guide dormir
guide dormir

Guide complet pour mieux dormir

guide dormir

Le sommeil est un élément essentiel de notre santé et de notre bien-être. Mais lorsque nous n’avons pas – ou ne pouvons pas avoir – une bonne nuit de repos, les choses peuvent rapidement tourner au vinaigre. 

Un sommeil insuffisant a été associé à plusieurs maladies et troubles importants, notamment le diabète, les maladies cardiaques, l’anxiété et la dépression.

Puisque vous êtes ici, nous supposons que vous vous réveillez souvent fatigué ou groggy et que vous dormez peu ou pas du tout.

Ne pas bénéficier d’un repos nocturne de qualité peut être à la fois effrayant et accablant. Mais vous n’avez plus à souffrir en silence !

Ce guide complet vous fournira différentes façons de mieux dormir afin que vous puissiez profiter d’un sommeil réparateur dès que possible.

Pourquoi le sommeil est-il si important ?

Meilleure productivité et concentration

Le lien entre le sommeil, la productivité et la concentration ne peut être ignoré. Ils vont vraiment de pair pour une vie épanouie. Par conséquent, la valeur globale d’un sommeil de qualité pour augmenter la productivité est vitale. Ce point a été prouvé à maintes reprises au cours de l’histoire.

Un mauvais sommeil affecte la mémoire, la prise de décision, la résolution de problèmes et la vigilance, autant d’aspects fondamentaux de la productivité. 

En résumé, moins vous vous reposez, plus vous risquez de remettre des tâches à plus tard et d’être très improductif.

En outre, une personne privée de sommeil ne peut pas concentrer son attention de manière optimale. Plusieurs études menées par des scientifiques au début des années 2000 ont examiné les effets du manque de sommeil.

Leurs recherches concluent que le sommeil est étroitement lié à plusieurs fonctions cérébrales essentielles, notamment:

  • la concentration
  • la productivité
  • la cognition

Dans l’ensemble, il est clair que le sommeil joue un rôle important dans la consolidation de la mémoire. Ce rôle est essentiel pour la concentration et l’apprentissage de nouvelles informations.

Diminution du risque de prise de poids

Un mauvais sommeil peut avoir un impact négatif sur tous les aspects de notre vie, mais notre poids est un domaine dont nous ne nous rendons peut-être pas compte qu’il est affecté. 

Les personnes qui bénéficient d’une nuit de sommeil complète peuvent être en mesure de modérer leur appétit et se sentent plus disposées à faire de meilleurs choix alimentaires.

Les personnes qui dorment régulièrement moins que le nombre d’heures de sommeil recommandé sont confrontées au problème inverse. 

En outre, elles présentent un risque plus élevé de diabète et de déclin cognitif, et peuvent même être victimes d’un accident vasculaire cérébral ! Le manque de sommeil peut également entraîner une prise de poids plus rapide, car il produit des niveaux plus élevés de cortisol, l’hormone du stress.

Cependant, plusieurs études récentes démontrent qu’il n’y a pas de lien entre le surpoids et le manque de sommeil. Cette recherche soutient que de nombreuses études antérieures menées dans ce domaine ne prennent pas en compte d’autres facteurs adéquats, notamment:

  • La consommation d’alcool
  • Le fait de vivre avec un diabète de type 2
  • Le niveau d’activité physique
  • Le niveau d’éducation
  • Longues heures de travail
  • Temps sédentaire important

Le manque de sommeil peut affecter le désir ou la capacité d’une personne à maintenir un mode de vie sain, mais il peut ou non contribuer directement à la prise de poids.

Une meilleure régulation des calories

On dit qu’un sommeil suffisant peut aider une personne à consommer moins de calories tout au long de la journée. Toutefois, si vous ne dormez pas assez longtemps, votre corps risque de ne plus pouvoir réguler correctement votre consommation de nourriture.

Des habitudes de sommeil particulières peuvent avoir un impact sur les hormones qui régulent notre appétit, connues sous le nom de ghréline et de leptine. Ainsi, un manque de sommeil augmente la sensation de faim.

Un manque de sommeil peut également compromettre notre capacité à faire des choix alimentaires sains. Toute modification de la chimie du cerveau provoquée par un manque de sommeil peut affecter de nombreuses fonctions, y compris le contrôle des impulsions et le jugement. Cela se traduit souvent par de mauvais choix alimentaires.

Il a été démontré que de courtes périodes de sommeil (ou pas de sommeil du tout) activent les centres de récompense du cerveau, ce qui augmente l’attrait de la malbouffe. 

En outre, les personnes qui manquent de sommeil sont plus susceptibles de consommer davantage de calories provenant d’en-cas riches en glucides.

Il est également important de mentionner qu’une restriction calorique trop importante (comme une privation de nourriture) peut entraîner de graves interruptions de sommeil. 

Mais d’un autre côté, cela peut aussi entraîner un manque de sommeil profond et une humeur maussade, ce qui conduit à différents problèmes de sommeil à long terme. 

Il est donc essentiel de trouver l’équilibre parfait pour obtenir une meilleure nuit de sommeil.

De meilleures performances athlétiques

Il n’est peut-être pas surprenant qu’une bonne quantité de sommeil puisse améliorer considérablement les performances athlétiques d’un individu.

Alors que la durée moyenne de sommeil recommandée pour un adulte se situe entre 7 et 9 heures par nuit, les athlètes peuvent bénéficier d’un repos plus réparateur. 

Le sommeil est aussi essentiel pour un athlète que la consommation de nutriments et de calories appropriés !

Une bonne nuit de sommeil donne au corps le temps de guérir et aide à consolider les souvenirs. Lorsque les athlètes prennent le temps de s’entraîner ou d’apprendre une nouvelle compétence, le sommeil les aide à mémoriser l’information. 

Cela leur permettra d’améliorer leurs performances à l’avenir.

Parmi les autres avantages, citons:

  • Meilleure intensité des performances
  • Niveaux d’énergie plus élevés
  • Meilleure coordination
  • Vitesse plus rapide
  • Meilleur fonctionnement mental

Diminution du risque de maladie cardiaque

Le sommeil est un élément essentiel du maintien d’un mode de vie globalement sain. En conséquence, vous vous sentez plus reposé, vous maîtrisez vos actions et vos émotions, et vous vous sentez probablement plus positif dans votre vie.

Cependant, un autre point est extrêmement important pour rester en bonne santé : des taux de sommeil plus élevés réduisent le risque de maladies cardiaques.

L’hypertension artérielle est l’un des principaux facteurs de risque de maladie cardiaque. Toutefois, si vous vous reposez suffisamment chaque nuit, votre tension artérielle pourra se réguler d’elle-même.

Il a été révélé que les adultes ayant des habitudes de sommeil saines ont un risque d’insuffisance cardiaque inférieur de 42 % à celui des adultes ayant des habitudes de sommeil malsaines, quels que soient les autres facteurs de risque.

Un sommeil de qualité peut réduire les risques d’affections liées au sommeil, telles que l’apnée du sommeil, et contribue également à améliorer la santé cardiaque en général.

En résumé, plus vous bénéficiez d’un sommeil de qualité, plus votre cœur est en bonne santé !

Prévention de la dépression et amélioration de la santé mentale

Le lien entre le sommeil et la santé mentale a été le principal sujet de recherche. Le manque de sommeil a été examiné de près en tant que facteur contribuant à la dépression. Les problèmes de sommeil sont souvent le premier signe de dépression.

Les deux sont si étroitement liés qu’il peut être difficile de les distinguer. Si vous avez souffert d’un trop grand nombre de nuits de sommeil insuffisant, vous pouvez être plus vulnérable aux épisodes de dépression. Il se peut aussi que vous dormiez mal parce que vous êtes déprimé.

Une bonne nuit de sommeil peut être un élément essentiel de votre plan de gestion de la dépression. Lorsque vous êtes bien reposé, vous avez plus d’énergie, vous avez une vision plus positive de la vie et vous êtes plus concentré.

Si vous souhaitez améliorer votre état de santé mentale, la première chose à faire est de vous reposer suffisamment.

Réduire l’inflammation

Il existe un lien solide entre la réduction de l’inflammation dans l’organisme et un sommeil suffisant. En effet, les vaisseaux sanguins se détendent au pays des rêves, ce qui entraîne une baisse de la tension artérielle.

Si vous travaillez avec un horaire de sommeil restreint, votre tension artérielle ne diminuera pas. Cela pourrait déclencher les cellules des parois des vaisseaux sanguins qui activent l’inflammation.

Les cycles de sommeil sont un autre moyen par lequel l’inflammation peut influer sur votre temps de repos. 

Les personnes présentant des niveaux élevés d’inflammation souffriront d’un manque de sommeil profond et passeront probablement moins de temps en sommeil paradoxal. Cette situation n’est pas idéale, principalement parce que le sommeil paradoxal joue un rôle extrêmement important dans de nombreuses fonctions de l’organisme.

Ce type de sommeil réparateur est également essentiel pour encoder les nouveaux souvenirs dans la mémoire à long terme.

Un système immunitaire plus fort

Le sommeil aide l’organisme à se réparer, à se régénérer et à récupérer. Le système immunitaire ne fait pas exception à cette règle. En outre, certaines recherches montrent qu’une meilleure qualité de sommeil peut aider l’organisme à lutter contre les infections.

Pendant le sommeil, l’organisme produit des cytokines. Il s’agit d’une protéine qui cible l’inflammation et l’infection. Pendant la nuit, notre corps produit également des lymphocytes T. 

Ces globules blancs jouent un rôle essentiel dans la lutte contre l’infection. Ces globules blancs jouent un rôle essentiel dans la réponse immunitaire de notre corps à une maladie infectieuse. 

Grâce à ces processus, notre corps peut créer une réponse immunitaire importante.

Cependant, les scientifiques doivent encore étudier les mécanismes exacts du sommeil en ce qui concerne son impact sur le système immunitaire de l’organisme.

Combien d’heures dois-je dormir la nuit ?

Toutes les durées de sommeil recommandées sont réparties en quelques groupes d’âge. Les lignes directrices génériques présentent les fourchettes recommandées de durée de sommeil nocturne pour des personnes relativement en bonne santé dans chaque groupe d’âge. 

Dans certains cas, il peut être acceptable de dormir une heure de plus ou de moins que la fourchette générale, mais cela dépend entièrement de la situation de chaque personne.

Voici les recommandations en fonction de l’âge :

Nouveau-nés – 14 à 17 heures par jour

Les nouveau-nés ont tendance à dormir entre deux et quatre heures. Ils ont le sommeil plus léger que l’adulte typique et se réveilleront probablement très rapidement au cours de la journée pour se nourrir.

Nourrissons (4-11 mois) – 12 à 15 heures par jour

Les nourrissons devraient dormir tout au long des 24 heures, plutôt que la nuit. Il s’agit d’une période de croissance importante, et les bébés passeront autant de temps que possible à dormir pour la compléter.

Tout-petits (1 à 2 ans) – 11 à 14 heures par jour

Ce temps doit être réparti entre 10 à 12 heures de sommeil la nuit et environ 1 à 2 heures de sommeil le jour. Les problèmes de sommeil les plus courants chez les tout-petits sont le refus de rester au lit à l’heure du coucher et la difficulté à se calmer suffisamment pour s’endormir.

Enfants d’âge préscolaire (3-5 ans) – 10 à 13 heures par jour

La quantité totale de sommeil des enfants d’âge préscolaire doit inclure les siestes. Pour répondre à ce besoin, il est essentiel de fixer des heures de réveil, de coucher et de sieste régulières, voire de prévoir des moments de calme pendant la journée.

Enfants d’âge scolaire (6-13 ans) 9 à 11 heures par jour

Dans cette tranche d’âge, il est fréquent que les enfants ne dorment pas suffisamment. Cela est dû en grande partie à la multiplication des obligations scolaires – comme les devoirs -, aux activités du soir et à l’heure tardive du coucher.

Adolescents (14-17 ans) – 8-10 heures par jour

Le rythme circadien du corps se réinitialise pendant l’adolescence. Par conséquent, cela peut obliger un individu à s’endormir plus tard et à se réveiller plus tard. Il n’est donc pas surprenant que les adolescents aient besoin de plus de sommeil que les adultes moyens.

Adultes (18-64 ans) – 7 à 9 heures par jour

Cette durée de sommeil quotidienne permet à votre corps et à votre esprit de se ressourcer, ce qui vous aidera à vous sentir plus alerte et plus frais lorsque vous vous réveillerez et affronterez le monde.

Adultes plus âgés (65 ans et plus) – 7 à 8 heures par jour

De nombreuses personnes âgées ont plus de mal à s’endormir le soir que l’adulte moyen. C’est l’une des raisons pour lesquelles de nombreuses personnes âgées font une courte sieste pendant la journée, afin de refaire le plein d’énergie.

Signes d’un mauvais sommeil

Sensation de fatigue, d’irritabilité et d’épuisement au cours de la journée

La durée du sommeil et l’humeur sont étroitement liées. Par conséquent, un sommeil court ou agité peut causer de l’inconfort et de l’irritation, ce qui ajoute un stress inutile à votre vie quotidienne.

Difficulté à se concentrer ou à se souvenir des choses

Le manque de sommeil a un impact significatif sur les fonctions cognitives générales liées à la pensée, à la mémoire, à la communication et à l’attention. Nous devons accomplir ces tâches essentielles dans notre vie quotidienne, c’est pourquoi vous devez veiller à ce que votre sommeil soit suffisant.

Difficulté à se lever le matin

Il s’agit d’un signe psychologique de manque de sommeil, mais cela peut également indiquer un trouble mental plus grave. La dépression, l’anxiété, le manque de sommeil ou le stress peuvent vous inciter à rester au lit.

Se sentir léthargique ou somnolent l’après-midi

La somnolence ou la baisse de vigilance et d’énergie au cours de l’après-midi font partie du cycle circadien. Mais si vous constatez que cela a un impact sur votre vie régulièrement, vous devez adopter de meilleures habitudes de sommeil.

Vous avez du mal à rester éveillé lors de conférences, de réunions, dans des pièces chaudes, en conduisant ou en faisant la navette, ou après un repas copieux ?

Supposons que vous ayez du mal à vous concentrer lors d’un événement aussi crucial qu’un cours ou une réunion le matin. Dans ce cas, il y a probablement quelque chose qui ne va pas dans vos habitudes de sommeil, surtout si la pièce est suffisamment froide pour empêcher votre corps de se détendre complètement.

D’autre part, les températures chaudes font chuter la tension artérielle, ce qui entraîne somnolence et fatigue. Par conséquent, si votre réunion ou votre conférence se déroule dans une salle chaude, ne vous inquiétez pas si vous vous sentez fatigué. C’est une réaction naturelle !

En revanche, la somnolence au volant présente un réel danger. Vous vous mettez en danger, mais vous pouvez aussi provoquer un accident et blesser quelqu’un d’autre, car votre temps de réaction est retardé (c’est le cas lorsque vous avez mal dormi et que vous n’arrivez pas à vous concentrer). Il en va de même pour les déplacements dans les transports publics. Vous devez rester sur vos gardes afin que personne ne puisse profiter de votre sommeil pour vous voler vos biens.

Enfin, plus le repas est lourd, plus votre corps aura besoin d’énergie pour le décomposer. Cette dépense d’énergie peut entraîner une sensation de fatigue.

Faire une sieste pendant la journée

Parfois, faire une sieste pendant la journée vous permet de vous ressourcer momentanément. 

D’autres fois, cela peut être le signe d’un sommeil de mauvaise qualité. Faites attention à la durée de votre sieste, car elle pourrait nuire à votre repos nocturne.

Besoin de dormir tard le week-end

Dormir tard le week-end peut compenser le manque de sommeil accumulé tout au long de la semaine. Toutefois, ce comportement peut également être lié à des maladies cardiaques, à la dépression et à d’autres problèmes susceptibles de réduire la qualité globale de votre sommeil.

Changements d’humeur

L’insomnie est souvent un symptôme de troubles de l’humeur tels que la dépression et l’anxiété. 

Malheureusement, elle amplifie les émotions négatives telles que la tristesse et le stress et les place au premier plan de votre esprit, ce qui entraîne une diminution de la qualité du sommeil.
Étapes clés pour améliorer votre sommeil

Les étapes clés pour améliorer votre sommeil

Bien que vous ne puissiez pas contrôler certains facteurs qui influencent votre sommeil, vous pouvez intégrer à votre routine des habitudes positives qui favoriseront une meilleure nuit de repos. Commencez par mettre en œuvre certaines (ou toutes) de ces étapes clés.

Respecter un horaire de sommeil

En respectant un horaire de sommeil régulier, même le week-end, votre corps trouvera plus facilement son rythme naturel. Cela vous permettra de vous endormir et de vous réveiller plus rapidement.

La meilleure façon d’y parvenir est de ne pas dépasser huit heures pour obtenir le sommeil dont vous avez besoin. La durée de sommeil nocturne recommandée pour un adulte en bonne santé est d’au moins sept heures et d’environ neuf heures au maximum. Toutefois, la plupart des gens n’ont pas besoin de plus de huit heures au lit pour atteindre cet objectif !

Un autre conseil utile consiste à se coucher et à se lever à peu près à la même heure chaque jour. Essayez de ne pas modifier votre horaire de sommeil plus d’une heure les soirs de semaine et les week-ends. Le maintien d’une routine cohérente renforce le cycle veille-sommeil de votre corps.

Si vous ne vous endormez pas dans les 20 minutes qui suivent votre mise au lit, quittez votre chambre et faites quelque chose de relaxant, comme lire quelques chapitres de votre livre préféré ou écouter de la musique apaisante. Ne touchez pas à votre téléphone, car il pourrait vous distraire de votre objectif final, qui est de vous endormir.

Retournez ensuite au lit lorsque vos yeux commencent à se fermer. Répétez l’opération autant de fois que nécessaire.

Faites attention à ce que vous mangez et buvez tout au long de la journée et avant de vous coucher

Une alimentation équilibrée est la clé d’une bonne nuit de sommeil.

Vous devez surveiller votre consommation de caféine, d’excès de sucre et d’alcool tout au long de la journée, et plus particulièrement à l’approche du coucher. La caféine est un stimulant qui peut mettre des heures à se dissiper, et même si l’alcool peut vous rendre somnolent, il peut perturber votre sommeil.

Avant le coucher, il est préférable d’éviter les aliments qui provoquent d’importants pics de glycémie. Ces pics peuvent vous rendre irritable, déstabilisé ou trop chaud pendant votre sommeil. Par ailleurs, l’hypoglycémie est souvent à l’origine de cauchemars et peut donner une sensation de moiteur.

Les aliments qui provoquent un pic – puis une chute – de la glycémie sont ceux qui sont riches en glucides, rapidement transformés en énergie. Le riz, le pain, les fruits et le sucre en sont quelques exemples.

Par conséquent, manger de petites quantités d’aliments comme des glucides complexes, des fruits, des légumes ou une petite quantité de protéines tout au long de la journée calmera les douleurs de la faim et vous aidera à vous endormir plus rapidement si vous devez manger à l’approche de l’heure du coucher.

Vous ne devez jamais vous coucher en ayant faim ou en étant trop rassasié, car l’inconfort pourrait vous empêcher de dormir. Cela signifie que vous devez éviter les repas lourds ou copieux à quelques heures de l’heure du coucher. Le meilleur moment pour dîner est trois heures avant le coucher, ce qui permet à l’estomac de bien digérer et de se préparer au sommeil.

Créez un environnement reposant

Un environnement relaxant est essentiel pour une bonne nuit de sommeil. Des études ont montré que les gens dorment beaucoup mieux lorsque leur chambre à coucher est optimisée en termes de niveau de bruit, de température, de confort et de lumière.

L’essentiel est de créer une pièce idéale pour dormir et se détendre. Cela signifie que votre chambre doit être plus sombre, plus fraîche et beaucoup plus silencieuse, qu’il s’agisse de bruit ou de lumière. Une exposition extrême à la lumière peut rendre votre environnement un peu moins accueillant. Si c’est le cas, vous aurez peut-être beaucoup plus de mal à vous endormir.

Pensez à utiliser des bouchons d’oreille, des stores d’obscurcissement, un ventilateur ou tout autre dispositif qui vous permettra de créer un environnement adapté à vos besoins. Une autre chose que vous pouvez faire pour créer un environnement physique reposant est d’éviter toute utilisation prolongée d’écrans juste avant d’aller vous coucher.

Vous devez également veiller à faire votre lit avant de vous endormir. En sachant qu’il ne vous reste plus qu’à vous installer dans votre lit, vous aurez plus de chances de bien dormir la nuit. Un lit fait vous permet également de vous glisser dans votre lit et de vous endormir plus rapidement.

L’ajout d’un parfum apaisant dans votre chambre peut rendre l’espace plus reposant. Par exemple, essayez l’huile de lavande ou la menthe poivrée, qui sont connues pour apaiser et vous permettre de vous réveiller en pleine forme.

Des activités apaisantes avant le coucher, comme un bain, des exercices d’étirement à faible impact ou le visionnage d’un épisode de votre émission de télévision préférée, peuvent également favoriser un meilleur sommeil.

Limitez les siestes pendant la journée

La sieste peut être utile ou nuisible, en fonction de plusieurs facteurs. Il s’agit notamment de votre âge, du moment de la journée que vous choisissez pour faire la sieste et de la raison pour laquelle vous faites la sieste. Pour tirer le meilleur parti d’une sieste, il est essentiel de savoir comment chacun de ces facteurs influe sur l’impact de la sieste.

Les siestes diurnes fréquentes peuvent perturber considérablement le sommeil nocturne. Cela est vrai pour les personnes de tous âges. Par conséquent, si vous choisissez de faire une sieste pour vous détendre et vous ressourcer ou si vous avez simplement besoin de refaire le plein d’énergie de cette manière, vous devez vous fixer une limite. Cela vous permettra de ne pas passer trop de temps à dormir.

Pour ce faire, réglez une minuterie de 20 à 30 minutes. Une sieste plus longue peut vous laisser groggy (inertie du sommeil) et vous risquez davantage de commettre des erreurs et des accidents peu de temps après votre réveil. Il est également conseillé d’éviter de faire une sieste en fin de journée si possible.

Il y a toutefois des exceptions à cette règle. Par exemple, vous pouvez avoir besoin de faire des siestes essentielles si vous êtes malade. Ces siestes sont souvent beaucoup plus longues que les courtes périodes de repos normales, car notre corps a besoin de plus de repos pour commencer à se remettre d’une maladie. Si vous travaillez de nuit, vous pouvez également avoir besoin de faire une sieste pour rattraper votre retard de sommeil.

Intégrez l’activité physique dans votre journée

Ce n’est un secret pour personne : faire de l’exercice présente un million d’avantages pour la santé. 

Mais saviez-vous qu’un meilleur sommeil en fait partie ? Une activité physique régulière peut améliorer la qualité du sommeil et favoriser la relaxation.

Que vous preniez le temps de faire une ou deux promenades par jour ou des exercices de musculation, vous commencerez à améliorer la qualité de votre sommeil en pratiquant une activité physique régulière. L’avantage, c’est que vous pouvez faire preuve de souplesse en ce qui concerne le type d’exercice.

Les personnes qui font au moins 30 minutes d’exercice aérobique modéré par jour peuvent même constater une différence dans la qualité de leur sommeil le soir même.

L’exercice peut vous donner plus d’énergie tout au long de la journée. Cela est dû à la libération d’endorphines qui déclenchent des sentiments positifs dans votre corps. Si vous êtes trop fatigué pour pratiquer une activité physique, une marche rapide peut vous redonner de l’énergie !

Cependant, vous devez prendre des précautions pour que l’exercice ne soit pas effectué trop près de l’heure du coucher. Sinon, votre corps se sentira beaucoup trop énergisé pour que vous puissiez vous installer et vous détendre.

Si vous constatez que l’exercice le soir ne vous aide pas à dormir, essayez de faire de l’exercice le matin. L’exercice a pour effet d’augmenter la température centrale de votre corps, ce qui vous donne l’impression d’être plus éveillé.

Gérez vos soucis

Pour passer une bonne nuit, il est essentiel d’essayer de résoudre les soucis ou les préoccupations importantes avant de se coucher. Notez tout ce qui vous préoccupe dans un carnet ou un journal afin de vous libérer l’esprit, puis mettez-le de côté pour vous inquiéter plus tard.

Combattre le “et si” est un moyen important de gérer ses inquiétudes. Si le fait de s’inquiéter nous protège et nous permet de nous préparer en cas de problème, il nous offre également de nombreuses occasions de réfléchir de manière excessive.

Éviter le processus du “et si” vous permettra de penser logiquement et de réduire vos émotions à la fin de chaque journée, jusqu’à ce que vous vous endormiez sans aucun souci.

La gestion du stress peut également vous aider. Commencez par vous organiser, déléguez les tâches quotidiennes et donnez la priorité à des tâches spécifiques. La méditation peut également atténuer les sentiments d’inquiétude ou d’anxiété.

La chose la plus importante à faire est de fixer une date limite artificielle chaque jour. Il s’agit d’une date limite pour terminer votre journée de travail et favoriser la transition vers le sommeil. Cela établira une limite claire entre les travaux de la journée et pourrait même optimiser votre sommeil.

Savoir quand contacter son médecin

Presque tout le monde passe de temps en temps une nuit blanche. Toutefois, si vous avez souvent du mal à vous endormir, vous souffrez peut-être d’un trouble du sommeil tel que l’insomnie ou l’apnée du sommeil.

Tout trouble du sommeil peut avoir des répercussions considérables sur votre santé mentale et physique et sur votre qualité de vie en général. En outre, une lutte prolongée contre le sommeil peut entraîner des émotions négatives telles que l’irritabilité, la mauvaise humeur, la dépression ou l’anxiété.

Ces facteurs peuvent entraîner des problèmes importants sur le lieu de travail et à la maison. Dans ce cas, vous devez contacter votre médecin dès que possible.

Il vous fera passer un examen physique complet et vous interrogera sur vos antécédents médicaux, vos habitudes de vie et vos symptômes afin d’isoler la cause de vos insomnies. Il pourra également diagnostiquer si vous souffrez de problèmes plus importants, notamment de troubles du sommeil.

Si c’est le cas, votre médecin peut vous prescrire des somnifères. Plus important encore, l’identification et le traitement des causes sous-jacentes peuvent vous aider à obtenir le meilleur sommeil que vous méritez.

Résumé

Il est essentiel de prendre le temps de comprendre et, mieux encore, d’évaluer les raisons pour lesquelles vous n’arrivez pas à avoir un sommeil satisfaisant. De nombreuses choses dans votre vie quotidienne peuvent avoir un impact sur votre sommeil, comme une consommation excessive de caféine, une alimentation inadaptée ou même une activité physique au plus mauvais moment.

Les facteurs liés au mode de vie peuvent être facilement corrigés pour vous donner les meilleures chances de passer une nuit reposante. Toutefois, si vous souffrez d’un quelconque trouble mental ou physique, vous devriez consulter votre médecin afin qu’il puisse vous apporter l’aide dont vous avez besoin.

Comments

No comments yet. Why don’t you start the discussion?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *