Éjaculation précoce : Facteurs de risque et conseils généraux

La définition de l’éjaculation précoce a été débattue au fil des ans, mais de nombreux experts dans ce domaine s’appuient actuellement sur la définition de la Société internationale de médecine sexuelle (ISSM) qui identifie les critères suivants :

  • L’éjaculation qui se produit toujours ou presque toujours avant ou dans la minute qui suit la pénétration vaginale.
  • L’incapacité à retarder l’éjaculation pendant presque tous les épisodes de pénétration vaginale.
  • Détresse personnelle, ennui, frustration et/ou évitement des rapports sexuels.
  • L’éjaculation précoce peut être classée comme “à vie” (primaire) ou “acquise” (secondaire) :
  • L’éjaculation précoce à vie se caractérise par le fait qu’elle commence dès la première expérience sexuelle et reste un problème tout au long de la vie.
  • L’éjaculation précoce acquise est caractérisée par une apparition progressive ou soudaine, l’éjaculation étant normale avant l’apparition du problème. Le délai avant l’éjaculation est court, mais généralement moins rapide que dans le cas d’une éjaculation précoce à vie.

L’Association européenne d’urologie (EAU) souligne que la définition de l’ISSM ne s’applique qu’aux hommes ayant une éjaculation précoce à vie qui ont des rapports vaginaux. Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, cinquième édition (DSM-5) doit publier une nouvelle définition en mai 2013.

Epidémiologie

La prévalence de l’éjaculation précoce varie selon la définition et est difficile à évaluer, car de nombreux hommes ne veulent pas chercher de l’aide ou même discuter du problème. L’EAU fait état d’une prévalence de 20 à 30 %, tandis qu’une étude Cochrane cite une prévalence de 3 à 20 %.

Facteurs de risque

  • L’éjaculation précoce peut être liée à l’anxiété. Elle est donc plus fréquente chez les jeunes hommes et au début d’une relation. Dans ces situations, le problème se résout généralement avec le temps.
  • Les causes iatrogènes comprennent les amphétamines, la cocaïne et les drogues dopaminergiques. Bien qu’il soit efficace pour le traitement de l’éjaculation précoce chez certains hommes, le sildénafil peut également être une cause d’éjaculation précoce chez d’autres.
  • Causes urologiques – par exemple, la prostatite.
  • Causes neurologiques – par exemple, la sclérose en plaques, les neuropathies périphériques.

Gestion

La gestion doit être adaptée aux besoins de l’individu. L’état de santé peut être plus problématique dans certaines relations que dans d’autres et les attentes du patient doivent être étudiées. Un conseil psychosexuel peut être suffisant.

1. Conseils généraux

  • Des rapports sexuels plus fréquents (ou masturbation) : une éjaculation précoce est plus probable si l’intervalle entre les rapports sexuels est plus long.
  • Utilisation d’un préservatif pour diminuer la sensation.
  • L’utilisation d’une crème ayant un effet anesthésiant peut également aider. Elle doit être appliquée sur la tête du pénis et surtout sur le frenulum et la couronne (votre médecin vous les aura indiqués) environ 10 minutes avant la pénétration. Elle n’affecte généralement pas la sensation du partenaire et ne diminue pas l’intensité de l’orgasme de l’homme.
  • Le sexe avec la femme sur le dessus réduit la probabilité d’éjaculation précoce.
  • Techniques de “squeeze and stop-go” : stimulation du pénis presque jusqu’à l’éjaculation, puis arrêt. Ces techniques sont souvent efficaces mais peuvent prendre quelques mois avant de produire des effets bénéfiques et les rechutes sont fréquentes.
  • Les traitements comportementaux sont utiles en cas d’éjaculation précoce secondaire, mais ne sont pas recommandés en première ligne en cas d’éjaculation précoce à vie. Ils demandent beaucoup de temps et exigent un engagement de la part du partenaire.

2. Thérapie médicamenteuse

Les antidépresseurs de type inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine (ISRS) sont les plus couramment utilisés (utilisation non conforme à l’étiquette) mais doivent être pris quotidiennement pendant 12 semaines avant que l’effet maximal ne soit atteint. La paroxétine, la clomipramine, la sertraline et la fluoxétine se sont toutes révélées efficaces.

Le Dr Rudolph prescrit généralement la paroxétine (il existe plusieurs marques, mais c’est le principe actif). 

Pendant les premiers jours, on vous demandera d’utiliser la moitié de la dose, puis vous passerez à la dose maximale par la suite. Elle peut provoquer de légères nausées et une sécheresse de la bouche au début. 

N’oubliez pas : ces médicaments agissent dans votre cerveau, vous pouvez donc vous sentir un peu bizarre au début, mais il est généralement assez facile de s’y habituer.

Utilisez-les TOUS LES JOURS, pas seulement lorsque tu veux avoir des relations sexuelles. Il est beaucoup plus efficace s’il est utilisé tous les jours et il n’est pas bon pour vous de sauter des doses car vous ressentirez des symptômes de sevrage. 

  • Chez les patients qui ne tolèrent pas les effets secondaires des ISRS, un traitement à la demande avec de la clomipramine peut être une alternative appropriée.
  • La daproxétine est un ISRS qui a été spécifiquement développé pour le traitement de l’éjaculation précoce. Il s’avère très efficace, mais son utilisation n’est pas encore autorisée en Afrique du Sud.
  • Le sildénafil (Viagra) est une alternative efficace, en particulier chez les hommes âgés et lorsqu’il est associé à un dysfonctionnement érectile. Des études suggèrent qu’il améliore les temps de latence intravaginale, réduit l’anxiété liée aux performances et améliore la satisfaction sexuelle. On pense qu’il agit en abaissant le seuil d’éjaculation. Il existe des preuves qu’une combinaison de sildénafil et d’ISRS est meilleure que la monothérapie par ISRS.
  • Les crèmes anesthésiantes peuvent être efficaces et peuvent avoir un effet additif lorsqu’elles sont combinées au sildénafil. Les aérosols sont très populaires et de nouvelles préparations sont en cours de développement. 
  • Les préparations topiques peuvent être la thérapie préférée de certains patients.
  • Le tramadol s’est avéré avoir un effet bénéfique dans le traitement de l’éjaculation précoce, mais des études supplémentaires sur la sécurité à long terme sont nécessaires avant que ce traitement puisse être recommandé comme une option viable.

3. Thérapie psychosexuelle

La base de preuves de l’efficacité des interventions psychologiques est limitée et des essais randomisés avec des échantillons de plus grande taille sont nécessaires.

4. Chirurgie

Une étude a rapporté qu’un frenulum court a été trouvé chez 43% des individus touchés par une éjaculation précoce à vie. La frenulectomie s’est révélée efficace pour soulager le problème et les auteurs ont recommandé d’exclure le frenulum court chez tous les patients souffrant d’éjaculation précoce à vie.

Complications

L’éjaculation précoce peut avoir un effet négatif important sur la confiance en soi et sur la relation. Selon une étude, l’éjaculation précoce peut entraîner une insatisfaction sexuelle, un sentiment que quelque chose manque à la relation et une altération du sentiment d’intimité. Si la condition n’est pas traitée, elle peut entraîner une irritabilité accrue, des difficultés interpersonnelles et l’approfondissement d’un fossé émotionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *