Les BRICS en pointe dans l’innovation pharmaceutique ? (Phosphoéthanolamine – fosfoetalonamina – phosphoethanolamin)

Mathis DominiqueOn sait que les laboratoires pharmaceutiques les plus riches, donc les plus influents, relèvent pour l’instant de l’Ancien Monde ; les 20 premiers [1] appartiennent en effet aux pays suivants : USA (8) Japon (3) Suisse (2) Allemagne (2) Royaume-Uni (2) Israël (1) France (1) et Danemark (1).

Mais, depuis plus de dix ans, des signes avant-coureurs montrent que les choses pourraient changer. Déjà, dans la lutte contre le VIH, confrontée dans les années 2000 à la logique cyniquement commerciale de ces grands laboratoires, l’Afrique du Sud avait su se procurer des molécules génériques en Inde et au Brésil, et au terme d’une âpre bataille ces laboratoires avaient dû transiger.

Depuis, le dynamisme pharmaceutique des BRICS (Brazil, Russia, India, China, South Africa) ne s’est pas démenti.

Voici encore un signe très récent ; selon une dépêche PNA/Xinhua du 30 octobre :

“RIO DE JANEIRO, Oct. 30 The Brazilian government announced Thursday it will set up a workgroup to study the effects of a substance called phosphoethanolamine, after it showed good results in cancer treatment.

The phosphoethanolamine pills, developed by chemistry professor Gilberto Orivaldo Chierice from the Sao Paulo University (USP)and several other scientists, has not been submitted to clinical trial, but were distributed by the USP to some cancer patients, who claimed they have had good results and were even cured of the disease.

The workgroup is expected to set up pre-clinical and clinical trials to assess the effects of the pill in cancer treatment.

Brazil’s National Cancer Institute (Inca) and the country’s new drug registration authority Anvisa will take part in the group.

While announcing the decision to set up the workgroup, Health Minister Marcelo Castro also urged patients not to use the pill before clinical trials are completed. »

Traduction :

fosfo« RIO DE JANEIRO, le 30 octobre – Le gouvernement brésilien a annoncé jeudi qu’il va installer un groupe de travail pour étudier les effets d’une substance appelée  Phosphoéthanolamine, qui a montré de bons résultats de traitement du cancer.

Les comprimés de phosphoéthanolamine, développées par le professeur de chimie Gilberto Orivaldo Chierice, de l’Université de Sao Paulo (USP) et plusieurs autres scientifiques, n’ont pas été soumis à l’expérimentation clinique, mais ont été délivrés par l’USP à quelques patients atteints de cancer, qui ont affirmé avoir bénéficié de résultats favorables, certains même se disent guéris de la maladie.

On s’attend à ce que le groupe de travail instaure des essais cliniques et précliniques pour évaluer les effets de cette molécule dans le traitement du cancer.

L’INCA, institut national du cancer du Brésil et l’ANVISA, nouvelle autorité d’homologation des médicaments, participeront au groupe.

En annonçant sa décision d’installer ce groupe de travail, le ministre de la santé, Marcelo Castro, a toutefois recommandé vivement aux patients de ne pas utiliser la molécule avant que les essais cliniques ne soient achevés. »

Selon de nombreux commentateurs au Brésil, la campagne d’opposition virulente à la phosphoéthanolamine menée par un certain nombre des grands laboratoires susmentionnés s’expliquerait parce que cette molécule a un prix de revient très bas alors que la plupart des anticancéreux qu’ils vendent massivement dans les pays riches ont des prix de ventes pharamineux…

L’espoir dans la phosphoéthanolamine sera peut-être déçu… ou peut-être pas… En tout état de cause, gageons que nous n’avons pas fini de parler du scandale pharmaceutique mondial, puisqu’avec la complicité de l’OMC et la faiblesse insigne de l’OMS, la stratégie internationale du médicament continue d’être pensée en considérations de commerce et de finances avant que de l’être en termes de santé publique.

******

[1] 1er Novartis, 2 Pfizer, 3 Roche, 4 Sanofi, 5 Merck, 6 GSK, 7 Johnson & Johnson, 8 AstraZeneca, 9 Eli-Lilly, 10 AbbVie, 11 Amgen, 12 Teva, 13 Bayer, 14 Novo Nordisk, 15 Boehringer Ingelheim, 16 Takeda, 17 BMS, 18 Gilead Sciences, 19 Astellas, 20 Daiichi Sankyo.

2 réflexions au sujet de « Les BRICS en pointe dans l’innovation pharmaceutique ? (Phosphoéthanolamine – fosfoetalonamina – phosphoethanolamin) »

    1. hopterritoires

      Bonsoir,
      A ma connaissance, en générique, non et aucune procédure d’AMM ne semble engagée.
      Il semblerait (je ne suis pas pharmacien !) que certains médicaments avec AMM en France pour d’autres cibles thérapeutiques que le cancer en contiendraient. Il faut interroger un pharmacien compétent…
      Cordialement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *