condylomes acumines
condylomes acumines

Papillomavirus humain : Dépistage et prévention

Le papillomavirus humain, ou HPV, est l’infection sexuellement transmissible la plus courante chez les hommes et les femmes.

Il est à l’origine de presque tous les cas de cancer du col de l’utérus.

Selon le CDC, près de 80 millions de personnes sont actuellement infectées par le papillomavirus humain aux États-Unis, et près de 14 millions de personnes, y compris des adolescents, sont infectées par le VPH chaque année.

Contrairement aux autres infections sexuellement transmissibles, la plupart des signes et symptômes du VPH sont inexistants. Parmi les plus de 40 types de VPH, certains peuvent provoquer des verrues génitales et un petit nombre peut entraîner des cancers du col de l’utérus, de la vulve, du vagin et de l’anus chez les femmes ou des cancers de l’anus et du pénis chez les hommes.

Divers types peuvent également transmettre une infection à la bouche et à la gorge et ont été associés à un risque accru de maladie cardiovasculaire.

Dépistage et prévention

Le dépistage du papillomavirus humain s’effectue généralement par un frottis ou par une cytologie en milieu liquide pour détecter les cellules anormales. Lorsque des cellules anormales sont détectées, une inspection colposcopique est recommandée. Au cours de cette procédure, des biopsies sont réalisées et les cellules anormales sont retirées par une boucle de cautérisation ou, plus couramment, par cryothérapie.

Selon le CDC, “l’utilisation du préservatif peut réduire le risque d’infection génitale par le VPH”. Toutefois, par rapport à d’autres infections sexuellement transmissibles, l’utilisation du préservatif offre un degré de protection moindre car le VPH peut également être transmis par l’exposition à des surfaces cutanées ou muqueuses infectées non protégées par l’utilisation du préservatif.

Vaccin contre le VPH

Bien qu’il n’existe actuellement aucun traitement contre le papillomavirus humain, les deux vaccins contre le VPH (Cervarix, GlaxoSmithKline, et Gardasil, Merck) offrent une protection contre l’infection par les types 16 et 18 du VPH, qui sont à l’origine de 70 % des cancers du col de l’utérus. Le vaccin est administré en trois injections au cours d’une période de six mois.

Selon les CDC, tous les garçons et les filles devraient se faire vacciner à l’âge de 11 ou 12 ans. Les vaccins sont recommandés pour les hommes jusqu’à l’âge de 21 ans, et pour les femmes jusqu’à l’âge de 26 ans pour celles qui n’ont pas été vaccinées plus jeunes.

Le vaccin contre le papillomavirus humain est également recommandé pour les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, ainsi que pour les hommes et les femmes dont le système immunitaire est affaibli, y compris les personnes vivant avec le VIH/sida, jusqu’à l’âge de 26 ans.

Le VPH chez les femmes

Chez la plupart des filles, l’infection par le VPH est temporaire et n’a pas d’effet significatif à long terme. Dans un délai d’un an, 70 % des infections par le papillomavirus humain sont guéries ; 90 % sont guéries dans les deux ans.

Pourtant, chez 5 à 10 % des femmes, l’infection par le VPH persiste. Ces patientes présentent un risque important de lésions précancéreuses du col de l’utérus, qui peuvent conduire à un cancer invasif du col de l’utérus dans les 10 à 15 ans.

Dans de rares cas, les mères infectées par le VPH génital peuvent transmettre le virus à leur bébé pendant l’accouchement, et celui-ci peut développer une papillomatose respiratoire récurrente. Il s’agit d’une affection dans laquelle des verrues se développent sur la gorge. Chez les enfants plus âgés, on parle de papillomatose respiratoire récurrente d’apparition juvénile.

Le VPH chez l’homme

Le papillomavirus humain chez l’homme est généralement asymptomatique et l’infection disparaît d’elle-même. Cependant, il arrive que l’infection ne se résorbe pas d’elle-même et qu’elle puisse provoquer des verrues génitales ou certains cancers.

Les cancers associés au VPH chez l’homme sont peu fréquents, mais comprennent le cancer du pénis et de l’anus. Les hommes infectés par le VPH qui sont plus susceptibles de développer un cancer sont ceux dont le système immunitaire est affaibli et ceux qui ont des rapports sexuels avec des hommes.    

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *