Regarder du porno nuit-il à votre vie sexuelle

Le porno peut-il nuire à votre vie sexuelle ? Si vous faites partie de ces personnes qui peuvent choisir “à prendre ou à laisser” lorsqu’il s’agit de porno, ou si c’est quelque chose que vous pourriez partager avec votre partenaire, alors le porno ne vous posera probablement pas de problèmes. 

Cependant, le porno peut devenir problématique si vous devez vous y fier pour vous exciter sexuellement. Pour certaines personnes, il peut devenir difficile de faire la différence entre le porno et la vie sexuelle dans la réalité.

Une étude du Guardian de 2014 a révélé que ce sont les hommes âgés de 25 à 34 ans qui sont les plus susceptibles de regarder régulièrement du porno sur Internet et que lorsqu’il s’agit de souffrir d’une véritable dépendance au porno, ce sont les adolescents qui sont les plus susceptibles d’en souffrir. 

Il n’est donc probablement pas surprenant que des études aient également établi un lien entre la surexposition à des vidéos et à des images hautement sexualisées et les mauvaises performances au lit, en particulier les troubles de l’érection. 

La science montre que le cerveau d’un homme se désensibilise progressivement aux images sexuelles, plus il consomme, et que la masturbation fréquente au cours de rapports sexuels à l’écran rend beaucoup plus difficile pour les hommes d’avoir des relations sexuelles dans la vie réelle. 

La dépendance au porno et les troubles de l’érection vont donc de pair et nous avons expliqué la science ci-dessous.

Le porno et les relations

Le porno est exempt des complexités et des complications qui accompagnent une relation dans la vie réelle, ce qui peut le rendre d’autant plus attrayant. Mais ce n’est pas la vraie vie. Il ne s’agit pas d’entrer en relation avec une autre personne et de profiter de tout ce qui découle du lien unique et de la proximité que les relations peuvent apporter.

Pour de nombreux jeunes, se masturber devant le porno illimité qui leur est proposé aujourd’hui a été leur première initiation au sexe. Leur seul modèle d’interaction sexuelle est de regarder les stars du porno, qui sont des artistes. 

C’est un acte difficile à réaliser ; des hommes musclés pendus comme des ânes, des femmes aux lèvres parfaitement alignées, aux gros seins perçants et à la petite taille. La réalité est que la plupart des gens ne sont pas comme ça. 

Ces plans peuvent entraîner une mauvaise image du corps et une anxiété de performance et une telle préoccupation peut interférer avec votre plaisir sexuel.

Le porno peut influencer la façon dont vous vous comportez ou dont vous pensez devoir vous comporter avec vos partenaires sexuels, par exemple en s’attendant à ce que les femmes n’aient pas de poils pubiens ou en pensant qu’il est acceptable de ne pas utiliser de préservatif parce que c’est ce que vous voyez à l’écran. 

L’utilisation de préservatifs peut protéger contre la transmission des IST et du VIH et ne doit pas être négligée.

Les relations saines ont besoin de communication et, bien qu’il ne soit pas nécessaire de tout dire à votre partenaire, si vous vous rendez compte que vous dépendez du porno et que vous pensez devoir le lui cacher et que cela affecte votre capacité à vous exciter sexuellement avec votre partenaire, vous devrez peut-être aborder la question. 

Votre partenaire pourrait découvrir que vous faites un usage intensif de la pornographie et être assez choqué pour penser qu’il ne connaît pas cet aspect de votre personnalité. Si c’est le cas, il est probablement temps d’en parler.

Porno et dysfonctionnement érectile

Des études ont suggéré que depuis que le porno est devenu si largement disponible, avec une diffusion anonyme et gratuite en haute définition, il y a eu une augmentation du nombre d’hommes souffrant de dysfonctionnement érectile (DE). 

Le porno peut être un média très stimulant qui offre aux spectateurs des images nouvelles et passionnantes en un clic de souris. Par conséquent, lorsqu’il s’agit de sexe avec une personne réelle, il peut sembler loin d’être aussi excitant.

Un segment de la BBC Newsbeat de 2016, “Brought Up On Porn”, a mis en évidence le nombre croissant de jeunes qui, après avoir été confrontés à des images sexuelles en ligne, ont fini par développer une dépendance au porno qui a ensuite porté préjudice à leurs relations dans la vie réelle.

Ces tendances ne se limitent pas au Royaume-Uni, selon une étude publiée en 2014 dans le Journal of Sexual Medicine, un nouveau patient sur quatre aux urgences a désormais moins de 40 ans. Et des recherches approfondies menées aux Pays-Bas ont constaté une forte augmentation du taux de dysfonctionnement érectile chez les jeunes hommes au cours des cinquante dernières années en Europe. 

En 2001-2002, les taux de dysfonctionnement érectile chez les hommes étaient presque négligeables, mais en 2011, les taux de dysfonctionnement érectile chez les jeunes Européens âgés de 18 à 40 ans se situaient entre 14 et 28 %.

Addiction porno et dysfonctionnement érectile

Peut-on donc attribuer la hausse des taux de DE au porno ? Et quel effet cela a-t-il sur le corps humain ? 

Si l’on considère la hausse constante des troubles de l’érection au cours de la dernière décennie et qu’on la compare à l’utilisation d’Internet et au nombre croissant de vidéos pornographiques en ligne, il semble y avoir une corrélation directe. 

La prévalence accrue de la diffusion gratuite de vidéos pornographiques en streaming, suivie par la disponibilité de vidéos pornographiques sur les smartphones, peut aider à expliquer pourquoi le “dysfonctionnement érectile induit par la pornographie” (DEP) est désormais un terme médicalement reconnu.

L’Institut du développement humain de Berlin a entrepris une étude qui explique en partie le lien entre la dépendance à la pornographie et la DE, en examinant l’effet de la pornographie sur la désensibilisation du cerveau humain. 

L’étude menée en 2014 auprès de 65 hommes en bonne santé a prouvé que le fait de regarder de la pornographie sur Internet pendant seulement quatre heures par semaine diminue la quantité de matière grise dans le cerveau (la partie impliquée dans la perception sensorielle, comme la vue, l’ouïe, la mémoire, les émotions, la parole, etc.) ). 

Ils ont trouvé moins de neurones et de neuro-connectivité dans le centre du plaisir du cerveau après avoir surveillé les habitudes des hommes en matière de pornographie, par rapport au cerveau de ceux qui n’en regardent pas du tout. 

Trop de porno laisse donc le cerveau en manque de matériel plus explicite tout en rendant plus difficile pour les mêmes images (et aussi le sexe) de fournir la même stimulation. 

Les accros du porno sont alors plus susceptibles de rechercher des images sexuelles plus déviantes pour satisfaire leurs envies, et de devenir des accros du sexe

Porno et éjaculation retardée

Les hommes se plaignent également de difficultés éjaculatoires liées à l’utilisation de matériel pornographique.

Une éjaculation retardée ou absente peut être très frustrante et physiquement inconfortable pour les hommes et leurs partenaires. 

Beaucoup d’hommes retardent leur éjaculation en se masturbant le plus longtemps possible, ce que l’on appelle le “lissage”, en attendant la “scène parfaite” pour atteindre l’orgasme. 

Lorsqu’il s’agit de sexe avec une vraie partenaire, ils peuvent se trouver dans l’impossibilité de jouir parce qu’ils ne sont pas confrontés aux niveaux élevés de stimulation visuelle auxquels ils sont habitués à éjaculer.

Certains hommes ne se masturbent sur un porno qu’avec une poignée dure, appelée “prise de la mort”, et un mouvement vigoureux qu’un partenaire ne peut pas reproduire.

Certains hommes trouvent qu’ils ne se masturbent sur un porno qu’avec une poignée dure, connue sous le nom de “prise de la mort”, et un mouvement vigoureux d’une manière particulière.

Là encore, cette voie fixe vers l’éjaculation diffère du sexe avec un partenaire, qui n’est pas aussi prévisible, et ils peuvent se trouver dans l’incapacité d’atteindre l’orgasme dans cette situation.

Effet de la dopamine

La dopamine est un neurotransmetteur produit dans le cerveau qui est responsable des sentiments d’anticipation, du désir de nouveauté et de la recherche de plaisir et de récompense. Il est facile de voir comment la dopamine est liée au sexe et à la pornographie. 

En regardant du porno, il suffit de cliquer sur la souris pour que les spectateurs reçoivent un coup de dopamine. 

Le problème est que pour y parvenir, le cerveau humain est constamment en quête de nouveauté – ce dont le porno en ligne regorge à l’infini. 

Des images qui, autrefois, vous auraient donné une poussée de dopamine et vous auraient excité, peuvent commencer à perdre de leur effet. Vous pouvez alors vous retrouver à chercher des images plus choquantes pour y parvenir. 

En effet, les niveaux de dopamine diminuent avec la surconsommation de pornographie, ce qui interfère avec les messages du cerveau vers les organes génitaux et peut entraîner une perte d’intérêt pour le sexe réel (baisse de libido), une diminution de la sensibilité du pénis et des difficultés érectiles et éjaculatoires.

La nature du porno varie, allant du sexe assez “vanille” au sexe “tordu”, en passant par le sexe choquant et violent. Vous pouvez vous retrouver à rechercher des images que vous n’auriez jamais imaginées susceptibles de vous exciter, avec un besoin de plus en plus extrême. 

Cela pourrait ne pas correspondre à la façon dont vous vous percevez ou dont votre partenaire vous perçoit, ce qui entraînerait la confusion et la méfiance.

Alors que faire ?

Si vous pensez souffrir d’un problème sexuel tel que la dysfonction érectile, dû au fait que vous vous êtes conditionné pour réagir sexuellement au porno plutôt qu’au sexe dans la vie réelle, alors vous voudrez peut-être faire quelque chose pour y remédier.

Tout n’est pas perdu. Heureusement, le cerveau a une certaine plasticité et est modifiable, mais le reconditionnement de vos réponses sexuelles peut prendre du temps.

Pour faire simple, ne comptez pas sur le porno pour vous exciter ou pour éjaculer. Apprenez à vous masturber sans. Faites appel à votre imagination et utilisez tous vos sens physiques – ce que vous n’avez peut-être pas l’habitude de faire. 

Commencez à faire des expériences en touchant tout votre corps ou celui de votre partenaire, en excluant d’abord les seins, les fesses et les organes génitaux, et remarquez les températures, les textures et la pression. 

Ne vous contentez pas d’essayer d’exciter vos parties génitales. Incluez progressivement les seins, les fesses et les parties génitales lorsque vous les touchez et vous remarquerez peut-être que votre sensibilité et votre excitation augmentent.

Variez vos pratiques sexuelles afin qu’elles ne soient pas aussi figées et prescrites

Suivez un “régime porno”, qui vous donnera la possibilité d’ouvrir votre imagination sexuelle, plutôt que de vous fier passivement au porno. Abandonner le porno de façon permanente ou temporaire peut sembler comme si vous aviez conduit une Ferrari et l’aviez ensuite échangée contre un vélo, mais vous aurez maintenant la possibilité de prendre votre temps pour explorer votre environnement, de vous mettre vraiment au diapason de sensations physiques subtiles et d’être intime avec votre partenaire dans la vie réelle.

Les avantages du porno

Tout n’est pas si mal quand il s’agit de porno, et il faut garder à l’esprit que le porno et le fait de passer au peigne fin sa vie sexuelle présentent certains avantages. 

Non seulement le porno peut aider à stimuler le désir sexuel et à augmenter l’excitation, mais il peut aussi vous donner des idées pour varier et expérimenter différentes activités sexuelles. 

Regarder du porno peut vous aider tous les deux à être créatifs et à vous sentir à l’aise. 

Lorsque le porno est utilisé de manière responsable et avec le consentement commun, il peut également contribuer à rapprocher les partenaires.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *