polyarthrite rhumatoide
polyarthrite rhumatoide

Gestion de la polyarthrite rhumatoïde : Ce que vous devez savoir

Dans les sections suivantes, nous décrirons les approches complémentaires qui peuvent aider votre polyarthrite rhumatoïde. Si vous souffrez de polyarthrite rhumatoïde, les stratégies ci-dessous ne sont pas destinées à remplacer votre traitement médical standard. Assurez-vous de consulter votre médecin avant d’apporter des changements importants à votre routine quotidienne.

Mode de vie

Évitez les cigarettes

Le tabagisme est l’un des facteurs de risque environnementaux les plus importants pour le développement de la polyarthrite rhumatoïde.

Une étude d’observation portant sur 296 personnes a révélé que 88 % des fumeurs ont été testés positifs au facteur rhumatoïde sur une période de 10 ans. En outre, le groupe de personnes positives au facteur rhumatoïde comprenait plus de fumeurs que le groupe de personnes négatives au facteur rhumatoïde.

Le risque de taux élevé de facteur rhumatoïde était 4 fois plus élevé chez les fumeurs actuels que chez les personnes n’ayant jamais fumé, selon une étude d’observation portant sur 7 124 personnes. Dans une autre étude portant sur 100 personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, les facteurs rhumatoïdes étaient plus de deux fois plus élevés chez les fumeurs et les anciens fumeurs que chez les personnes n’ayant jamais fumé.

Dans une étude portant sur 336 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, le fait de fumer l’équivalent d’un paquet (20 cigarettes) par jour pendant 25 ans a été lié à une multiplication par trois du risque d’élévation du facteur rhumatoïde. Qui plus est, les niveaux de facteur rhumatoïde étaient directement liés au nombre d’années de tabagisme dans deux études portant sur 673 personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde.

Exercice aquatique

Les exercices aquatiques décrivent tout type d’activité physique qui se déroule partiellement ou totalement dans l’eau. Ces activités peuvent permettre aux personnes de maintenir leur forme physique et de profiter des bienfaits de l’exercice même si elles ne sont pas totalement mobiles hors de l’eau.

Dans deux essais cliniques menés auprès de plus de 250 personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde et comparant les effets de différents types d’exercice, l’exercice aquatique a produit la plus grande réduction de la douleur.

Massage

Dans une étude portant sur 352 patients, les chercheurs ont conclu que la massothérapie pouvait réduire modérément la douleur et augmenter la fonction des articulations touchées par la polyarthrite rhumatoïde.

La massothérapie appliquant une pression modérée sur les tissus des membres supérieurs était plus efficace qu’une technique de massage à pression légère.

La massothérapie a soulagé la douleur et la raideur dans deux essais cliniques sur plus de 150 personnes souffrant d’arthrite du genou.

Dans le cadre d’un régime de physiothérapie plus large, le massage est utilisé pour améliorer la flexibilité et la fonction des articulations arthritiques.

Acupuncture

L’acupuncture, telle qu’elle est pratiquée dans la médecine traditionnelle chinoise, crée des effets thérapeutiques par des aiguilles, des pressions ou de la chaleur.

Les preuves de l’efficacité de l’acupuncture dans la polyarthrite rhumatoïde sont contradictoires. Une étude n’a trouvé aucun effet bénéfique sur la douleur et la sensibilité des articulations ; une autre étude a constaté une amélioration de la douleur déclarée, de la force de préhension et de la force du bras après quatre semaines d’acupuncture.

La moxibustion, une autre forme d’acupuncture, consiste à appliquer de petits morceaux d’armoise séchée brûlante (une plante à fleurs) sur les points d’acupuncture. Une méta-analyse a montré que la moxibustion réduisait la douleur et les marqueurs de l’inflammation chez 281 sujets ; cependant, d’autres études n’ont pas trouvé de bénéfice significatif.

Exposition au soleil

La carence en vitamine D est plus fréquente chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde que dans la population générale.

Une étude menée auprès d’infirmières a montré que les personnes les plus exposées aux rayons UVB du soleil présentaient les taux les plus faibles de polyarthrite rhumatoïde. Une autre étude a montré que les personnes vivant plus loin de l’équateur (qui sont susceptibles d’être moins exposées au soleil en moyenne) sont plus susceptibles de développer une polyarthrite rhumatoïde.

Selon de multiples études, les personnes ayant un apport plus élevé en vitamine D semblent moins susceptibles de développer une polyarthrite rhumatoïde. Cependant, les rapports sont contradictoires quant à savoir si une supplémentation en vitamine D peut améliorer la douleur dans les cas existants de polyarthrite rhumatoïde.

Le tai-chi

Le tai-chi peut être une bonne forme d’exercice pour les personnes souffrant de douleurs chroniques dues à la polyarthrite rhumatoïde. Une étude clinique a montré que les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde qui pratiquaient le tai-chi avaient moins de douleurs et une meilleure qualité de vie.

Cryothérapie du corps entier

La cryothérapie du corps entier (CCE) consiste à immerger le corps dans une chambre froide, qui émet des vapeurs à des températures extrêmement basses allant de -110℃ à -160 ℃ (environ -160℉ à -220℉). Cette mesure est généralement effectuée pendant un intervalle de 2 à 4 minutes.

Dans trois études portant sur 168 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, la cryothérapie du corps entier a apporté des améliorations significatives:

  • la réduction de la douleur
  • Fonctionnalité
  • Bien-être
  • Activité de la maladie
  • Inflammation

Le traitement en chambre cryogénique a réduit la douleur et la nécessité de prendre des médicaments chez 50 patients souffrant de différentes formes d’arthrite. De plus, le bien-être et la mobilité des patients se sont améliorés.

Les GBM ont réduit de manière significative la douleur et l’activité de la maladie dans deux études portant sur 70 patients souffrant de divers troubles rhumatismaux. Les patients présentaient également une meilleure fonctionnalité de leurs articulations et une réduction de la douleur pouvant durer jusqu’à deux mois (surtout chez les femmes).

Régime alimentaire

Régime méditerranéen

Le régime méditerranéen est un régime anti-inflammatoire populaire qui peut réduire le gonflement et la douleur des articulations arthritiques.

Selon une étude portant sur 51 patients, les personnes suivant un régime méditerranéen présentaient des scores de vitalité (une mesure de l’énergie, de la qualité de vie et du fonctionnement général) significativement plus élevés que celles suivant un régime occidental typique.

L’effet anti-inflammatoire du régime méditerranéen pourrait être dû à sa forte teneur en huile d’olive. En effet, les personnes dont le régime alimentaire comprend beaucoup d’huile d’olive sont nettement moins susceptibles de développer une polyarthrite rhumatoïde que celles qui utilisent d’autres types d’huiles de cuisson.

Augmentation de l’apport en oméga-3

Des études suggèrent qu’une augmentation de l’apport alimentaire en acides gras oméga-3 pourrait protéger contre la polyarthrite rhumatoïde. Dans une méta-analyse de 20 essais cliniques, une consommation accrue d’oméga-3 a amélioré les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde et les marqueurs de laboratoire.

Les bonnes sources alimentaires d’oméga-3 sont les suivantes :    

  • Le poisson et les fruits de mer
  • Graines de lin
  • Graines de chia
  • Noix de Grenoble
  • Graines de chanvre

Régime à base de plantes

Dans une étude portant sur 53 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, un régime végétarien a permis d’améliorer la gravité de tous les symptômes mesurés et les résultats de laboratoire après un an. Cependant, certains patients ont semblé tirer un grand bénéfice de ce changement de régime, tandis que d’autres n’en ont pas bénéficié du tout.

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que les patients ayant bénéficié du régime végétarien pouvaient avoir des bactéries intestinales plus sensibles aux changements de régime.

Ail

Dans une étude portant sur 70 femmes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, celles qui ont consommé de l’ail en complément ont amélioré leur statut antioxydant, leurs scores de douleur et leur qualité de vie générale par rapport à celles qui ont reçu un placebo. Les effets étaient apparents à des doses de 500 mg d’ail par jour, qui pouvaient être obtenues par le biais de l’alimentation ou de compléments alimentaires.

Grenade

Dans une petite étude ouverte, des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde qui buvaient un extrait concentré de jus de grenade une fois par jour présentaient une amélioration des marqueurs d’inflammation et de stress oxydatif après douze semaines. Cependant, cette étude ne comptait que huit participants et aucun groupe de contrôle, de sorte que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour explorer ces effets.


Dans des modèles de rats atteints de polyarthrite rhumatoïde, l’extrait d’écorce de grenade a réduit la douleur et le gonflement. Ces effets ont été attribués à une diminution de l’activité des marqueurs inflammatoires, dont le NF-kB.

Suppléments

Huile de poisson

Une supplémentation en huile de poisson peut réduire l’activité des maladies inflammatoires et auto-immunes chroniques, y compris la polyarthrite rhumatoïde.

Une méta-analyse de 17 essais a montré qu’une supplémentation en huile de poisson réduisait les douleurs articulaires inflammatoires dues à la polyarthrite rhumatoïde et à d’autres maladies inflammatoires.

Dans une étude portant sur 250 patients, l’huile de poisson s’est avérée aussi efficace que l’ibuprofène pour réduire la douleur causée par l’arthrite.

Les résolvines présentes dans l’EPA et le DHA semblent empêcher certaines cytokines inflammatoires telles que le TNF-α d’induire la douleur.

Acide gamma-linolénique (GLA)

L’huile de bourrache et l’huile de cassis, deux huiles riches en acide gamma linolénique (AGL), ont réduit l’inflammation, la douleur et la raideur des articulations dans 4 essais sur près de 150 personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, mais de faibles doses d’huile d’onagre ont été inefficaces dans 2 essais sur 58 personnes.

L’AGL (provenant de l’huile de bourrache et de l’huile d’onagre), l’huile de poisson (riche en EPA) et leur combinaison ont réduit les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde, la consommation d’analgésiques et le risque de maladie cardiaque dans quatre essais portant sur près de 400 personnes.

Une méta-analyse a conclu que l’AGL pouvait réduire la douleur et le handicap chez les personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde.

Bourrache

La bourrache est une herbe à fleurs dont l’huile est particulièrement riche en acide gamma-linolénique, un AGPI oméga-6.

Dans deux essais menés auprès de 187 personnes souffrant d’arthrite rhumatoïde, la prise de capsules d’huile de bourrache pendant une période allant jusqu’à 18 mois a réduit les symptômes.

Plusieurs études ont démontré que l’huile de graines de bourrache réduisait l’inflammation de la muqueuse des articulations (synovite), réduisant ainsi la nécessité de prendre des médicaments anti-inflammatoires.

Vigne du dieu du tonnerre

Dans deux essais cliniques, l’extrait de la vigne du dieu du tonnerre (Tripterygium wilfordii) (60-360 mg/jour) a amélioré l’inflammation et la douleur articulaires dues à la polyarthrite rhumatoïde. Il s’est avéré plus efficace que la sulfasalazine, un médicament antirhumatismal, dans un autre essai sur 62 personnes.

De même, sa teinture appliquée sur la peau a amélioré la polyarthrite rhumatoïde dans un essai sur 61 personnes.

La vigne du dieu du tonnerre et ses composants actifs ont également amélioré l’arthrite dans de multiples études animales.

Curcumine

La curcumine, un composé actif présent dans l’épice jaune curcuma, a réduit certains symptômes de la polyarthrite rhumatoïde dans plusieurs études. À fortes doses, elle améliore la douleur, la raideur matinale, l’inflammation des articulations et la mobilité.

Cependant, la curcumine ne semble pas être efficace à des doses plus faibles. Dans les études disponibles, les patients ne bénéficiaient que d’une consommation d’au moins 500 mg par jour.

Glucosamine

Selon des recherches préliminaires, la glucosamine peut réduire la douleur de la polyarthrite rhumatoïde, mais ses effets sur l’inflammation des articulations sont moins convaincants.

Chez 51 patients, un traitement de 3 mois à la glucosamine a permis d’améliorer sensiblement les symptômes de la PR.

En revanche, une combinaison de glucosamine, de chondroïtine et de quercétine n’a eu aucun effet sur 22 patients atteints de PR.

Chez les souris atteintes de polyarthrite rhumatoïde, la glucosamine et la N-acétyl-glucosamine (NAG) ont supprimé l’inflammation articulaire et amélioré la fonction articulaire.

Lactobacillus casei

Lors de deux essais cliniques menés sur plus de 100 personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, la supplémentation avec une souche de Lactobacillus casei pendant 8 semaines a réduit la douleur et l’inflammation articulaires.

Cette souche a également soulagé la polyarthrite rhumatoïde chez les souris et les rats.

La vitamine E

Une étude a montré que les suppléments de vitamine E (600 mg deux fois par jour pendant douze semaines), ajoutés au traitement conventionnel de la polyarthrite rhumatoïde, amélioraient la douleur mais pas l’inflammation.

Dans de multiples études sur des animaux atteints de polyarthrite rhumatoïde, la vitamine E a ralenti la progression de la destruction des articulations.

Griffe de chat

Les effets anti-inflammatoires de la griffe de chat ont été couramment utilisés pour traiter la polyarthrite rhumatoïde et l’arthrose.

Lors d’un essai clinique sur 40 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, la griffe de chat associée à des traitements conventionnels (sulfasalazine/hydroxychloroquine) a réduit les articulations sensibles et douloureuses.

Huile de CBD

Dans une petite étude portant sur 58 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, un extrait de cannabis contenant à la fois du CBD et du THC a réduit de manière significative la douleur et augmenté la qualité du sommeil. Certaines recherches suggèrent que la combinaison de CBD et de THC est plus efficace que le CBD seul ; cependant, l’huile de CBD est beaucoup plus facilement disponible et considérée comme non psychoactive.

Chez des souris atteintes de cette maladie, le CBD administré par voie orale et injecté a soulagé l’inflammation et ralenti la progression des lésions articulaires. Le CBD a également empêché les cellules T et les cellules articulaires (synoviocytes) de se reproduire et de libérer des cytokines pro-inflammatoires (TNF-alpha et IFN-gamma).

De même, un gel topique de CBD a réduit le gonflement des articulations, la douleur et les niveaux de marqueurs inflammatoires (tels que le TNF-alpha) dans les nerfs de rats atteints de polyarthrite rhumatoïde.

De plus, des composés synthétiques de type CBD ont réduit l’inflammation, la perception de la douleur et les lésions articulaires chez les souris et les rats atteints de ce type d’arthrite.

Deux études menées sur des humains et des chiens ont révélé que les animaux atteints de polyarthrite rhumatoïde ou d’arthrose présentaient des niveaux plus élevés de récepteurs CB et de plusieurs cannabinoïdes dans les articulations. Cela suggère que l’organisme active le système endocannabinoïde pour lutter contre l’arthrite. Dans cette optique, l’augmentation des cannabinoïdes pourrait être une bonne stratégie thérapeutique.

Superoxyde dismutase (SOD)

Les superoxyde dismutases (SOD) sont des enzymes qui transforment le radical superoxyde (O2-) en oxygène ordinaire (O2) ou en peroxyde d’hydrogène (H2O2).

Les scientifiques pensent que la SOD joue un rôle protecteur contre le stress oxydatif, les rayonnements ionisants et les cytokines inflammatoires.

Les traitements à la superoxyde dismutase ont réduit la douleur associée à l’arthrose et à la polyarthrite rhumatoïde dans une poignée d’études. Cependant, dans toutes ces études, la superoxyde dismutase a été administrée sous forme d’injection dans les articulations problématiques ; il n’y a pas de données soutenant l’utilisation de la superoxyde dismutase comme supplément pour l’arthrite.

Bacillus coagulans

Dans une étude portant sur 45 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, la supplémentation en probiotiques Bacillus coagulans a permis de réduire la douleur globale, mais pas le nombre d’articulations douloureuses ou enflées, après 60 jours. Dans ce groupe, B. coagulans a amélioré la douleur, le handicap auto-évalué, les niveaux de CRP et la capacité à marcher 3 km, à atteindre et à participer aux activités quotidiennes.

B. coagulans inhibe significativement le fibrinogène, l’amyloïde A sanguin et la production de cytokines pro-inflammatoires chez les rats arthritiques.

Mangue (Mangiférine)

La mangiférine s’est révélée prometteuse dans des études cellulaires pour réduire le type d’inflammation qui cause la polyarthrite rhumatoïde. Selon une étude, la mangiférine pourrait prévenir la destruction des tissus articulaires en favorisant la mort cellulaire de certaines cellules immunitaires destructrices.

Dans un petit essai contrôlé randomisé, un médicament standard pour la polyarthrite rhumatoïde associé à un extrait d’écorce de mangue a réduit l’activité de la maladie et les symptômes après un an de supplémentation. Cependant, les effets sur l’activité de la maladie étaient similaires à ceux du médicament seul.

Il n’est peut-être pas possible d’obtenir la mangiférine nécessaire en mangeant des mangues. Cependant, l’extrait de feuille de mangue est disponible sous forme de supplément.

Ortie piquante

L’ortie contient des composés anti-inflammatoires qui peuvent améliorer la douleur et le gonflement dans la polyarthrite rhumatoïde.

Ces propriétés de soulagement de l’arthrite peuvent être dues à la capacité de l’ortie à bloquer une protéine appelée NF-κB, qui autrement augmenterait la production de composés inflammatoires. Le NF-κB est souvent hyperactif chez les personnes atteintes d’arthrite.

L’ortie est souvent utilisée par les praticiens traditionnels pour améliorer les symptômes de l’arthrite. L’urtication, également connue sous le nom de “flagellation à l’ortie”, est une technique qui consiste à appliquer sur le corps des feuilles ou des tiges d’ortie crues, non traitées, afin de générer une inflammation. Cette technique est utilisée depuis l’époque romaine antique pour soulager les rhumatismes chroniques, mais les chercheurs ne font que commencer à étudier son efficacité.

Ashwagandha

L’ashwagandha a réduit la douleur, la raideur et l’incapacité chez 60 personnes souffrant de douleurs articulaires du genou. Un traitement ayurvédique contenant de l’ashwagandha a réduit la douleur, la sensibilité des articulations et le gonflement dans une étude portant sur 86 personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde.

Vitamines B

Un produit contenant une combinaison de vitamines B1, B6 et B12 a amélioré l’inflammation et le flux sanguin dans une étude portant sur 24 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde grave.

Dans une autre étude, une combinaison de vitamines B6 et B12 et d’acide folique (vitamine B9) a réduit les marqueurs inflammatoires chez 62 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde.

Ménaquinone (vitamine K2)

La ménaquinone, également connue sous le nom de vitamine K2, a amélioré l’efficacité des médicaments classiques chez 84 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde.

À noter que la vitamine K1 (phytonadione) n’a pas eu le même effet bénéfique.

Boswellia serrata

Dans une méta-analyse portant sur 260 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, 400 mg d’extrait de Boswellia serrata (encens indien) ont réduit le gonflement, la douleur et la raideur. Les patients ont également pu réduire leur consommation d’analgésiques et ont eu besoin de moins de traitements d’urgence.

Notez que les acides boswelliques ne sont détectables dans le sang que lorsqu’ils sont administrés avec un repas riche en graisses.

Gingembre

Dans une étude portant sur 70 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, la prise de 1500 mg de poudre de gingembre par jour a entraîné une réduction significative des marqueurs de la maladie après 12 semaines. Les auteurs ont suggéré que ce bénéfice pouvait provenir de modifications de l’expression des gènes : le groupe prenant des suppléments de gingembre présentait des niveaux accrus de FOXP3 et une expression réduite de RORC.

Huile de pépins de cassis

Les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde qui ont pris des suppléments d’huile de pépins de cassis pendant 24 semaines ont connu une réduction des symptômes de la maladie. Cependant, une dose très importante (15 capsules par jour) était nécessaire pour constater un bénéfice.

Les auteurs de l’étude ont suggéré que les avantages de l’huile de pépins de cassis étaient dus à sa teneur élevée en acide gamma-linolénique (GLA) et en acide alpha-linolénique (ALA).

Huile de graines de cassis

L’huile de graines noires (500 mg, 2 fois par jour) a réduit la raideur et le gonflement des articulations chez 40 femmes atteintes de polyarthrite rhumatoïde.

Chez les rats atteints d’arthrite, le principe actif, la thymoquinone, a réduit de nombreuses cytokines pro-inflammatoires (notamment IL-6, IL-1β, TNF alpha, toutes des cytokines Th1) tout en augmentant les cytokines anti-inflammatoires (IL-10).

Acide linoléique conjugué

Les acides linoléiques conjugués (ALC) sont des acides gras poly-insaturés que l’on trouve principalement dans la viande et les produits laitiers, mais qui sont également disponibles sous forme de compléments alimentaires.

Dans une étude portant sur 87 patients, trois mois de supplémentation en ALC ont permis de réduire la douleur et la raideur par rapport au groupe témoin. Les chercheurs ont conclu que l’ALC pouvait être utile en complément des traitements conventionnels de la polyarthrite rhumatoïde.

Quercétine

Dans une étude, les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde qui consommaient beaucoup de baies, de fruits, de légumes, de noix, de racines, de graines et de germes crus riches en quercétine et autres antioxydants présentaient moins de symptômes.

Des suppléments de quercétine (500 mg/jour) n’ont eu aucun effet sur certains marqueurs inflammatoires (CRP) mais en ont réduit d’autres (TNF-alpha et IL-6) dans une étude de 8 semaines portant sur 51 femmes. Mais dans une étude ultérieure de 8 semaines sur 50 femmes, la même dose a réduit la raideur articulaire, la douleur matinale, la douleur après l’activité physique et le marqueur inflammatoire TNF-alpha.

Dans une étude cellulaire, la Quercétine a déclenché la mort des cellules articulaires inflammatoires qui contribuent au développement de la polyarthrite rhumatoïde. Dans une autre étude, elle a également empêché ces cellules de se diviser et a prévenu l’activation des neutrophiles, qui aggrave la réponse auto-immune.

Resvératrol

Dans une étude portant sur 100 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, 1 g de resvératrol par jour a amélioré de manière significative les scores de gonflement, de sensibilité et d’activité de la maladie et a diminué les marqueurs de laboratoire de l’inflammation et de la gravité de la maladie. Les auteurs ont suggéré que le resvératrol pourrait être un bon complément aux plans de traitement conventionnels.

Sélénium

Les personnes dont l’alimentation contient de faibles quantités de sélénium semblent développer plus souvent une polyarthrite rhumatoïde que celles qui consomment des quantités plus importantes de sélénium.

Cependant, le sélénium peut aider ou non les personnes souffrant déjà de polyarthrite rhumatoïde. Dans une étude, trois mois de supplémentation en sélénium ont amélioré le gonflement, la sensibilité et la mobilité des articulations, mais d’autres études n’ont trouvé aucun avantage.

Sésamine

La sésamine est un composé actif présent dans le sésame, le camphre et d’autres plantes. Dans une étude portant sur 44 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, les suppléments de sésamine ont réduit la douleur et la sensibilité des articulations et amélioré les marqueurs de laboratoire de l’inflammation.
Bromélaïne

La bromélaïne est une enzyme présente dans les ananas. Chez 77 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde ou d’arthrose, la bromélaïne (400 mg) a amélioré les symptômes généraux, réduit la raideur et amélioré la fonction physique.

Baicaline

Dans une étude portant sur 374 patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde et de maladie coronarienne (qui sont souvent associées), 500 mg de baicaline par jour ont réduit de manière significative les lipides sanguins et les marqueurs d’inflammation.

Prêle des champs

La prêle a amélioré les symptômes et régulé la réponse immunitaire dans la plupart des cas dans une étude portant sur 60 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. Elle a augmenté l’IL-10 et diminué le TNF-alpha, ce qui pourrait en faire un bon complément aux thérapies conventionnelles.

Un extrait de prêle géante a réduit la douleur, l’inflammation et la réponse auto-immune dans un modèle murin de polyarthrite rhumatoïde et d’arthrose. Les avantages médicinaux des composés de la prêle sont prometteurs, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Huile de foie de morue

Dans une étude pilote menée sur 43 personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, l’huile de foie de morue (1 g/jour pendant 3 mois) a diminué la raideur matinale, les articulations douloureuses et gonflées et l’intensité de la douleur.

Dans un autre essai sur 30 personnes atteintes de cette maladie, l’huile de foie de morue (cinq capsules de 300 mg, 2x/jour) a réduit l’utilisation de médicaments contre l’arthrite (Diclofenac Sodium) et a eu moins d’effets secondaires.

Dans une étude de suivi portant sur 58 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, 10 g d’huile de foie de morue (avec 2,2 g d’oméga 3) sur 9 mois ont réduit l’utilisation d’analgésiques (diclofénac, naproxène et ibuprofène).

Collagène

Chez 60 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde sévère, trois mois de collagène de type II de poulet ont réduit le nombre d’articulations gonflées et sensibles par rapport au placebo (DB-RCT). Quatre patients du groupe collagène ont vu tous leurs symptômes disparaître et la progression de la maladie s’est arrêtée.

Une étude plus large portant sur 274 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde a montré qu’une gamme de doses (20, 100, 500 et 2 500 μg) réduisait le nombre d’articulations gonflées et sensibles.

Zinc

Les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde présentent des taux moyens de zinc plus faibles dans leurs cheveux, ce qui peut indiquer une tendance à avoir un faible taux de zinc sur une longue période.

Le zinc est disponible sous forme de supplément, et les sources alimentaires les plus riches sont les huîtres, les autres fruits de mer et le bœuf.

Absinthe douce

Avant de prendre de l’absinthe (artemisia annua), discutez de ce complément avec votre médecin.

L’armoise est une plante utilisée dans la médecine traditionnelle chinoise. En raison de ses puissantes propriétés antivirales et anti-inflammatoires, un composé de l’armoise (l’artémisinine) et ses dérivés ont été recommandés par l’Organisation mondiale de la santé comme traitement du paludisme.

L’artémisinine et ses dérivés ont été signalés comme supprimant la libération de protéines inflammatoires des cellules articulaires de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde.

Dans un essai contrôlé randomisé, une combinaison de médicaments standard pour la polyarthrite rhumatoïde et d’un extrait d’absinthe douce a été plus efficace pour réduire le gonflement, la douleur et la sensibilité des articulations que les médicaments standard seuls.

De multiples études ont montré que les composés dérivés de l’absinthe peuvent réduire la production de la protéine inflammatoire NF-kB.

Pour éviter les effets indésirables et les interactions inattendues, n’utilisez l’absinthe que sous la direction d’un professionnel de la santé.

Comments

No comments yet. Why don’t you start the discussion?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *