Corrélation entre le succès de la grossesse et le nombre des spermatozoïdes

L’infertilité est l’incapacité des couples à concevoir, ou l’incapacité à tomber enceinte après un an de relations sexuelles régulières sans contraception.

Aujourd’hui, un couple sur six lutte contre l’infertilité et celle-ci est endémique chez les hommes comme chez les femmes. Souvent, l’infertilité masculine est due à des problèmes liés au sperme, tels que la mauvaise qualité du sperme ou le faible nombre de spermatozoïdes. Le nombre et la qualité des spermatozoïdes sont liés à la réussite de la grossesse.

Pour déterminer si le partenaire masculin est la raison de l’infertilité d’un couple, une analyse du sperme est le test de choix. De nombreuses études établissent un lien entre le manque de qualité du sperme et l’infertilité.

En 1980, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recruté une équipe de scientifiques et de médecins et a publié un manuel décrivant les paramètres du sperme qu’un homme devrait idéalement avoir pour produire une progéniture sans subir de traitement.

Rôle du sperme dans la cause de la grossesse

Scientifiquement parlant, il suffit d’un seul spermatozoïde pour féconder l’ovule d’une femme. Cependant, pour chaque spermatozoïde qui atteint l’ovule, il y en a des milliers qui ne le font pas. Lorsqu’un homme éjacule, il libère en moyenne près de 100 millions de spermatozoïdes.

Un profane peut se demander, s’il suffit d’un seul spermatozoïde pour qu’une femme tombe enceinte, pourquoi des millions de spermatozoïdes sont libérés.

C’est parce que pour atteindre l’ovule en attente, le sperme doit voyager du vagin d’une femme jusqu’aux trompes de Fallope et seuls les spermatozoïdes les plus forts survivent à ce voyage. C’est la façon dont la nature laisse les spermatozoïdes les plus sains féconder la femme.

Qu’est-ce que le comptage des spermatozoïdes ?

Le comptage des spermatozoïdes est une mesure du nombre de spermatozoïdes par éjaculation, qui est utilisée comme indication de la fertilité d’un homme. L’état dans lequel un homme souffre d’un faible nombre de spermatozoïdes est appelé oligozoospermie.

Pour un homme ayant un nombre normal de spermatozoïdes, le nombre varie de 15 millions de spermatozoïdes à plus de 200 millions de spermatozoïdes par ml de sperme.

Un nombre inférieur à 39 millions de spermatozoïdes par éjaculat ou 15 millions de spermatozoïdes par ml, est considéré comme faible. Un nombre de spermatozoïdes supérieur à la moyenne est de plus de 200 millions de spermatozoïdes par ml.

Qu’est-ce que la motilité des spermatozoïdes ?

La motilité des spermatozoïdes est la capacité des spermatozoïdes à se déplacer dans la zone de reproduction féminine sans aucune entrave pour rencontrer l’ovule.

C’est un facteur majeur dans la réussite de la conception. Lorsqu’un homme a une bonne motilité des spermatozoïdes, ceux-ci se déplacent à une vitesse d’au moins 25 micromètres par seconde. L’état dans lequel un homme a une faible mobilité des spermatozoïdes est appelé asthénozoospermie.

Qu’est-ce que la morphologie des spermatozoïdes ?

La morphologie se réfère à la silhouette d’un spermatozoïde ou à ce à quoi il ressemble au microscope. La morphologie examine spécifiquement la forme et la taille des spermatozoïdes.

La forme de la tête est essentielle car elle affecte la capacité des spermatozoïdes à liquéfier la couche extérieure d’un ovule et à le féconder. Selon l’édition 2010 de l’OMS, un taux de 4 % et plus est considéré comme normal.

Impact de la morphologie, de la motilité et de la numération sur la stérilité

Des spermatozoïdes de forme anormale peuvent féconder un ovule, mais une quantité élevée de ces spermatozoïdes entraîne des anomalies chez le fœtus. Certaines études ont également montré qu’un indice de morphologie élevé augmente les chances de fragmentation de l’ADN.

La motilité des spermatozoïdes a une influence majeure sur la fertilité car les spermatozoïdes doivent voyager dans le tractus génital de la femme pour féconder son ovule. Une mauvaise motilité des spermatozoïdes est une cause majeure de l’infertilité masculine.

Si le nombre de spermatozoïdes dans votre sperme est faible, cela réduit les chances que votre sperme féconde l’ovule de votre partenaire.

Moins de 15 millions de spermatozoïdes par millilitre de sperme ou moins de 39 millions par éjaculat est souvent une cause d’infertilité masculine.

Procédures médicales pour les personnes souffrant d’infertilité

Il existe plusieurs procédures par lesquelles les couples souffrant d’infertilité peuvent encore tomber enceinte. Voici trois grandes procédures :

L’insémination intra-utérine (IUI)

Dans cette procédure, les spermatozoïdes sont directement placés dans l’utérus lorsqu’une femme ovule, ce qui aide les spermatozoïdes à se rapprocher de l’ovule. Pour une femme de moins de 35 ans, le taux de réussite de cette procédure est d’environ 10 à 20 %.

En revanche, pour une femme de plus de 40 ans, il n’y a que 2 à 5 % de chances de réussite. Le nombre minimum de spermatozoïdes mobiles requis pour que cette procédure soit couronnée de succès est d’environ 6,7 millions par insémination.

La fécondation in vitro (FIV)

Dans cette procédure, les ovules et les spermatozoïdes sont fusionnés à l’extérieur du corps dans un laboratoire.

Une fois qu’un embryon se développe, ils sont placés dans l’utérus. Dans cette procédure, il faut au moins 10 x 10(6) spermatozoïdes/ml, dont 30% au minimum doivent être mobiles et 15% doivent avoir une mobilité progressive, pour que la procédure soit couronnée de succès.

La grossesse a été obtenue dans une moyenne de 29,4 % de tous les cycles (plus ou moins élevés selon l’âge de la femme).

Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI)

L’injection intracytoplasmique de spermatozoïdes est une forme spécialisée de FIV dans laquelle l’embryologiste prend un seul spermatozoïde et l’injecte directement dans un ovule.


Cette procédure est la plus efficace car elle a permis à de nombreux couples stériles de tomber enceinte alors que, sans elle, ils auraient été incapables de concevoir.

La procédure ICSI permet de féconder de 50 à 80 % des ovules. Le critère idéal pour les spermatozoïdes dans cette procédure est le même que pour la FIV.

Pour toutes les procédures mentionnées ci-dessus, l’âge et le mode de vie auront une incidence sur le taux de réussite. Le nombre de spermatozoïdes n’est pas le seul facteur qui compte lorsque vous essayez de concevoir un enfant. Il est tout aussi important d’avoir un sperme globalement sain.

Une grossesse avec un faible nombre de spermatozoïdes sera différente selon l’état de santé des deux partenaires. Le taux de réussite de la fécondation in vitro est de 10 à 15 %, celui de la fécondation in vitro de 40 à 45 % et celui de l’ICSI de 45 à 50 %.

Vous pouvez contacter nos spécialistes de la fertilité pour une évaluation de votre nombre de spermatozoïdes et d’autres facteurs avant de planifier votre avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *