février 27, 2020

15 Antibiotiques naturels et leurs effets secondaires

Sommaire

Les antibiotiques ont été découverts pour la première fois lorsqu’Alexander Fleming a remarqué que la moisissure (Penicillium notatum) empêchait la croissance des bactéries. Des antibiotiques pharmaceutiques ont ensuite été mis au point, mais certains ont des effets secondaires.

Plus important encore, la prescription excessive et la mauvaise utilisation des antibiotiques ont conduit de nombreuses bactéries à développer une résistance aux antibiotiques. Lisez la suite pour en savoir plus sur les substances naturelles ayant des propriétés antibiotiques.

Que sont les antibiotiques naturels ?

Les maladies infectieuses causées par des bactéries, des champignons ou des virus sont extrêmement courantes. En raison de leur prescription excessive et de leur mauvaise utilisation, les antibiotiques pharmaceutiques sont de plus en plus inefficaces pour traiter certaines de ces maladies.

En outre, certains antibiotiques pharmaceutiques s’accompagnent d’effets secondaires nocifs, tels que vomissements, diarrhées, réactions allergiques et éruptions cutanées. Ils peuvent également provoquer un dysfonctionnement des microbiotes, ce qui augmente le risque de développer l’obésité, le diabète et des infections bactériennes et fongiques récurrentes.

De nombreuses épices et herbes, telles que l’ail, l’origan, le thym et le curcuma, présentent des propriétés antibactériennes, antifongiques et antivirales, ce qui suggère leur potentiel en tant que complément aux traitements antibiotiques.

Vous pouvez discuter avec votre médecin pour savoir si l’une de ces herbes peut être utile comme approche complémentaire dans votre cas. Le plus important, cependant, est de suivre attentivement votre plan de traitement.

Cela signifie que vous devez prendre vos antibiotiques exactement comme votre médecin vous l’a prescrit et ne jamais les remplacer par l’une de ces plantes.

Types d’infections

Infections bactériennes

Les infections bactériennes sont extrêmement courantes et sont causées par de nombreux types de bactéries différents. Parfois, une souche différente d’une bactérie normalement présente dans l’organisme peut provoquer une maladie. Par exemple, Escherichia coli peut aider à maintenir un appareil digestif sain, mais une souche différente de cette espèce peut provoquer des intoxications alimentaires et des diarrhées. Certaines des infections bactériennes les plus courantes sont :

Infections bactériennes nosocomiales

Il existe plusieurs bactéries résistantes aux antibiotiques qui peuvent provoquer des maladies potentiellement mortelles chez les patients hospitalisés.

Les infections à Clostridium difficile provoquent couramment des diarrhées tandis que Pseudomonas aeruginosa et les fluorescens provoquent des infections opportunistes (chez les personnes ayant une faible fonction immunitaire).

La pneumonie hospitalière la plus courante est due à la Klebsiella, qui peut également provoquer des infections urinaires et sanguines. Bien que Staphylococcus aureus se trouve normalement sur la peau, il peut provoquer une infection cardiaque mortelle (endocardite infectieuse).

Empoisonnement alimentaire et problèmes intestinaux

Les intoxications alimentaires et les diarrhées sont souvent causées par Salmonella, Escherichia coli et Campylobacter jejuni .

L’infection par Helicobacter pylori augmente l’acidité de l’estomac, ce qui provoque des brûlures d’estomac et des ulcères gastriques .

Pneumonie

Haemophilus influenzae est à l’origine de diverses infections, notamment la pneumonie, la bronchite, l’empoisonnement du sang (septicémie), etc. Legionella pneumophila provoque un type de pneumonie appelé maladie du légionnaire.

Infections bactériennes de la peau

Streptococcus pyogenes peut provoquer une maladie mangeuse de chair (fasciite nécrosante), tandis que l’acné est généralement causée par Propionibacterium acnes.

Le Vibrio vulnificus provoque des infections de la peau et des tissus, qui sont généralement le signe d’une maladie sous-jacente comme une lésion du foie (cirrhose).

Infections des voies urinaires

Les principales causes d’infections urinaires sont Escherichia coli et Enterococcus, mais elles peuvent également être causées par Serratia marcescens ou Proteus mirabilis.

Maladies des gencives et caries

Aggregatibacter actinomycetemcomitans provoque des maladies agressives des gencives (parodontite), tandis que Streptococcus mutans provoque une accumulation de plaque dentaire, qui endommage l’émail des dents et peut entraîner des maladies des gencives et des caries.

Syndrome de choc toxique

Le syndrome de choc toxique, une infection rare mais potentiellement mortelle, est causé par des toxines produites par les bactéries Streptococcus pyogenes et Staphylococcus aureus.

Infections fongiques

Beaucoup de maladies courantes sont en fait dues à des infections fongiques. Comme les bactéries, les champignons normalement présents dans l’organisme peuvent parfois se développer et causer des problèmes de santé.

Mycose du pied d’athlète

Le pied d’athlète (tinea pedis) est une infection fongique du pied qui se développe généralement sous la forme d’une éruption cutanée qui démange entre les orteils. Elle est généralement causée par Trichophyton rubrum, Trichophyton mentagrophytes et des espèces de Candida.

Pellicules

Les pellicules sont une affection très courante dans laquelle la peau du cuir chevelu s’écaille. Bien que divers facteurs contribuent à l’apparition des pellicules (comme la production excessive de pétrole), la gravité des pellicules a été liée à la présence de quantités élevées d’un type de levure (Malassezia) normalement présent sur la peau.

Eczéma/Eruptions cutanées

Bien que l’eczéma ait de nombreuses causes, il est aggravé par la levure Malassezia (également associée aux pellicules).

Infections des ongles

Les infections des ongles sont généralement causées par un groupe de champignons appelés dermatophytes, qui comprend les champignons Trichophyton, Microsporum et Epidermophyton. Ces infections sont difficiles à traiter et les antibiotiques pharmaceutiques utilisés peuvent être très toxiques pour le foie.

Infections à levures

L’infection vaginale à levures, qui se caractérise par des pertes et des démangeaisons inhabituelles, est due à la prolifération de la levure Candida que l’on trouve normalement dans le vagin. On pense que cette surcroissance est causée par l’utilisation d’antibiotiques pharmaceutiques.

Antibiotiques naturels

Possiblement efficace

1) Ail

L’ail a été largement utilisé tout au long de l’histoire pour le traitement et la prévention des maladies. Des études récentes ont évalué les avantages potentiels de l’ail, notamment son activité antibactérienne, antifongique et antivirale.

Mécanisme d’action

L’allicine est le principal composé actif de l’ail, responsable de la majeure partie de son activité antimicrobienne. Elle est efficace contre de nombreuses souches de bactéries, y compris les souches de multirésistance aux médicaments.

L’allicine tue les bactéries en bloquant les enzymes importantes pour la production d’énergie (alcool déshydrogénase, acétyl-CoA synthétase et acétate kinase) et en maintenant la structure cellulaire.

L’allicine empêche la croissance bactérienne et fongique en bloquant la formation de biofilms. Les infections par biofilm, comme dans le cas de la pneumonie, de la mucoviscidose et des plaies persistantes, sont des infections chroniques qui touchent des millions de personnes chaque année.

Activité antibactérienne

L’allicine seule (1 200 mg/jour) ou en combinaison avec des antibiotiques standard (4 200 mg/jour) a contribué à éradiquer l’infection à H. pylori chez 34 des 60 patients traités pendant 14 jours. Cependant, l’ail (et les piments jalapeños) s’est révélé inefficace contre cette infection dans deux essais sur 17 personnes.

De plus, un bain de bouche à base d’extrait d’ail a permis de réduire les niveaux de Streptococcus mutans par voie orale lors d’essais cliniques sur 75 personnes en bonne santé.

Les extraits d’ail pourraient être utiles dans le traitement des gencives enflées et la prévention des caries, car ils tuent les pathogènes buccaux tels que Porphyromonas gingivalis, Prevotella intermedia et Aggregatibacter actinomycetemcomitans dans les tubes à essai.

Elle a également augmenté l’efficacité d’autres antibiotiques contre Pseudomonas aeruginosa en éprouvette. Cependant, il n’a pas réussi à empêcher ce microbe de former des biofilms dans les cicatrices des tissus pulmonaires lors d’un essai clinique sur 34 personnes.

En plus de tuer Staphylococcus aureus et Streptococcus pyogenes, l’extrait d’ail peut également protéger le corps des toxines bactériennes (telles que les toxines α et la streptolysine O) en réduisant leur production.

Activité antifongique

L’allicine contenue dans les extraits d’ail a bloqué la germination des spores et la croissance des champignons (Candida albicans, Cryptococcus, Aspergillus et Saccharomyces cerevisiae) dans les tubes à essai.

Le Candida peut infecter la muqueuse buccale et provoquer une maladie inflammatoire appelée stomatite dentaire ou candidose buccale. Dans deux essais cliniques sur 96 personnes atteintes de cette maladie, l’extrait d’ail (appliqué sous forme de bain de bouche ou de pâte) a montré une efficacité similaire à celle des médicaments antifongiques nystatine et clotrimazole.

Des comprimés commerciaux contenant de l’extrait d’ail (Garcin) ont amélioré les symptômes de la candidose vaginale aussi efficacement que le fluconazole lors d’un essai clinique sur 110 femmes. Cependant, une autre formulation commerciale (Garlicin) s’est avérée inefficace dans un essai sur 63 femmes infectées mais asymptomatiques.

L’ajoène (0,4-1% de crème), un autre composant présent dans l’ail, a tué le champignon qui cause le pied d’athlète (tinea pedis) dans deux essais cliniques sur 81 personnes.

Activité antivirale

L’extrait d’ail a également été efficace contre le virus de la grippe et les virus de l’herpès (simplex de type 1, 2 et 3) dans des éprouvettes.

Un supplément d’ail contenant de l’allicine (1 gélule/jour pendant 12 semaines) a permis de prévenir le rhume et de réduire la durée des symptômes dans deux essais cliniques sur 146 adultes en bonne santé et 172 enfants.

Effets secondaires

L’ail peut provoquer des nausées, des brûlures d’estomac et une mauvaise haleine.

Conclusion

Les preuves suggèrent que l’ail peut être efficace contre les caries/les maladies des gencives, la candidose buccale, le pied d’athlète et le rhume. Vous pouvez discuter avec votre médecin pour savoir si l’ail peut être utile en complément de votre traitement.

Toutefois, ne l’utilisez jamais en remplacement de ce que votre médecin recommande ou prescrit.

2) Huile d’arbre à thé

L’huile de théier est extraite du théier (Melaleuca alternifolia) et est un antibiotique à large spectre utilisé sur la peau. C’est le principe actif de nombreuses formulations utilisées pour traiter les infections cutanées.

Mécanisme d’action

Un certain nombre de composés présents dans l’huile de théier, appelés monoterpènes (terpinen-4-ol, Linalool, alpha-pinène et alpha-terpinéol) sont responsables de l’activité antimicrobienne des huiles essentielles de théier.

Les monoterpènes bloquent la production d’énergie (respiration cellulaire) et perturbent la couche extérieure (membrane) des cellules bactériennes et fongiques.

Activité antibactérienne

L’huile d’arbre à thé était efficace contre les bactéries causant des infections de la peau, de l’acné, des pneumonies, des intoxications alimentaires, et plus encore dans les tubes à essai. Parmi les souches bactériennes, on trouve Staphylococcus (aureus et épiderme), Propionibacterium acnes, Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus, Salmonella et Escherichia coli.

Une crème et un gel douche contenant de l’huile d’arbre à thé (respectivement 10% et 5% d’huile d’arbre à thé), utilisés pendant 5 jours, ont aidé à éliminer les infections cutanées à Staphylococcus aureus résistant aux antibiotiques lors d’un essai clinique sur 236 patients hospitalisés.

Une solution d’huile de théier à 0,2 % a réduit la présence de Streptococcus mutans et d’autres micro-organismes dans la salive de 30 sujets.

Activité antifongique

L’huile d’arbre à thé est efficace contre les champignons suivants : Candida albicans, Aspergillus, Microsporum, Epidermophyton, et plus encore. Ces champignons peuvent provoquer des maladies de la peau (comme le pied d’athlète et la teigne), entre autres.

Dans une étude portant sur 117 patients (25 % et 50 % d’huile d’arbre à thé), l’application d’huile d’arbre à thé deux fois par jour pendant 6 mois a permis de traiter des infections des ongles des pieds (onychomycose). Elle a également contribué à guérir le pied d’athlète (tinea pedis) dans une étude (100% huile d’arbre à thé) sur 137 patients, lorsqu’elle était utilisée deux fois par jour pendant 4 semaines.

L’huile d’arbre à thé topique a permis de guérir une infection vaginale à Candida chez les rats.

Activité antivirale

L’huile de théier a inhibé la croissance des herpèsvirus (simplex type 1 et 2).

Effets secondaires

L’huile de théier est toxique si elle est ingérée. Lorsqu’elle est utilisée sur la peau, l’huile de théier peut provoquer une sécheresse, une brûlure, des démangeaisons, une inflammation et des réactions allergiques.

Conclusion

Tout compte fait, les preuves suggèrent que l’huile d’arbre à thé pourrait aider à lutter contre les infections bactériennes et fongiques de la peau, ainsi qu’à prévenir les caries et les maladies des gencives. Vous pouvez l’utiliser comme approche complémentaire si votre médecin détermine qu’elle peut être utile dans votre cas. Suivez attentivement les recommandations de votre médecin et n’utilisez jamais l’huile d’arbre à thé en remplacement de thérapies éprouvées.

Preuves insuffisantes

1) Huile d’origan

L’huile d’origan est utilisée depuis des siècles comme additif alimentaire. Elle est connue pour ses propriétés antimicrobiennes, antifongiques et antioxydantes.

Mécanisme d’action

L’activité antibiotique et antifongique de l’origan provient de deux composés, le carvacrol et le thymol.

Le thymol et le carvacrol endommagent l’extérieur de la cellule (membrane) des bactéries, tuant la cellule.

Activité antibactérienne

Dans un essai clinique sur 40 personnes se remettant de blessures chirurgicales, une pommade à base d’huile d’origan a réduit la contamination des blessures par le Staphylococcus aureus, aidant ainsi le processus de guérison.

Le thymol et le carvacrol ont bloqué la croissance des bactéries responsables des caries (Streptococcus mutans), protégeant ainsi les rats contre les maladies des gencives.

En éprouvette, l’origan a inhibé et tué les bactéries qui causent : intoxications alimentaires, infections urinaires, diarrhées, pneumonies, infections à staphylocoques, etc. Parmi celles-ci, on peut citer Escherichia coli, Salmonella, Klebsiella pneumoniae, Bacillus subtilis, Staphylococcus aureus, Pseudomonas aeruginosa, Pseudomonas fluorescens, Serratia liquefaciens, Streptococcus mutans, Enterococcus faecalis, Clostridium, Mycobacterium avium et Shewanella putrefaciens.

L’huile d’origan mexicaine ainsi que les huiles de thym et de moutarde ont été efficaces contre trois souches différentes de bactéries (Listeria monocytogenes, Staphylococcus aureus et Salmonella enteritidis) dans des tubes à essai.

L’huile d’origan associée à l’huile de clou de girofle et de cannelle a inhibé la croissance d’Acinetobacter baumannii, Acinetobacter baumannii RCH, Klebsiella pneumoniae, Escherichia coli et Pseudomonas aeruginosa dans les tubes à essai.

Activité antifongique

Le thymol et le carvacrol ont été efficaces pour stopper la croissance de trois champignons infectieux différents (levure, Aspergillus et dermatophyte) dans les tubes à essai.

Activité antivirale

Le carvacrol et le thymol ont eu une activité antivirale contre le virus suivant dans des études cellulaires :

  • Herpèsvirus (simplex type 1).
  • Le virus respiratoire syncytial humain.
  • Le rotavirus humain.
  • Norovirus de la souris.

Activité antiparasitaire

Lors d’un petit essai sur 14 personnes infectées par trois parasites responsables de problèmes digestifs (Blastocystis hominis, Entamoeba hartmanni et Endolimax nana), une supplémentation en huile d’origan a permis de faire disparaître complètement les parasites dans la plupart des cas et d’améliorer les symptômes chez les autres.

Effets secondaires

Bien que rare, l’huile d’origan peut provoquer des réactions allergiques, en particulier chez les personnes allergiques à d’autres membres de la famille des Lamiacées, comme le thym.

Interactions médicamenteuses

L’origan bloque les enzymes du foie (cytochrome p450) qui éliminent les substances toxiques dans le sang. Cela peut augmenter les effets de certaines drogues.

Conclusion

Seuls quelques petits essais cliniques suggèrent que l’origan pourrait aider à combattre les infections bactériennes et parasitaires. D’autres essais cliniques sur des populations plus importantes sont nécessaires pour déterminer son potentiel contre les maladies infectieuses.

2) L’échinacée

L’échinacée est utilisée comme une drogue à base de plantes depuis le 18e siècle. Les extraits d’échinacée sont connus pour leurs propriétés antibactériennes et immunoprotectrices potentielles.

Mécanisme d’action

Si les composants exacts de l’échinacée diffèrent selon les espèces, les principaux sont les glucides, l’acide caféique et les protéines (glycoprotéines). Ce sont les composants actifs qui peuvent avoir des propriétés antibactériennes, antifongiques et antivirales.

L’échinacée réduit les symptômes des infections bactériennes en bloquant la libération de marqueurs inflammatoires comme les cytokines. Le mécanisme de l’activité antibactérienne n’a pas encore été clairement élucidé.

Activité antibactérienne

L’échinacée est efficace pour réduire la croissance de multiples souches bactériennes telles que Streptococcus pyogenes, Haemophilus influenzae, Legionella pneumophila, Clostridium difficile et Propionibacterium acnes.

Activité antifongique

L’échinacée arrête la croissance de multiples souches de champignons et protège les cellules de souris contre les infections mortelles (Candida albicans et Listeria monocytogenes). Elle est également efficace contre Saccharomyces cerevisiae.

Activité antivirale

Un supplément d’échinacée (Echinilin), pris au premier symptôme d’un rhume, a réduit la gravité des symptômes lors d’un essai clinique sur 282 personnes. Cependant, les comprimés contenant un extrait d’échinacée n’ont pas réussi à prévenir cette maladie lors d’un essai clinique sur plus de 100 personnes et à la traiter lors d’un autre essai sur plus de 700 personnes. Une méta-analyse a conclu que les produits à base d’échinacée sont inefficaces pour traiter le rhume, mais peuvent aider à le prévenir.

Dans un essai clinique sur 95 personnes présentant des symptômes précoces de rhume ou de grippe, l’échinacée a contribué à soulager les symptômes. Un spray combinant l’échinacée et la sauge a été aussi efficace contre les maux de gorge qu’un spray contenant de la chlorhexidine et de la lidocaïne dans un essai clinique sur 154 personnes. Cependant, l’échinacée n’a pas réussi à traiter les infections des voies respiratoires supérieures dans un essai sur plus de 400 enfants et à les prévenir dans deux essais sur près de 400 adultes.

L’échinacée a eu une activité antivirale contre ces virus lors d’études sur des cellules:

  • Rhinovirus
  • Virus de l’herpès
  • Influenza A et B
  • Virus respiratoire syncytial

Effets secondaires

Les effets secondaires de la consommation d’échinacée sont rares et comprennent des éruptions cutanées et de légers problèmes d’estomac tels que des nausées et des maux d’estomac.

Des réactions allergiques peuvent survenir, en particulier chez les personnes allergiques à d’autres plantes de la famille des astéracées (comme la camomille).

Interactions médicamenteuses

Il n’y a pas d’interactions médicamenteuses connues avec l’échinacée, bien qu’il existe des données limitées à ce sujet .

Conclusion

Bien que largement étudiée chez les personnes souffrant de rhume et d’autres infections des voies respiratoires supérieures, l’efficacité de l’échinacée n’est pas concluante en raison des résultats mitigés. D’autres essais cliniques sont nécessaires pour faire la lumière sur son potentiel thérapeutique.

3) Miel de Manuka

Le miel de manuka est produit par les abeilles qui se nourrissent des fleurs du manuka (Leptospermum scoparium). Il est considéré comme le miel le plus médicinal, mais plus de données sont nécessaires.

Mécanisme d’action

Le principal composant antibiotique actif du miel de manuka est un composé appelé méthylglyoxal.

Un autre composant du miel, la propolis, contient des flavonoïdes (tels que la galangine et la pinocembrine), des acides phénoliques et des esters qui peuvent contribuer à renforcer le système immunitaire.

Le miel de Manuka est également riche en glucose oxydase, une enzyme qui convertit le glucose en peroxyde d’hydrogène, qui a des propriétés antibactériennes. Un autre composé, la gluconolactone, réduit le pH du miel et possède des propriétés antibactériennes naturelles.

L’incapacité de l’eau à se déplacer dans le miel rend difficile la survie des bactéries dans celui-ci.

Activité antibactérienne

Le miel de Manuka est un antibactérien à large spectre et peut tuer les bactéries suivantes :

Escherichia coli, Staphylococcus aureus, plusieurs espèces d’Enterococcus, Pseudomonas aeruginosa, Streptococcus pyogenes, Proteus mirabilis, Salmonella typhimurium, et bien d’autres en éprouvette.

La consommation hebdomadaire de miel a été associée à une diminution du risque d’infection par Helicobacter pylori chez 150 patients présentant des problèmes de digestion.

Dans un essai clinique sur 42 personnes souffrant de rhinosinusite chronique, l’irrigation au miel de manuka avant l’opération a amélioré les résultats, y compris le nombre de bactéries.

Le chewing-gum au miel de manuka a réduit l’accumulation de plaque et le saignement des gencives dans un essai pilote sur 30 volontaires sains.

L’application topique de miel de manuka sur un ulcère de jambe infecté par un Staphylococcus aureus résistant aux antibiotiques a favorisé la guérison efficace de la plaie chez un patient sous immunosuppresseurs.

Activité antivirale

Le miel de Manuka a inhibé la croissance du virus varicelle-zona (la cause de la varicelle et du zona) dans les cellules de la peau humaine.

Il a également inhibé la croissance du virus de la grippe A dans les cellules rénales des chiens.

Effets secondaires

Le miel de Manuka pris pendant 4 semaines chez 20 adultes en bonne santé n’a causé aucun effet secondaire. Bien qu’aucune réaction allergique n’ait été observée, la prudence est de mise chez les personnes allergiques aux abeilles.

Conclusion

Bien que les résultats soient prometteurs, très peu de petits essais cliniques soutiennent l’utilisation du miel de manuka chez les personnes souffrant d’infections bactériennes. Des essais cliniques plus importants et plus robustes sont nécessaires pour valider ces résultats préliminaires.

4) Cannelle

La cannelle (Cinnamomum zeylanicum et Cinnamomum cassia) est une herbe largement utilisée et est connue pour ses propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires, antivirales, antibactériennes et antifongiques.

Mécanisme d’action

Deux composés, le cinnamaldéhyde et l’eugénol, sont responsables des propriétés antibactériennes et antivirales de la cannelle.

Activité antibactérienne

L’eugénol et le cinnamaldéhyde ont bloqué la croissance de Helicobacter pylori, qui provoque des ulcères et des dommages à l’estomac, dans des éprouvettes. Cependant, un traitement de 4 semaines à la cannelle (80 mg/jour) sur 15 patients atteints d’Helicobacter pylori n’a pas amélioré leur état.

Les extraits de cannelle ont également bloqué la croissance de Propionibacterium acnes et de Staphylococcus epidermidis, deux espèces bactériennes qui causent l’acné.

L’huile de cannelle et l’huile de clou de girofle ont bloqué la croissance d’Escherichia coli, Yersinia enterocolitica, Pseudomonas aeruginosa, Salmonella choleraesuis, Staphylococcus aureus, Listeria monocytogenes, Bacillus cereus et Enterococcus faecalis dans des tubes à essai.

Activité antifongique

Les extraits de cannelle sont efficaces contre de nombreuses souches de champignons, tels que le Candida, l’Aspergillus, le Penicillium, et bien d’autres encore.

Dans une étude pilote de 7 jours, 8 pastilles de cannelle par jour ont amélioré les symptômes d’une infection orale au Candida chez 3 patients sur 5 atteints du VIH.

Dans un essai clinique sur 60 personnes souffrant d’infections intestinales à Candida, des capsules de cannelle et d’huile de pogostemon ont résolu l’infection chez 72% des patients et l’ont améliorée chez 28% d’entre eux.

Une combinaison d’huiles de cannelle, de romarin et de thym a réduit la croissance des champignons Penicillium expansum et Botrytis cinerea.

Activité antivirale

Le cinnamaldéhyde a bloqué la croissance du virus de la grippe (A/PR/8) et a augmenté le taux de survie chez les rats.

Dans une étude cellulaire, l’IND02 (une molécule de procyanidine de type A) dérivée de la cannelle, a empêché l’entrée du virus de l’hépatite C dans les cellules et pourrait donc être une thérapie puissante pour l’hépatite C et les maladies du foie.

Dans une autre étude cellulaire, des extraits de cannelle ont empêché un autre type de virus de la grippe (H7N3) d’entrer dans les cellules.

Effets secondaires

Les extraits de cannelle peuvent provoquer des nausées, des douleurs d’estomac et de la constipation.

Conclusion

La cannelle n’a été testée contre la candidose que dans le cadre d’essais cliniques, dont un très petit. D’autres essais cliniques sur des populations plus importantes sont nécessaires pour conclure avec certitude si la cannelle peut être d’une quelconque utilité contre les infections à Candida.

5) Curcuma/Curcumine

Le curcuma (Curcuma longa), couramment utilisé dans la cuisine indienne, est non seulement connu pour sa saveur, mais aussi pour ses nombreux bienfaits pour la santé.

Mécanisme d’action

La curcumine est le composé le plus actif du curcuma. En éprouvette, elle bloque les biofilms des bactéries qui provoquent des infections urinaires, comme Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa, Proteus mirabilis et Serratia marcescens.

La curcumine interfère également avec la communication bactérienne de cellule à cellule (détection du quorum) et empêche la production de composés importants (pyocyanine et acyl homosérine lactone).

La curcumine perturbe également l’activité des protéines impliquées dans la survie (activité ATPase, ergostérol et protéinase) chez les champignons.

La curcumine supprime la réplication du virus de l’hépatite C (par la voie PI3K/Ak).

Activité antibactérienne

La prise de curcumine (30 mg, 2x/jour) n’a permis de guérir que 3 des 25 patients atteints d’Helicobacter pylori après un traitement de 7 semaines. Mais après deux mois, les symptômes se sont améliorés chez les autres patients (essai clinique).

La consommation de curcumine a réduit l’inflammation de l’estomac causée par Helicobacter pylori chez les rats et les souris.

La curcumine a empêché l’empoisonnement du sang par la bactérie Vibrio vulnificus chez les souris.

Associée aux antibiotiques, la curcumine a réduit l’inflammation des poumons chez les souris atteintes de pneumonie (infection à Klebsiella pneumoniae).

Activité antifongique

La curcumine tue les espèces de Candida en perturbant les protéines de survie.

Activité antivirale

La curcumine a inhibé le virus VIH, le virus de l’hépatite C, la grippe A et la pneumonie grippale.

Conclusion

Un petit essai clinique avec des résultats modestes est clairement insuffisant pour soutenir l’utilisation du curcuma contre les infections à Helicobacter pylori. Des recherches cliniques supplémentaires sont nécessaires.

Recherche sur les animaux et les cellules (manque de preuves)

Aucune preuve clinique ne soutient l’utilisation des herbes suivantes pour lutter contre les infections. Vous trouverez ci-dessous un résumé des recherches existantes sur les animaux et les cellules, qui devraient orienter les efforts de recherche futurs. Toutefois, ces études ne doivent pas être interprétées comme un soutien à un quelconque avantage pour la santé.

Le poivron rouge

De multiples variantes du piment rouge (Capsicum annuum), comme le piment de Cayenne, le piment de Cayenne et le piment jalapeño, ont des propriétés antibactériennes.

Mécanisme d’action

La capsaïcine, principal composé actif des poivrons, qui leur donne leur goût épicé, prévient les infections bactériennes en réduisant le pH de l’estomac. De plus, l’acide caféique, la quercétine et le kaempférol renforcent la couche externe (membrane) des cellules bactériennes, les tuant.

Un composé (CAY-1) présent dans les poivrons de Cayenne tue les champignons en perturbant la couche extérieure des cellules (augmentation de la perméabilité de la membrane cellulaire).

Activité antibactérienne

La capsaïcine a limité la production de α-toxines de Staphylococcus aureus et a empêché la pneumonie chez les souris.

La capsaïcine a bloqué la production de toxines bactériennes (Vibrio cholerae) et a empêché l’invasion des cellules par les bactéries (Streptococcus pyogenes et Staphylococcus aureus) dans les tubes à essai.

Activité antifongique

Le CAY-1 a été efficace contre un certain nombre d’espèces comme Candida albicans, Aspergillus, Microsporum et d’autres dans des tubes à essai. Certains de ces champignons provoquent des maladies de la peau telles que le pied d’athlète et la teigne.

Effets secondaires

La capsaïcine en quantités modérées est considérée comme sûre mais peut provoquer une irritation de l’estomac.

Interactions médicamenteuses

L’utilisation de la capsaïcine peut augmenter le risque de développer une toux chez les patients qui prennent des médicaments contre l’hypertension (inhibiteurs de l’ECA).

Gingembre

Le gingembre est une épice qui provient des racines de la plante Zingiber officinale. Il est couramment utilisé en cuisine dans de nombreuses cuisines asiatiques, ayurvédiques et moyen-orientales. Il est connu pour ses nombreuses qualités thérapeutiques.

Mécanisme d’action

Le gingembre contient du gingérol, du shogaol, de la zingerone, de la zerumbone, des terpénoïdes, des flavonoïdes et d’autres composés qui ont des propriétés antimicrobiennes et anti-biofilm.

Le gingérol et le gingerdiol sont les principaux composants antifongiques.

Activité antibactérienne

Le gingembre était efficace contre de nombreuses souches de bactéries, dont certaines sont des Staphylocoques, des Bacilles, des Salmonelles, des Escherichia coli, des Pseudomonas aeruginosa, des Klebsiella pneumoniae, des Helicobacter pylori, et d’autres, dans des tubes à essai.

L’extrait de gingembre a réduit les dommages provoqués par le stress dans l’estomac et a inhibé la production d’acide gastrique, limitant la croissance de H. pylori chez les souris.

Dans une étude cellulaire, les composés du gingembre ont tué Porphyromonas gingivalis, Porphyromonas endodontalis et Prevotella intermedia, trois espèces qui causent des maladies des gencives.

Activité antifongique

Le gingembre a été efficace contre plusieurs souches de champignons dans les éprouvettes, notamment ceux qui causent des maladies de la peau (comme le pied d’athlète) et la détérioration des aliments : Fusarium, Aspergillus, Candida albicans, Saccharomyces cerevisiae, Microsporum gypseum, et bien d’autres.

Activité antivirale

Le gingembre frais a empêché le virus respiratoire syncytial humain (VRSH) de se fixer aux cellules humaines et a bloqué la formation de plaques dans les voies respiratoires.

De plus, les extraits de gingembre ont inhibé les herpèsvirus (simplex de type 1 et 2).

Effets secondaires

Le gingembre semble avoir peu ou pas d’effets secondaires.

Interactions médicamenteuses

Un composant actif du gingembre (gingérol) bloque l’activité d’une enzyme qui décompose les drogues (cytochrome p450), ce qui peut augmenter les effets des drogues.

Clou de girofle

Le clou de girofle (Eugenia caryophyllata) est connu pour ses propriétés antioxydantes, antibactériennes, antifongiques et antivirales.

Mécanisme d’action

Le clou de girofle endommage les cellules et les couches extérieures (membranes) des cellules bactériennes, limitant leur croissance et leur production d’ADN et de protéines critiques.

Activité antibactérienne

L’eugénol est le composant le plus important et le plus actif des clous de girofle et est efficace contre Campylobacter jejuni, Escherichia coli, Listeria monocytogenes et Salmonella enterica en éprouvette.

Le clou de girofle a empêché la croissance de nombreuses souches bactériennes, dont Staphylococcus aureus et Escherichia coli. Il a également tué les bactéries dans les échantillons de salive des personnes atteintes de maladies des gencives.

De plus, l’huile de clou de girofle avec de l’huile de cannelle a inhibé la croissance d’Escherichia coli, Yersinia enterocolitica, Pseudomonas aeruginosa, Salmonella choleraesuis, Staphylococcus aureus, Listeria monocytogenes, Bacillus cereus et Enterococcus faecalis.

Une combinaison d’huile de girofle, d’origan et de cannelle a inhibé la croissance des bactéries Acinetobacter baumannii, Acinetobacter baumannii RCH, Klebsiella pneumoniae, Escherichia coli et Pseudomonas aeruginosa.

Activité antifongique

L’ingestion d’extraits de clous de girofle a empêché la croissance de Candida albicans par voie orale et a réduit les symptômes d’infection chez les rats.

L’eugénol, le principal composant du clou de girofle, combat plusieurs types d’espèces de Candida et peut être utilisé comme thérapie contre l’infection orale par Candida (candidose orale) et contre l’inflammation et les douleurs dues à l’utilisation de prothèses dentaires (stomatite).

Activité antivirale


Des études d’inhibition suggèrent que l’huile de clou de girofle pourrait être efficace contre :

  • Le virus de l’herpès simplex.
  • L’hépatite C.

Thym

Le thym (Thymus vulgaris) est une épice utilisée dans la cuisine méditerranéenne, mais il est également connu pour ses propriétés médicinales.

Mécanisme d’action

Les extraits de thym et l’huile essentielle bloquent la détection du quorum des bactéries, telles que Escherichia coli et Pseudomonas aeruginosa.

Activité antibactérienne

Les extraits de thym et l’huile essentielle ont inhibé de nombreuses souches de bactéries, dont Escherichia coli, Salmonella, Pseudomonas (fluorescens et aeruginosa), Enterococcus faecalis, et bien d’autres.

Activité antifongique

L’huile de thym associée aux huiles de romarin et de cannelle a réduit la croissance des champignons Penicillium expansum et Botrytis cinerea.

Le thym, l’origan mexicain et l’huile de moutarde ont inhibé la croissance des bactéries Listeria monocytogenes, Staphylococcus aureus et Salmonella Enteritidis.

Activité antivirale

Le thym a inhibé les virus suivants :

  • Herpèsvirus (simplex de type 1).
  • Herpèsvirus (simplex type 2).

Romarin

Le romarin (Rosmarinus officinalis L.) est une herbe très utilisée et est connue pour ses propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires, antibactériennes, antifongiques et antivirales.

Mécanisme d’action

Le romarin contient des composés (dérivés de l’acide phénolique et diterpènes) comme le 1,8-cinéole, α-pinène, camphène, α-terpinéol et bornéol, qui ont des effets antioxydants, antimicrobiens et anticancéreux.

Les extraits de romarin et l’huile essentielle bloquent la détection du quorum des bactéries, telles que Escherichia coli et Pseudomonas aeruginosa.

Activité antibactérienne

L’extrait de romarin a réduit efficacement la croissance de nombreuses souches bactériennes comme Salmonella, Staphylococcus, Klebsiella pneumoniae, Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa, et bien d’autres encore dans les tubes à essai.

Activité antifongique

L’huile de romarin, associée aux huiles de cannelle et de thym, a empêché la croissance des champignons Penicillium expansum et Botrytis cinerea.

Activité antivirale

Un extrait de romarin, le carnosol (un diterpène phénolique), avait des propriétés antivirales contre le VIH.

Lemongrass

La citronnelle (Cymbopogon citratus) est connue pour ses propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes, antibactériennes et antifongiques. Elle est largement utilisée à des fins thérapeutiques et de parfumerie.

Mécanisme d’action

Le citral α et le citral β, composants majeurs de l’huile de citronnelle, bloquent la croissance de différents types de bactéries (gram-positives et gram-négatives).

Activité antibactérienne

Les extraits de citronnelle ont été efficaces pour réduire la croissance de Staphylococcus aureus, Salmonella enterica, Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa, et de nombreuses autres bactéries dans les tubes à essai.

Activité antifongique

Les extraits de citronnelle ont réduit la croissance de Candida albicans, Aspergillus, Microsporum gypseum, et de multiples espèces de Penicillium.

L’huile de citronnelle a permis de guérir la teigne, une infection fongique de la peau, chez les cobayes sur une période de 7 à 12 jours.

Activité antivirale

L’huile essentielle de citronnelle a réduit la fonction d’une protéine (la protéine Tat du VIH-1) importante pour la réplication du VIH.

Myrrhe

La myrrhe (Commiphora molmol) était utilisée dans l’Égypte ancienne pour la momification. Aujourd’hui, la myrrhe est utilisée pour traiter les blessures et les infections car elle a des propriétés antibactériennes et antifongiques.

Mécanisme d’action

Le camphre, le bornéol, le linalol et le α-terpinéol sont des composants majeurs de l’huile essentielle de myrrhe et ont des propriétés antibactériennes.

La myrrhe empêche la formation de biofilms.

Activité antibactérienne

La myrrhe a inhibé la croissance de bactéries telles que Staphylococcus aureus, Escherichia coli, Salmonella, Pseudomonas aeruginosa et Klebsiella pneumoniae dans les tubes à essai.

Activité antifongique

Les extraits de myrrhe ont été efficaces contre Candida albicans, Aspergillus niger et Penicillium.

Effets secondaires

Des réactions cutanées allergiques à la myrrhe ont été signalées.

Les utilisateurs ont également signalé des effets secondaires possibles de diarrhée, d’irritation nasale et de modifications de leur rythme cardiaque.

Extrait de feuille d’olivier

Mécanisme d’action

L’activité antimicrobienne de l’extrait de feuille d’olive est due à ses polyphénols.

Activité antibactérienne

L’extrait de feuille d’olivier a inhibé la croissance de trois agents pathogènes d’origine alimentaire (Listeria monocytogenes, Escherichia coli et Salmonella enteritidis). Il a également inhibé les biofilms de L. monocytogenes et de S. enteritidis et le mouvement de L. monocytogenes (étude cellulaire).

Activité antifongique

Les extraits méthanoliques des feuilles ont inhibé les souches de levure (Candida albicans et Saccharomyces cerevisiae).

Effets secondaires

L’extrait de feuille d’olive a été traditionnellement préparé et utilisé de nombreuses manières différentes dans de multiples cultures.

La toxicité de l’extrait de feuilles d’olivier a été évaluée sur des rats et jugée sûre. Des études sur l’homme devront être menées pour le vérifier.

Limitations et mises en garde

Il y a un manque d’essais sur l’homme pour soutenir les avantages de ces antibiotiques naturels et également des études limitées pour soutenir leur sécurité. Dans certains cas, les essais cliniques ont donné des résultats mitigés. D’autres essais cliniques sont nécessaires pour confirmer les bienfaits chez l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *