace pour réduire la glycémie à jeun dans deux méta-analyses (et l’insuline à jeun à fortes doses dans l’une d’entre elles), une troisième a trouvé le thé vert inefficace pour réduire les marqueurs du diabète de type 2 chez les personnes à risque.

Les différences observées peuvent être dues à l’hétérogénéité des populations. Une méta-analyse a montré que le thé vert était particulièrement efficace pour abaisser la glycémie à jeun uniquement chez les personnes âgées de moins de 55 ans ou d’origine asiatique.

Soja

Une méta-analyse a associé une consommation élevée de soja à une réduction de 77 % du risque de développer un diabète de type 2, mais uniquement chez les femmes et les populations asiatiques. Une autre méta-analyse a limité les effets protecteurs à certains produits de soja tels que le tofu, les protéines de soja et les isoflavones de soja.

Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, les produits de soja (en particulier les protéines de soja) améliorent modestement la glycémie à jeun, la résistance à l’insuline et le profil des graisses dans le sang.

Dans un essai clinique sur des femmes enceintes diabétiques, les protéines de soja alimentaires ont amélioré la glycémie, la résistance à l’insuline, le profil des graisses dans le sang et la capacité antioxydante.

Ail

Une méta-analyse de 7 essais cliniques a montré que l’inclusion de l’ail dans le régime alimentaire réduit la glycémie à jeun. Dans un essai sur des personnes atteintes de diabète de type 2, la supplémentation en comprimés d’ail a renforcé les effets de la metformine, un médicament antidiabétique.

Chez les rats, l’ail a réduit la glycémie en diminuant l’activité des enzymes impliquées dans le transport du glucose dans le foie.

Fenugrec

Plusieurs essais cliniques ont montré que les graines de fenugrec réduisent la glycémie et améliorent la sensibilité à l’insuline chez les personnes atteintes ou à risque de diabète de type 2. Une méta-analyse de 10 études a confirmé les effets hypoglycémiants des graines de fenugrec.

Régime méditerranéen

Plusieurs études ont associé l’adhésion à un régime méditerranéen à une réduction du risque de diabète de type 2 allant jusqu’à 23 %, parmi de nombreux autres avantages pour la santé.

Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, il a été démontré que ce régime contribue à améliorer le contrôle de la glycémie et le profil des graisses dans le sang.

Café

Une consommation modérée de café a été associée à une réduction de l’incidence du diabète de type 2 dans de multiples études, en particulier chez les femmes jeunes et d’âge moyen. Les acides chlorogéniques et la caféine semblent être à l’origine de cet effet protecteur.

Des études montrent que la consommation de café à long terme réduit les pics de sucre et augmente la sensibilité à l’insuline, ce qui entraîne un meilleur contrôle de la glycémie.

Huile d’olive

L’inclusion d’huile d’olive dans le régime alimentaire réduit de 16 % le risque de diabète de type 2. Le régime méditerranéen, qui utilise l’huile d’olive comme principale source de graisses, est recommandé pour améliorer le contrôle de la glycémie.

Lors d’un essai clinique sur des personnes en surpoids et diabétiques, l’ajout d’huile d’olive à leur régime alimentaire a permis de réduire de manière significative leur glycémie à jeun et d’améliorer le contrôle métabolique. Dans un autre essai sur des adultes âgés atteints de diabète, un régime contenant de l’huile d’olive a empêché la perte de la vue.

Myrtilles

Les myrtilles améliorent la sensibilité à l’insuline, abaissent la glycémie et réduisent l’inflammation et le stress oxydatif dans plusieurs essais réalisés sur des personnes en bonne santé et sur des personnes atteintes ou à risque de diabète de type 2.

Les flavonoïdes contenus dans les myrtilles (flavonols, flavones, flavanones, flavan-3-ols et anthocyanines) augmentent la sensibilité à l’insuline dans le pancréas, le foie et les muscles, ce qui réduit la concentration de glucose et le risque de diabète de type 2.

Régime cétogène

Un régime cétogène peut aider à réduire la glycémie et à améliorer le contrôle glycémique chez les patients diabétiques de type 2. Le régime pauvre en glucides a eu un résultat plus favorable qu’un régime pauvre en graisses chez les personnes atteintes de diabète de type 2 et de syndrome métabolique.

Lors d’un essai clinique sur des patients obèses et diabétiques, un régime cétogène pauvre en glucides a été aussi efficace pour améliorer le contrôle de la glycémie qu’un régime pauvre en graisses associé à l’orlistat, un médicament antidiabétique.

Câpres

Les câpres sont consommés depuis longtemps pour leurs prétendus effets hypoglycémiants dans des pays comme le Maroc, Israël, la Jordanie et l’Iran.

Lors d’un essai clinique sur des personnes atteintes de diabète de type 2, l’extrait de câpres a réduit les taux sanguins de sucre et d’hémoglobine liée au sucre (HbA1c) sans provoquer d’effets indésirables.

Dans plusieurs études menées sur des rats et des souris diabétiques, les extraits de câpres ont réduit le taux de sucre dans le sang sans modifier le taux d’insuline. Les câpres augmenteraient la dégradation du sucre et la sensibilité à l’insuline.

Melon amer

Le melon amer et son composant, le polypeptide-p, ont tous deux abaissé la glycémie lors d’anciennes études animales et d’essais préliminaires sur des personnes atteintes de diabète. Ses partisans affirment que le melon amer pourrait être utilisé comme un substitut moins antigénique à l’insulinothérapie classique chez les diabétiques.

La plupart des études ont montré que le melon amer était efficace pour abaisser la glycémie (avant et après les repas), améliorer la sécrétion d’insuline et réduire la résistance à l’insuline chez les personnes atteintes ou à risque de diabète de type 2. Cependant, il s’est révélé inefficace dans deux essais.

Comparé aux médicaments antidiabétiques, le melon amer était aussi efficace que la rosiglitazone mais moins que la metformine et le glibenclamide. Il est intéressant de noter qu’il était plus efficace que le glibenclamide pour prévenir l’obstruction des artères.

Cacao/Chocolat noir

Les polyphénols du cacao, en particulier ceux du chocolat noir, ont amélioré la dégradation du glucose, réduit la pression artérielle et les dommages oxydatifs, et amélioré la résistance à l’insuline dans quelques essais cliniques sur des personnes en bonne santé.

Chez les personnes atteintes de diabète de type 2 ou à risque de cette affection (avec une intolérance au glucose), les résultats des différentes études étaient mitigés et les principaux avantages des polyphénols du cacao semblent être l’amélioration de la fonction des vaisseaux sanguins et la diminution du cholestérol sanguin plutôt que l’aide au contrôle de la glycémie.

Magnésium

De faibles niveaux de magnésium jouent un rôle dans le développement de la résistance à l’insuline, du diabète de type 2 et du syndrome métabolique, tandis qu’une consommation élevée d’aliments riches en magnésium tels que les céréales complètes, les haricots, les noix et les légumes à feuilles vertes a été associée à une incidence plus faible du diabète de type 2.

Le magnésium alimentaire a amélioré la sensibilité à l’insuline et réduit les niveaux de glucose à jeun dans un essai clinique.

Les principales sources alimentaires contenant du magnésium sont les légumes verts à feuilles, les fruits, les légumineuses (en particulier le soja), les noix (amandes, noix de cajou), les céréales complètes, la viande rouge et les fruits de mer.

Acide alpha-linolénique

Une étude a révélé une association inverse entre le stockage de l’acide alpha-linolénique (ALA) dans le tissu adipeux et la résistance à l’insuline. De même, l’apport alimentaire en ALA était associé à une réduction de la résistance à l’insuline chez les personnes sans surpoids et à un risque plus faible de diabète de type 2. 

Chez les personnes souffrant de cette affection, un faible apport en ALA augmentait le risque de maladie rénale.

Les sources naturelles d’acide alpha-linolénique comprennent les graines de lin, le chia, le canola, le chanvre, le soja, les noix et leurs huiles respectives.

Zinc

Un faible taux de zinc dans le sang a été associé au diabète et au prédiabète, tandis qu’un apport alimentaire plus élevé de ce minéral peut protéger du diabète de type 2.

Les ions zinc peuvent se lier aux récepteurs de l’insuline et activer les voies de signalisation de l’insuline. En imitant l’insuline, le zinc réduit la sécrétion excessive de cette hormone par les cellules pancréatiques et contribue à protéger le tissu pancréatique des lésions.

Les bonnes sources alimentaires de zinc sont la viande rouge, les fruits de mer, les produits laitiers, les noix, les légumineuses et les céréales complètes.

Gingembre

Trois méta-analyses ont révélé que le gingembre peut réduire la glycémie à jeun, la résistance à l’insuline et le HbA1c (un marqueur de la glycémie à long terme) chez les personnes atteintes ou à risque de diabète de type 2.

Graines de lin

Une méta-analyse de 25 essais cliniques a conclu que les graines de lin entières (mais pas l’huile de lin ni l’extrait de lignane) améliorent le contrôle du sucre en réduisant les taux de glucose sanguin et d’insuline tout en augmentant la sensibilité à l’insuline chez les personnes atteintes ou à risque de diabète de type 2.

Les graines de lin ont également eu des effets bénéfiques sur le métabolisme de l’insuline chez les femmes atteintes de SOPK.

Cannelle

De multiples études montrent que la cannelle réduit la glycémie à jeun et la résistance à l’insuline chez les personnes atteintes ou à risque de diabète de type 2, tandis que ses effets sur l’hémoglobine glyquée sont moins clairs. Cependant, les auteurs de la plupart des méta-analyses ont mis en garde contre la forte hétérogénéité des différentes études incluses.

Chia

Plusieurs essais cliniques ont montré que la supplémentation alimentaire en graines de chia chez les personnes en bonne santé réduit les pics de sucre après les repas en transformant le glucose en un sucre à libération lente.

Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, les graines de chia ont maintenu le contrôle de la glycémie et des graisses, favorisé la perte de poids et aidé à prévenir les maladies cardiaques.

Une méta-analyse a inclus la réduction de la glycémie après les repas parmi les avantages pour la santé des graines de chia.

Régime paléo

Plusieurs essais menés sur des personnes atteintes de diabète de type 2 ou d’intolérance au glucose ont montré que l’adhésion à un régime paléo (comprenant de la viande maigre, des fruits, des légumes et des noix, et excluant le sel ajouté, les céréales, les produits laitiers et les légumineuses) pendant 3 mois réduisait la glycémie et améliorait la sensibilité à l’insuline.

Régime végétarien

Les régimes végétariens et végétaliens ont été associés à des taux de glycémie plus faibles et à une incidence réduite du diabète de type 2.

Chez les personnes atteintes de diabète, un régime végétarien peut contribuer à réduire la glycémie à jeun et à améliorer le contrôle de la glycémie. Cependant, un régime méditerranéen omnivore et le régime paléo sont plus efficaces.

Vitamine A

La vitamine A est essentielle au fonctionnement des cellules bêta du pancréas, qui sont responsables de la production d’insuline. Une carence en cette vitamine entraîne une glycémie excessive et une perte de masse des cellules bêta. De faibles taux sanguins de bêta-carotène, précurseur de la vitamine A, ont été associés à une résistance à l’insuline.

Les sources alimentaires de cette vitamine comprennent les produits laitiers, le foie, le poisson et les céréales enrichies, tandis que les carottes, le brocoli, le cantaloup et la courge fournissent son précurseur, la provitamine A.

Vinaigre de cidre de pomme

Le vinaigre améliore la sensibilité à l’insuline post-prandiale de 34 % chez les personnes résistantes à l’insuline et de 19 % chez les personnes atteintes de diabète de type 2. Dans un autre essai sur des personnes atteintes de diabète de type 2, il a réduit la glycémie à jeun.

Chez des personnes en bonne santé, l’ajout de vinaigre à un repas à fort indice glycémique a réduit de manière significative la glycémie post-prandiale.

Le vinaigre a augmenté l’absorption du glucose stimulée par l’insuline dans les cellules, permettant ainsi à l’insuline de mieux faire son travail et améliorant le métabolisme des glucides.

Le jeûne intermittent

Lors d’un petit essai sur des hommes en bonne santé, le jeûne intermittent a augmenté l’absorption du sucre dans le sang en réponse à l’insuline.

Chez les personnes à risque de développer un diabète de type 2, le jeûne intermittent améliore le contrôle de la glycémie et la sensibilité à l’insuline.

Chez les personnes diagnostiquées avec un diabète de type 2, les effets du jeûne intermittent étaient mitigés. Selon les études, le jeûne a amélioré le contrôle de la glycémie, n’a eu aucun effet ou a même augmenté l’hémoglobine glyquée.

Figuier de Barbarie

Des recherches préliminaires montrent que la figue de barbarie peut réduire la glycémie jusqu’à 48 % chez les personnes atteintes de diabète de type 2, même après un repas riche en glucides.

Histidine

Une étude d’observation sur des personnes obèses a associé une plus grande quantité d’histidine alimentaire à des taux de glycémie à jeun plus faibles et à une meilleure sensibilité à l’insuline.

Il existe un certain nombre d’aliments qui contiennent des quantités élevées d’histidine et qui peuvent aider à compléter les faibles niveaux d’histidine. Il s’agit notamment d’aliments à base de protéines tels que les œufs, le bœuf, le poulet, le porc et le poisson. Les autres aliments riches en histidine sont le soja, les haricots, le blé, le maïs, le quinoa et le riz.

Baies de Goji

Dans un essai clinique sur des personnes atteintes de diabète de type 2, la prise de glucides de fruits de goji pendant 3 mois a permis de réduire les pics de glycémie après les repas et la résistance à l’insuline.

Suppléments

Amidon résistant

De multiples essais cliniques montrent que la supplémentation en amidon résistant peut réduire les taux de glucose à jeun et post-prandial tout en améliorant la résistance à l’insuline, en particulier chez les personnes atteintes de diabète de type 2 et d’obésité.

Compléter le régime alimentaire avec de l’amidon résistant peut prévenir les complications résultant d’un excès de sucre dans le sang chez les patients atteints de diabète de type 2. L’amidon résistant a amélioré la glycémie, réduit les toxines libérées par les bactéries, augmenté les antioxydants et protégé les vaisseaux sanguins chez les personnes atteintes de cette maladie.

Des recherches préliminaires menées chez l’animal suggèrent que l’amidon résistant pourrait contribuer à réduire la glycémie en ralentissant l’absorption et la digestion des glucides, en stimulant le stockage des glucides dans le foie et les muscles et en améliorant la sensibilité à l’insuline.

Aloe Vera

Une supplémentation en aloe vera a permis de réduire la glycémie, le cholestérol total, le LDL (mauvais cholestérol) et l’hémoglobine glyquée chez les personnes atteintes de diabète de type 2. De même, elle a réduit la glycémie et la résistance à l’insuline chez les personnes à risque de cette affection.

Une méta-analyse de 9 études a révélé que les patients diabétiques présentaient la plus forte amélioration de leur glycémie après la prise d’aloès par rapport aux patients en bonne santé.

Dans les cellules humaines, un composé de l’aloe vera (glycosides d’aloe-emodine) a augmenté l’absorption du glucose et la synthèse du glycogène. Cela peut réduire les niveaux de glucose et aider à stopper la résistance à l’insuline.

Zinc

Plusieurs méta-analyses ont montré qu’une supplémentation en zinc pouvait réduire la glycémie, la résistance à l’insuline et les taux d’hémoglobine glyquée chez les personnes souffrant d’obésité, de diabète (de type 1 et 2) et de syndrome métabolique.

Le zinc peut également diminuer la gravité de la neuropathie diabétique (douleur nerveuse), le stress oxydatif et les taux de cholestérol/triglycérides chez les patients diabétiques de type 2.

Probiotiques

Une supplémentation en probiotiques tels que Lactobacillus acidophilus, L. casei, L. rhamnosus, Bifidobacterium breve, B. longum et B. animalis a amélioré le contrôle de la glycémie chez les personnes atteintes ou à risque de diabète de type 2 dans de multiples essais. De plus, ils ont diminué la pression artérielle, réduit le stress oxydatif et amélioré le profil des graisses dans le sang.

Une méta-analyse de 11 études a montré que la supplémentation en probiotiques Lactobacillus et Bifidobacterium était efficace pour améliorer le contrôle de la glycémie, les profils lipidiques, l’inflammation et le stress oxydatif chez les femmes enceintes atteintes de diabète gestationnel.

Chrome

Selon une revue des essais cliniques, le chrome augmente la fonction insulinique et aide à prévenir le diabète de type 1, de type 2, gestationnel et induit par les stéroïdes.

Trois méta-analyses ont conclu que le chrome, seul ou en différentes combinaisons, peut améliorer significativement le contrôle de la glycémie. Le picolinate de chrome a donné les meilleurs résultats.

L-Carnitine

Deux méta-analyses ont conclu que la supplémentation en L-carnitine peut aider à réduire la glycémie à jeun, l’insuline et l’hémoglobine glyquée tout en augmentant la sensibilité à l’insuline.

Certains chercheurs suggèrent que la L-carnitine pourrait améliorer la sensibilité à l’insuline en affectant la dégradation des graisses dans les tissus maigres et les muscles.

Spiruline

Dans deux méta-analyses, la spiruline a amélioré de manière significative la glycémie à jeun, la résistance à l’insuline et le profil des graisses sanguines chez les personnes en bonne santé et celles souffrant de diabète de type 2 et de syndrome métabolique.

Cependant, certains chercheurs contestent l’affirmation selon laquelle la spiruline peut réduire la glycémie dans le diabète de type 2 : douze semaines de comprimés de spiruline (8 g/jour) n’ont pas modifié la glycémie dans un groupe de Coréens diabétiques. L’état de santé de chaque personne (et éventuellement sa race) peut affecter sa réponse à la spiruline.

Ortie piquante

Une méta-analyse de 8 études a révélé que la supplémentation en ortie peut aider à réduire la glycémie à jeun chez les personnes atteintes de diabète de type 2. Cependant, la supplémentation n’a eu aucun effet sur les niveaux d’hémoglobine glyquée.

Les produits chimiques présents dans les feuilles et les tiges d’ortie (mais pas dans les racines) semblent déclencher la libération d’insuline et d’autres composés qui réduisent la glycémie.

L’écorce de psyllium

Lors de plusieurs essais cliniques, la consommation de psyllium au cours des repas a permis de réduire de manière significative les taux de glycémie à jeun et après les repas, les pics d’insuline et les taux de HbA1c. Des résultats similaires ont été observés dans une méta-analyse de 7 études.

Dans un petit essai clinique, la cosse de psyllium a non seulement amélioré la glycémie à jeun et les taux d’HbA1c, mais elle a également amélioré la tolérance des patients à la metformine, un médicament antidiabétique.

Coenzyme Q10

Une méta-analyse de 18 études sur des personnes en bonne santé a montré que la coenzyme Q10 (CoQ10) réduisait la glycémie chez les personnes présentant des taux élevés et normaux, avec des doses inférieures à 200 mg/jour.

Une autre analyse de 14 études sur des personnes diabétiques en surpoids ou obèses a montré que le CoQ10 réduisait la glycémie (à jeun et HbA1c) et les taux d’insuline à des doses inférieures à 200 mg/jour.

Inuline

Dans trois essais cliniques menés auprès de personnes d’âge moyen et de personnes âgées, la supplémentation en inuline a permis de réduire de manière significative la glycémie avant et après les repas, la résistance à l’insuline et l’hémoglobine glyquée.

Une méta-analyse de 20 études a révélé une tendance à la réduction de la glycémie chez les patients diabétiques de type 2 supplémentés en inuline.

Mûre blanche

Dans 4 essais cliniques sur des personnes en bonne santé, l’extrait de feuilles de mûrier blanc a réduit la digestion et l’absorption des glucides, ce qui a entraîné une diminution de la glycémie et des pics d’insuline après les repas.

L’extrait a eu des effets similaires chez les personnes atteintes de diabète de type 2 ou risquant de développer cette affection. De plus, il a contribué à retarder la progression des lésions rénales diabétiques en améliorant le statut antioxydant et le profil des lipides sanguins.

Un complexe nutraceutique contenant de l’extrait de mûre blanche, de la levure de riz rouge et de la berbérine a réduit la glycémie à jeun, l’insuline sanguine et l’hémoglobine liée au sucre (hémoglobine glyquée) lors de deux essais sur des personnes présentant des taux élevés de graisse dans le sang, réduisant ainsi probablement leur risque de développer un diabète de type 2.

Berbérine

Selon une méta-analyse, la berbérine pourrait être bénéfique chez les personnes atteintes de diabète de type 2. Cependant, les auteurs ont souligné que les preuves étaient globalement faibles car les essais inclus étaient peu nombreux et de faible qualité méthodologique. Selon une autre méta-analyse, la berbérine réduit la glycémie à jeun et post-prandiale, ainsi que les taux d’hémoglobine glyquée.

Curcumine (curcuma)

La curcumine est un composé présent dans l’épice curcuma. De multiples études animales et des recherches cliniques préliminaires ont montré que la curcumine peut abaisser le taux de sucre dans le sang, diminuer la résistance à l’insuline, améliorer la fonction des cellules pancréatiques, supprimer la mort de ces cellules, et finalement prévenir le développement du diabète.

Astragale

L’astragale est la plante la plus populaire pour la gestion du diabète en Chine. Une méta-analyse de 13 études a montré que l’astragale par voie orale et par voie intraveineuse était efficace pour réduire la glycémie et l’hémoglobine A1c lorsqu’elle était ajoutée au traitement standard. Cependant, les auteurs ont souligné la qualité limitée des essais inclus.

Chez les femmes enceintes souffrant de diabète gestationnel, l’astragale contrôle la glycémie et réduit les dommages oxydatifs.

Chez les animaux de laboratoire, l’astragale améliore la glycémie à jeun, la résistance à l’insuline, la fonction rénale et la masse des cellules pancréatiques productrices d’insuline.

Ginkgo Biloba

Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, l’extrait de ginkgo améliore le contrôle de la glycémie, l’état psychologique et l’efficacité de la metformine, un médicament antidiabétique.

L’extrait de ginkgo peut augmenter l’activité des cellules pancréatiques qui produisent l’insuline (cellules bêta) sans provoquer de résistance à l’insuline.

De plus, l’extrait de ginkgo réduit la résistance à l’insuline, les dommages oxydatifs, l’inflammation et le risque et la gravité des complications telles que les dommages cardiaques, rénaux et oculaires chez les personnes atteintes de diabète de type 2 et de syndrome métabolique.

L-Arginine

Le diabète a été associé à des niveaux plus faibles de L-arginine, à des voies métaboliques perturbées de cet acide aminé et à une production réduite d’insuline en réponse au sucre et à la L-arginine.

Une supplémentation en L-arginine a amélioré la sensibilité à l’insuline et augmenté la libération d’insuline post-prandiale chez les personnes atteintes de diabète de type 2. Dans une étude de suivi à long terme de personnes atteintes du syndrome métabolique, la supplémentation en L-arginine a été associée à une réduction de l’apparition du diabète de type 2.

La L-arginine peut favoriser la formation de cellules productrices d’insuline dans le pancréas, comme cela a été observé dans des études animales.

Ginseng

Une revue de 16 études a déterminé que le ginseng réduisait légèrement la glycémie à jeun, mais a souligné que les différents types de ginseng peuvent différer dans leur efficacité, ce qui rend nécessaire la réalisation de plus d’études cliniques.

Chez les personnes en bonne santé, le ginseng américain et le ginseng coréen ont tous deux réduit la glycémie. Cependant, une revue de 2 études a déterminé que la consommation constante de ginseng n’avait aucun effet sur le contrôle de la glycémie chez les individus en bonne santé.

Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, le ginseng rouge coréen a également donné des résultats mitigés : il a réduit la glycémie, la résistance à l’insuline et l’hémoglobine glyquée dans certaines études, mais s’est révélé inefficace dans d’autres.

Myo-Inositol

Dans plusieurs essais sur des femmes enceintes en bonne santé, la supplémentation en myo-inositol a permis de prévenir le diabète de 50 %. L’effet était le plus fort chez les femmes en surpoids, qui sont les plus exposées au risque. Chez les femmes enceintes atteintes de SOPK, le myo-inositol était plus efficace que la metformine pour prévenir le diabète gestationnel.

Lors d’un essai sur des femmes souffrant de diabète pendant la grossesse, le myo-inositol a réduit la glycémie à jeun et l’insuline, ce qui a eu un effet bénéfique sur la résistance à l’insuline.

Le myo-inositol imite les effets de l’insuline et semble améliorer la sensibilité à l’insuline. D’après les études réalisées jusqu’à présent, il semble mieux adapté aux femmes en surpoids.

Moringa

Les comprimés de feuilles de moringa pris jusqu’à 3 mois ont réduit à la fois la glycémie et l’hémoglobine glyquée (HbA1C) chez les personnes atteintes de diabète de type 2. De même, des doses élevées (4-20 g/jour) de poudre de feuilles de moringa ont réduit la glycémie tout en augmentant la production d’insuline chez des personnes saines et diabétiques.

Chardon Marie

L’extrait de chardon-marie (standardisé à sa teneur en silymarine) a réduit la glycémie à jeun, l’insuline, la résistance à l’insuline et l’hémoglobine glyquée chez les personnes atteintes de diabète de type 2. Chez les personnes atteintes de diabète de type 1 et de lésions hépatiques alcooliques, il a également réduit le stress oxydatif et les besoins en insuline.

L’association d’un extrait de chardon-marie et de berbérine a permis de réduire la dose d’insuline nécessaire et de diminuer les lipides sanguins chez les personnes atteintes de diabète de type 1.

Magnésium

Une supplémentation en magnésium améliore la résistance à l’insuline, les niveaux de glucose, le profil des graisses sanguines et la pression artérielle chez les personnes atteintes ou à risque de diabète de type 2.

Haricot blanc

Dans un petit essai clinique, les personnes qui ont pris 1 500 mg et 750 mg d’un extrait commercial de haricot blanc (phase 2) avec leur repas ont absorbé respectivement 1/3 et 2/3 des glucides. Cependant, seule une dose élevée (3 000 mg) s’est avérée efficace dans un autre essai.

De même, un inhibiteur de l’enzyme qui décompose l’amidon (alpha-amylase) purifié à partir de haricots blancs a réduit l’augmentation de la glycémie et du taux d’insuline après les repas dans un petit essai mené auprès de personnes atteintes de diabète de type 2.

Chez les rats, les haricots blancs crus et leur inhibiteur d’alpha-amylase ont réduit le taux de sucre dans le sang.

Eleuthero

Dans une étude clinique, les personnes prenant de l’extrait d’éleuthérocoque ont vu leur glycémie diminuer à jeun et après les repas, ainsi que leur taux d’HbA1c, de triglycérides et de cholestérol total.

Chez les souris diabétiques, ses composants actifs, l’éleuthéroside E et B, ont favorisé la fonction des cellules pancréatiques qui fabriquent l’insuline et ont réduit la glycémie et la résistance à l’insuline.

Huile de carthame

L’huile de carthame (8 g/jour) pendant 16 semaines a diminué la glycémie à jeun chez des femmes obèses, ménopausées et atteintes de diabète de type 2.

Dans de multiples études sur des rates enceintes, l’huile de carthame a prévenu le diabète gestationnel.

Dans des tubes à essai, l’huile de carthame a inhibé une enzyme qui décompose l’amidon en sucres simples (alpha-amylases). L’huile de carthame peut donc réduire la quantité de sucres que l’intestin absorbe à partir des amidons alimentaires, ce qui réduit les pics de glycémie après les repas.

L-Arginine

Un faible taux de L-arginine a été associé au diabète et à une production réduite d’insuline en réponse au sucre.

Chez les personnes souffrant d’obésité ou de syndrome métabolique, la supplémentation en L-arginine a été associée à une réduction de l’apparition du diabète de type 2.

Trois essais cliniques ont montré que la supplémentation en L-arginine peut contribuer à réduire le stress oxydatif chez les patients diabétiques de type 2 en produisant de l’oxyde nitrique et en activant des enzymes antioxydantes telles que la SOD. Cela peut aider à prévenir les complications du diabète.

Propolis

Dans 6 essais sur des personnes atteintes de diabète de type 2, 400 à 1500 mg/jour de propolis ont permis de réduire la glycémie et de renforcer la défense antioxydante.

Les diabétiques peuvent développer des plaies ouvertes sur la plante du pied (ulcères du pied diabétique). Les taux élevés de sucre dans le sang réduisent la capacité de l’organisme à guérir ces ulcères, provoquant des infections graves qui peuvent même nécessiter l’amputation du membre affecté. La propolis topique a accéléré la guérison des ulcères du pied diabétique dans deux petits essais.

Acide alpha-lipoïque

L’acide alpha-lipoïque semble avoir des effets bénéfiques dans la prévention du diabète en imitant l’activité de l’insuline et en améliorant l’utilisation du glucose. Dans certains pays, il est approuvé dans le cadre d’un plan de traitement pour les patients diabétiques.

Dans plusieurs essais cliniques sur des personnes atteintes de diabète de type 2, l’acide lipoïque a diminué la glycémie et amélioré la sensibilité à l’insuline.

Gymnema

Un supplément de Gymnema (GS4) a réduit la dose nécessaire de médicaments antidiabétiques chez les personnes atteintes de diabète de type 2 et d’insuline chez celles atteintes de diabète de type 1. Cinq patients atteints de diabète de type 2 n’ont même pas eu besoin de traitement conventionnel pendant toute la durée de l’essai.

Dans d’autres essais sur des personnes atteintes de diabète de type 2, un supplément de Gymnema (OSA) et des feuilles de Gymnema broyées ont réduit les niveaux de glucose dans le sang.

Les extraits de Gymnema aideraient à améliorer le diabète par la combinaison de plusieurs actions : ralentir l’absorption du glucose dans l’intestin, stimuler la libération d’insuline par le pancréas tout en aidant à régénérer les cellules qui la produisent (cellules bêta, qui sont endommagées par le diabète), et corriger l’utilisation et le stockage du glucose dans le corps.

Salacia

La prise de thé salacia pendant les repas a permis de réduire la glycémie (à jeun et après les repas) et le taux d’hémoglobine glyquée dans quelques essais cliniques menés auprès de personnes atteintes de diabète de type 2.

Vanadium

Des suppléments oraux de vanadium administrés à des patients diabétiques de type 1 et de type 2 ont diminué les taux de glycémie à jeun et la résistance à l’insuline dans quelques petits essais. Ils n’ont provoqué aucun effet secondaire majeur, à l’exception d’une légère diarrhée au début de la période de traitement. Cependant, l’utilisation prolongée de ces doses élevées pourrait être dangereuse.

Niacinamide

Lors d’études cliniques menées chez des adultes et des enfants atteints de diabète de type 1, l’ajout de niacinamide à l’insulinothérapie a permis de maintenir des taux normaux de C-peptide. Elle a préservé la fonction des cellules bêta et a contribué à retarder la progression de la maladie.

La niacinamide a également amélioré les taux de peptide C et de sucre dans le sang chez les personnes atteintes de diabète de type 2.

Cependant, la niacinamide orale n’a pas réussi à prévenir le diabète de type 1 chez les personnes à haut risque.

Cardamome

La cardamome verte réduit l’insuline sanguine et la résistance à l’insuline dans certains essais (mais pas tous) menés auprès de personnes atteintes ou à risque de diabète de type 2.

Chez les rats diabétiques, la cardamome verte et la pioglitazone, un médicament antidiabétique, ont été aussi efficaces l’une que l’autre pour réduire les taux de cholestérol sanguin et de glycémie à jeun, et pour prévenir l’hypertrophie du foie. Cependant, seule la pioglitazone a permis de réduire efficacement la glycémie après un repas.

Gynostemma (Jiaogulan)

La consommation de thé de gynostemma pendant 4 à 12 semaines a permis de réduire la glycémie avant les repas et la résistance à l’insuline lors de deux essais cliniques sur des personnes atteintes de diabète de type 2. De plus, l’extrait de gynostemma a renforcé l’effet hypoglycémiant des sulfonylurées chez les personnes atteintes de cette maladie.

Banaba

La feuille de banaba peut aider à réduire la glycémie en augmentant la tolérance au glucose. Elle peut diminuer la production de glucose dans l’organisme jusqu’à 30 % et réduire la dégradation des molécules de stockage (comme l’amidon et le glucagon) en glucose.

Lors d’essais cliniques sur des personnes souffrant de diabète de type 2 mal contrôlé, une supplémentation en extrait de banaba a permis de réduire la glycémie sans provoquer d’hypoglycémie.

Chez les personnes à haut risque de diabète, un produit associant un extrait de banaba et de l’écorce de cannelle a amélioré la sensibilité à l’insuline.

Resvératrol

Une méta-analyse de 11 petites études a montré que la supplémentation en resvératrol pouvait améliorer le contrôle de la glycémie et la sensibilité à l’insuline chez les personnes atteintes de diabète de type 2, mais pas chez les personnes en bonne santé. Cependant, la dernière revue Cochrane a jugé les preuves insuffisantes pour soutenir cette utilisation du resvératrol.

Chez les personnes atteintes du syndrome métabolique, il a été démontré qu’une supplémentation d’au moins 500 mg de resvératrol pendant plus de 10 semaines permettait de réduire la glycémie.

Créatine

La créatine, associée à un entraînement cardio, a permis de réduire la glycémie lors d’un essai mené sur des hommes sédentaires mais en bonne santé.

La créatine a également réduit la glycémie après les repas avec des effets comparables à ceux de la metformine et du glibenclamide chez des personnes atteintes de diabète de type 2.

Les suppléments de créatine ont considérablement réduit la glycémie dans plusieurs études sur des animaux atteints de diabète. Cependant, ils ne semblent pas affecter la sensibilité à l’insuline ou les niveaux d’insuline.

Pycnogénol

Un certain nombre d’essais cliniques suggèrent que le pycnogénol peut réduire la glycémie et l’hémoglobine glyquée (HbA1c) s’il est pris quotidiennement pendant au moins 12 semaines.

Cependant, dans toutes les études ci-dessus, les niveaux d’insuline n’ont pas changé. Le pycnogénol peut réduire les niveaux de glucose, mais il ne semble pas augmenter la production d’insuline ou la sensibilité à l’insuline.

Protéine de petit-lait

Chez des sujets diabétiques de type 2, la prise de protéines de lactosérum au cours d’un repas a augmenté la réponse insulinique et diminué de manière significative les taux de glucose dans le sang.

Les personnes qui ont du mal à maintenir un faible taux de sucre dans le sang peuvent consommer des protéines de lactosérum avant un repas riche en glucides pour réduire le taux de glucose après le repas.

Lysine

Dans deux petits essais menés auprès de personnes atteintes de diabète de type 2, une supplémentation orale en lysine a permis de réduire la glycémie et d’améliorer la sensibilité à l’insuline.

De même, la lysine a diminué la glycémie tout en augmentant le glucagon et l’insuline chez des personnes en bonne santé.

Gomme xanthane

La gomme de xanthane a réduit les niveaux de glucose à jeun et a empêché les pics de glycémie après un repas sans provoquer de symptômes digestifs sévères dans 3 essais cliniques sur des personnes saines et diabétiques.

Caroube

Dans un essai sur des personnes en bonne santé, l’inositol de la caroube a permis de réduire la glycémie et l’insuline après les repas, ainsi que les marqueurs de résistance à l’insuline. De même, les fibres de caroube ont permis de contrôler les taux de glycémie et d’insuline après une boisson sucrée, mais uniquement à forte dose (au moins 10 g).

Chez les personnes atteintes de prédiabète, l’inositol de la caroube a permis de réduire les taux de glycémie et d’insuline, en particulier chez les non-obèses

Gourde de lierre

Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, la prise de feuilles de courge lierre ou de leur extrait a permis de réduire la glycémie à jeun et non à jeun, ainsi que l’hémoglobine glyquée.

Thé de Guarumo

La consommation de thé préparé à partir de feuilles de guarumo a permis de réduire la glycémie à jeun et les taux d’hémoglobine glyquée dans deux essais cliniques sur des personnes atteintes de diabète de type 2.

Yerba Mate

Dans un essai clinique, le thé yerba mate a diminué la glycémie à jeun, l’hémoglobine glyquée et le taux de cholestérol LDL chez des personnes atteintes de diabète de type 2, mais n’a eu aucun effet sur la prise alimentaire. Chez les patients prédiabétiques, le thé a amélioré les taux de cholestérol et de triglycérides et a réduit leur consommation de graisses et de cholestérol tout en augmentant leur consommation de fibres.

Le yerba mate peut avoir des effets supplémentaires en diminuant la résistance à l’insuline et en réduisant la formation de produits finaux de glycation avancée. Ces composés sont formés à partir d’un taux élevé de sucre dans le sang et contribuent aux complications du diabète comme une mauvaise circulation sanguine, une mauvaise vision, des lésions rénales et des inflammations. Pour obtenir ce dernier avantage, il est préférable de ne pas ajouter de sucre au thé maté.

Chanca Piedra

Dans deux petits essais cliniques menés sur 30 personnes, le chanca piedra a permis de réduire le taux de sucre dans le sang. Cela a été confirmé par de nombreuses études sur des rats diabétiques.

Le chanca piedra peut réduire la glycémie en bloquant les enzymes qui digèrent les glucides complexes, en retardant l’absorption du sucre et en augmentant le stockage du sucre dans le foie.

Algue Kelp

Des pilules de varech en poudre et des polyphénols extraits de cette algue ont réduit les taux de sucre, la résistance à l’insuline et les marqueurs inflammatoires chez les personnes atteintes de diabète de type 2. Cependant, les polyphénols de varech se sont révélés inefficaces dans un autre essai.

Stevia

Une étude menée sur des volontaires sains a révélé que les taux de glycémie post-prandiale étaient plus bas chez les consommateurs de stévia que chez les personnes utilisant du sucre de table ou de l’aspartame comme édulcorants.

Les glycosides de stéviol ont empêché les pics de glycémie chez les personnes atteintes de diabète de type 2, mais les chercheurs ont utilisé de l’amidon de maïs comme témoin, ce qui a un impact significatif sur la glycémie. En outre, une autre étude clinique n’a pas réussi à confirmer les avantages des glycosides de stéviol pour les patients atteints de diabète de type 1 et de type 2.

Les composants de la stévia tels que le rebaudioside A, le stevioside et le steviol peuvent augmenter la sécrétion d’insuline en stimulant les cellules pancréatiques et améliorer la sensibilité à l’insuline.

Mangue africaine

Lors d’un essai clinique sur des personnes atteintes du syndrome métabolique, l’extrait de mangue africaine a réduit les taux de sucre et de graisse dans le sang, et a même entraîné une rémission du syndrome métabolique chez 58 % des patients. Dans une autre étude menée sur des volontaires en surpoids, l’extrait de graines de mangue africaine a réduit les taux de glycémie à jeun de 25 % après 8 semaines.

En outre, ses graines peuvent contribuer à la gestion du diabète grâce à leur teneur élevée en fibres solubles.

Boswellia

La résine de gomme de Boswellia a augmenté de manière significative les taux sanguins de HDL et a diminué la glycémie, le cholestérol total et LDL, les triglycérides, les lésions hépatiques et l’hémoglobine glyquée après 6 à 12 semaines d’essais cliniques chez des personnes atteintes de diabète de type 2.

Chez les rats diabétiques, l’extrait de Boswellia réduit la glycémie, le cholestérol et les triglycérides, et prévient la destruction des cellules pancréatiques et les complications au niveau des reins et du foie.

La vitamine D

Dans un essai clinique mené auprès de personnes présentant un risque de diabète de type 2, une supplémentation en vitamine D à forte dose a permis de prévenir cette affection en améliorant la sensibilité à l’insuline. De même, de fortes doses de cette vitamine ont réduit la résistance à l’insuline chez les femmes enceintes.

Collagène

Les personnes atteintes de diabète de type 2 qui ont pris des suppléments de collagène pendant 3 mois ont vu leur glycémie, leur pression artérielle, leur taux de cholestérol et leur taux de créatinine diminuer.

Colostrum

Lors d’un essai clinique sur des personnes atteintes de diabète de type 2, la supplémentation en colostrum a permis de réduire les taux de glycémie, de cholestérol, de cétones et de triglycérides. De même, des comprimés de colostrum de chèvre ont réduit la glycémie et la dose d’insuline nécessaire chez des personnes atteintes de diabète de type 1.

Dans un petit essai, un extrait de feuille d’olivier (oleuropéine) a réduit le taux de glycémie après les repas en bloquant la production de radicaux libres. Dans un autre essai sur des hommes en surpoids, une supplémentation en extrait de feuille d’olivier pendant 12 semaines a amélioré la sensibilité à l’insuline et l’activité des cellules pancréatiques qui produisent cette hormone (cellules bêta).

Chez les lapins et les souris diabétiques, l’extrait de feuilles d’olivier a permis de réduire et de rétablir des niveaux normaux de glucose dans le sang, d’améliorer la sensibilité à l’insuline et de réduire un marqueur de dommages oxydatifs (MDA).

Basilic sacré (Tulsi)

Dans une petite étude menée auprès de personnes atteintes de diabète de type 2, le basilic sacré a réduit de 17,6 % la glycémie à jeun et de 7,3 % la glycémie post-prandiale.

Dans un autre essai clinique préliminaire, des feuilles de basilic sacré en poudre (2x/jour pendant 3 mois), en association avec du glibenclamide, ont réduit la glycémie à jeun de 15,6 %, la glycémie postprandiale de 13,4 % et les taux de HbA1c de 18,2 % par rapport au glibenclamide seul.

Un extrait aqueux de tulsi a diminué les niveaux de sucre dans le sang dans une étude sur des rats diabétiques.

La levure de riz rouge

La levure de riz rouge peut réduire le taux de cholestérol, la pression artérielle et la glycémie ; elle a également des effets anti-inflammatoires et de renforcement des os. Néanmoins, les médecins hésitent à prescrire la levure rouge pour le syndrome métabolique et le diabète en raison de la toxicité de la citrinine et d’un profil chimique incohérent.

Ashwagandha

Lors d’un petit essai, l’Ashwagandha a réduit le taux de sucre dans le sang de manière aussi efficace que les médicaments contre le diabète, sans effets secondaires importants.

L’Ashwagandha a également réduit la glycémie dans plusieurs études sur les animaux. Dans certaines d’entre elles, les taux de HbA1c (une mesure de la glycémie à long terme) et d’insuline ont également été améliorés. 

L’ashwagandha a également protégé les animaux diabétiques des lésions des cellules pancréatiques et des cataractes.

Le jacquier

Dans un essai pilote, un extrait de feuilles de jacquier pris sous forme de thé a amélioré la tolérance au sucre dans le sang chez des personnes en bonne santé et des patients diabétiques.

Le traitement de rats sains et diabétiques avec des extraits de feuilles de jacquier ou d’écorce de tige a réduit les niveaux de sucre dans le sang à jeun, amélioré la tolérance au sucre et/ou augmenté les niveaux d’insuline dans le sang. Cette activité antidiabétique est due à leur teneur élevée en flavonoïdes tels que la quercétine.

Clou de girofle

Lors d’une petite étude sur des volontaires sains, une supplémentation en extrait de clou de girofle a permis de réduire la glycémie avant et après les repas. L’extrait a favorisé l’absorption du glucose par les cellules musculaires et a empêché sa production dans les cellules hépatiques.

Feuilles de laurier

Lors d’un essai clinique sur des personnes atteintes de diabète de type 2, la consommation de gélules contenant des feuilles de laurier moulues a permis de réduire la glycémie de 21 à 26 % après 30 jours.

Figue

Dans un petit essai sur des personnes atteintes de diabète de type 1, un thé à base de feuilles de figuier a permis de réduire la glycémie après les repas et les besoins en insuline.

Levure de bière

Des recherches cliniques préliminaires suggèrent que la prise de levure de bière avec du chrome pendant 8 semaines peut réduire les niveaux de glucose à jeun après les repas chez les personnes atteintes de diabète de type 2. La levure de bière a également réduit la nécessité de prendre des médicaments contre le diabète tels que le glibenclamide.

Tribulus

Lors d’un essai sur des femmes atteintes de diabète de type 2, 1 g/jour de tribulus pendant trois mois a permis de réduire la glycémie à jeun et l’hémoglobine glyquée (HbA1c).

Agaricus Blazei

Dans un essai clinique sur des personnes atteintes de diabète de type 2, la supplémentation en Agaricus blazei pendant 12 semaines a amélioré la résistance à l’insuline.

Histidine

Lors d’un essai clinique sur des femmes obèses atteintes du syndrome métabolique, la supplémentation en histidine a permis de réduire significativement la résistance à l’insuline.

Glucosamine

Une étude à grande échelle a associé l’utilisation de suppléments de glucosamine à une incidence réduite du diabète de type 2.

Cependant, il est important de noter que la glucosamine peut interférer avec le métabolisme du glucose car la structure des deux molécules est similaire. Bien qu’elle n’ait eu aucun effet sur les patients diabétiques dont le taux de sucre est contrôlé, elle peut augmenter la glycémie chez les personnes souffrant de diabète non traité ou de résistance à l’insuline.

A lire également