décembre 13, 2019

Maladie de la Peyronie

En tant que canal pour le sperme et l’urine, le pénis remplit deux fonctions importantes chez les hommes. Mais une maladie décrite dès le milieu du XVIIIe siècle par un médecin français, François Gigot de la Peyronie, qui provoque des taches durcies sur le pénis, peut gravement affecter la performance sexuelle de l’homme. Si vous avez des douleurs et une courbure pénienne caractéristiques de la maladie de la Peyronie, les informations suivantes devraient vous aider à comprendre votre état.

Que se passe-t-il dans des conditions normales ?

Le pénis est un organe cylindrique composé de trois chambres : les corps caverneux appariés qui sont entourés d’une tunique albuginée protectrice ; une membrane ou gaine élastique dense sous la peau ; et le corps spongieux, un canal singulier, situé au centre au-dessous et entouré d’une gaine plus mince de tissu conjonctif. Il contient l’urètre, le tube étroit qui transporte l’urine et le sperme hors du corps.

Ces trois cavités sont composées de tissu érectile hautement spécialisé, de type éponge, rempli de milliers de cavités veineuses, espaces qui restent relativement vides de sang lorsque le pénis est mou. Mais pendant l’érection, le sang remplit les cavités, faisant gonfler les corps caverneux et pousser contre la tunique albuginée. Pendant que le pénis durcit et s’étire, la peau reste souple et élastique pour s’adapter aux changements.

Qu’est-ce que la maladie de la Peyronie ?

La maladie de la Peyronie (aussi connue sous le nom de caverne fibreuse) est une affection inflammatoire acquise du pénis. C’est la formation d’une plaque ou d’un tissu cicatriciel durci sous la peau du pénis. Cette cicatrisation n’est pas cancéreuse, mais entraîne souvent une érection douloureuse et une courbure du pénis en érection (un « pénis tordu »).

Quels sont les symptômes de la maladie de la Peyronie ?

Cette cicatrice, ou plaque, se développe typiquement sur la face supérieure du pénis (dorsum). Elle réduit l’élasticité de la tunique albuginée dans cette zone et, par conséquent, provoque la flexion du pénis vers le haut pendant une érection.

Bien que la plaque de Peyronie soit le plus souvent située sur le dessus du pénis, elle peut apparaître sur le dessous ou sur le côté latéral du pénis, provoquant une courbure vers le bas ou latérale. Certains patients peuvent même développer une plaque qui s’étend tout autour du pénis, provoquant une déformation de l’axe pénien qui se traduit par une « taille » ou un « goulot d’étranglement ». La majorité des patients se plaignent d’un rétrécissement généralisé ou d’un raccourcissement de leur pénis.

Les érections douloureuses et la difficulté à avoir des rapports sexuels poussent habituellement les hommes atteints de la maladie de la Peyronie à consulter un médecin. Étant donné la grande variabilité de cet état, les patients peuvent se plaindre de n’importe quelle combinaison de symptômes : Courbure pénienne, plaques péniennes évidentes, érection douloureuse et diminution de la capacité à obtenir une érection.

Toutes ces malformations physiques font de la maladie de la Peyronie un problème de qualité de vie.

Il n’est pas surprenant qu’elle soit liée au dysfonctionnement érectile chez 20 à 40 pour cent des personnes atteintes. Bien que des études aient montré que 77 pour cent des hommes démontrent des effets psychologiques importants, les chiffres, selon les chercheurs médicaux, sont sous-déclarés. Au lieu de cela, beaucoup d’hommes atteints de cette maladie vraiment dévastatrice souffrent en silence.

À quelle fréquence la maladie de la Peyronie se manifeste-t-elle ?

La maladie de la Peyronie touche un à 3,7 % (environ un à quatre sur 100) des hommes de 40 à 70 ans, même si des cas graves ont été signalés chez des hommes plus jeunes. Les chercheurs médicaux croient que la prévalence réelle pourrait être plus élevée en raison de la gêne occasionnée aux patients et du nombre limité de signalements par les médecins.

Depuis l’introduction du citrate de sildénafil, un traitement oral contre l’impuissance, les médecins ont signalé une augmentation de l’incidence des cas de Peyronie. Avec plus d’hommes étant traités avec succès pour la dysfonction érectile à l’avenir, un nombre croissant de cas se présentant à des urologues sont prévus.

Quelles sont les causes de la maladie de la Peyronie ?

Depuis que François Gigot de la Peyronie, médecin personnel du roi Louis XV, a signalé pour la première fois en 1743 une courbure pénienne, les scientifiques ont été mystifiés par les causes de ce trouble bien connu. Pourtant, les chercheurs en médecine ont spéculé sur une variété de facteurs qui pourraient être à l’œuvre.

La plupart des experts croient que les cas aigus ou à court terme de la maladie de la Peyronie sont probablement la conséquence d’un traumatisme pénien mineur, parfois causé par des blessures sportives, mais plus souvent par une activité sexuelle vigoureuse (par exemple, le pénis est accidentellement coincé dans un matelas).

En blessant la tunique albuginée, ce traumatisme déclenche une cascade d’événements inflammatoires et cellulaires entraînant une fibrose anormale (excès de tissu fibreux), une plaque et des calcifications caractéristiques de cette maladie.

Un tel traumatisme, cependant, peut ne pas expliquer les cas de la Peyronie qui commencent lentement et deviennent si graves qu’ils nécessitent une intervention chirurgicale. Les chercheurs croient que la génétique ou la relation avec d’autres troubles du tissu conjonctif peut jouer un rôle.

Des études suggèrent déjà que si vous avez un parent atteint de la maladie de la Peyronie, vous avez un plus grand risque de développer la maladie vous-même.

Comment diagnostique-t-on la maladie de la Peyronie ?

Un examen physique est suffisant pour diagnostiquer la courbure du pénis. Les plaques dures peuvent être senties avec ou sans érection. Il peut être nécessaire d’utiliser des médicaments injectables pour induire une érection afin d’évaluer correctement la courbure du pénis. Le patient peut également fournir des images du pénis en érection pour évaluation par le médecin. L’échographie du pénis peut montrer les lésions dans le pénis mais n’est pas toujours nécessaire.

Comment la maladie de la Peyronie est-elle traitée ?

Comme la maladie de la Peyronie est un trouble qui guérit les blessures, des changements se produisent constamment aux premiers stades. En fait, cette maladie peut être classée en deux stades :

1) une phase inflammatoire aiguë persistant pendant six à 18 mois au cours de laquelle les hommes ressentent de la douleur, une légère courbure pénienne et des formations de nodule.

2) une phase chronique au cours de laquelle les hommes développent une plaque stable, une courbure pénienne importante et une dysfonction érectile.

À l’occasion, la maladie régresse spontanément et les symptômes se résorbent d’eux-mêmes. En fait, certaines études montrent qu’environ 13 % des patients ont une résolution complète de leur plaque en moins d’un an. Il n’y a aucun changement dans 40 pour cent des cas, avec une progression ou une aggravation des symptômes dans 40 à 45 pour cent des cas. Pour ces raisons, la plupart des médecins recommandent une approche non chirurgicale pendant les 12 premiers mois.

Approches conservatrices : Au lieu de recourir à des procédures ou à des traitements diagnostiques invasifs, les hommes qui ne présentent que de petites plaques, une courbure pénienne minimale et aucune douleur ou limitation sexuelle n’ont besoin d’être rassurés sur le fait que l’affection n’entraînera ni malignité ni autre maladie chronique. Les agents pharmaceutiques se sont révélés prometteurs pour les maladies à un stade précoce, mais il y a des inconvénients. En raison du manque d’études contrôlées, les scientifiques n’ont pas encore établi leur efficacité réelle.

Par exemple :

Vitamine E par voie orale

Elle demeure un traitement populaire pour les maladies à un stade précoce en raison de ses effets secondaires légers et de son faible coût. Bien que des études non contrôlées menées dès 1948 aient démontré une diminution de la courbure du pénis et de la taille de la plaque, les recherches se poursuivent sur son efficacité.

Aminobenzoate de potassium 

Des études contrôlées récentes ont montré que cette substance du complexe B populaire en Europe centrale présente certains avantages. Mais c’est un peu cher, nécessitant 24 comprimés par jour pendant trois à six mois. Elle est aussi souvent associée à des problèmes gastro-intestinaux, ce qui rend la conformité faible.

Tamoxifène

Ce médicament anti-oestrogénique non stéroïdien a été utilisé dans le traitement des tumeurs desmoïdes, une affection aux propriétés similaires à celles de la maladie de la Peyronie.

Les chercheurs affirment que l’inflammation et la production de tissu cicatriciel sont inhibées.

Colchicine

La colchicine, un autre agent anti-inflammatoire qui diminue le développement du collagène, s’est avérée légèrement bénéfique dans quelques petites études non contrôlées.

Malheureusement, jusqu’à 50 % des patients présentent des troubles gastro-intestinaux et doivent cesser le traitement tôt dans le traitement.

Injections

L’injection d’un médicament directement dans la plaque pénienne est une alternative attrayante aux médicaments oraux, qui ne ciblent pas spécifiquement la lésion, ou aux interventions chirurgicales invasives, qui comportent les risques inhérents d’anesthésie générale, de saignement et d’infection. Les traitements par injection intralésionnelle introduisent les médicaments directement dans la plaque avec une petite aiguille après une anesthésie appropriée.

Chirurgie

La chirurgie est réservée aux hommes présentant de graves déformations péniennes invalidantes qui empêchent des rapports sexuels satisfaisants. Mais, dans la plupart des cas, elle n’est pas recommandée pendant les six à 12 premiers mois, jusqu’à ce que la plaque se soit stabilisée.

Puisqu’une retombée de cette maladie est un apport sanguin anormal au pénis, une évaluation vasculaire à l’aide d’agents vasoactifs (médicaments qui provoquent des érections en ouvrant les vaisseaux) est effectuée avant toute chirurgie.

Une échographie pénienne, si elle est pratiquée, peut également illustrer l’anatomie de la déformation. Les images permettent à l’urologue de déterminer quels patients sont les plus susceptibles de bénéficier d’interventions reconstructives par rapport à une prothèse pénienne. Les trois approches chirurgicales comprennent :

Procédure de Nesbit

D’abord décrite pour corriger la courbure pénienne congénitale en coupant une partie du tissu de la tunique albuginée et en raccourcissant le côté non affecté du pénis, cette procédure est utilisée aujourd’hui par de nombreux chirurgiens pour la maladie de la Peyronie.

Les variations de l’approche incluent la technique de plication, où les plis suturés sont placés sur le côté de la courbure maximale pour raccourcir et redresser le pénis, et la technique de corporoplastie, où une incision longitudinale ou longitudinale est fermée transversalement pour corriger la courbure.

Procédures de greffe

Lorsque les plaques sont grandes et les courbures sévères, le chirurgien peut choisir d’inciser ou de découper la zone durcie et de remplacer le défaut de tunique par un matériau de greffe d’un type quelconque. Bien que le choix des matériaux dépend de l’expérience du médecin, de ses préférences et de ce qui est disponible, certains sont plus attrayants que d’autres. Par exemple :

Greffes de tissus autogreffés

Prélevés sur le corps du patient pendant l’intervention chirurgicale et donc moins susceptibles de provoquer une réaction immunologique, ces matériaux nécessitent généralement une seconde incision. Ils sont également connus pour subir une contracture postopératoire ou un resserrement et une cicatrisation.

Substances inertes synthétique

Des matériaux tels que le maillage Dacron® ou GORE-TEX® peuvent causer une fibrose importante, une propagation des cellules du tissu conjonctif. Parfois palpés ou ressentis par le patient, ces greffons peuvent causer plus de cicatrices.

Les allogreffes ou xénogreffes

Les tissus humains ou animaux prélevés sont aujourd’hui au centre de la plupart des matériaux de greffe. Ces substances sont uniformément solides, faciles à manipuler et facilement accessibles parce qu’elles sont pour ainsi dire  » prêtes à l’emploi  » dans la salle d’opération. Ils agissent comme des échafaudages pour que le tissu de la tunique albuginée se développe car la greffe est naturellement dissoute par le corps du patient.

Prothèses péniennes

Une prothèse pénienne peut être la seule bonne option pour les patients atteints de la maladie de la Peyronie présentant une dysfonction érectile importante et une insuffisance de vaisseaux sanguins vérifiée par ultrasons. Dans la plupart des cas, l’implantation d’un tel dispositif seul redressera le pénis et corrigera sa rigidité. Mais lorsque cela ne fonctionne pas, le chirurgien peut « modeler » manuellement l’organe, en le pliant contre la plaque pour briser la déformation, ou le chirurgien peut devoir enlever la plaque sur la prothèse et appliquer une greffe pour redresser complètement le pénis.

À quoi peut-on s’attendre après le traitement de la maladie de la Peyronie ?

Un pansement compressif léger est régulièrement appliqué pendant 24 à 48 heures après l’intervention chirurgicale afin de prévenir toute accumulation de sang. La sonde de Foley est retirée après que le patient se soit remis de l’anesthésie et la plupart des patients reçoivent leur congé plus tard le jour même ou le lendemain matin.

Au cours du processus de guérison, des médicaments pour contrer les érections sont habituellement prescrits. On demande également au patient de prendre des antibiotiques pendant sept à dix jours après l’opération pour prévenir l’infection et des analgésiques en cas d’inconfort.

Si les patients n’ont pas de douleur pénienne ou d’autres complications, ils peuvent reprendre les rapports sexuels en six à huit semaines.

Laisser un commentaire

Facebook
Twitter
Pinterest